Quoi faire d'une vie si on a aidé personne ?

sam 30/11/2019 - 21:13 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

Jean-Louis est bénévole depuis 1982 - soit 37 années de bénévolat, il a mis le pied à l'étrier par hasard, au détour d'un échange avec son pharmacien qui était engagé les soirs, dans un local de vente Emmaüs. Un soir, il lui a proposé de l'accompagner, et petit à petit, le pharmacien s'est rapproché d'une cause plus médicale et à laissé Jean-Louis continuer tout seul . 
Avez-vous un message à passer à celles et ceux qui hésitent à faire du bénévolat ? "Le bénévolat c'est très enrichissant - il ne faut pas hésiter à zapper à faire un essai dans plusieurs associations, pour voir là ou vous vous plairez le mieux." explique Jean-Louis. Et il complète avec "La vie nous gâte on peut bien donner aux autres". Même son de cloche pour le second : "Certaines associations connues peuvent décevoir" - nous Confie Alain, "mais il faut rebondir et trouver celle qui sera en accord avec ce que l'on cherche, ne pas s'arreter à un premier essai non concluant." .
Un partenariat gagnant/gagnant pour les grandes surface. Antoine - Responsable Intermarché Saint-Paulien nous explique pourquoi son enseigne joue le jeu de la solidarité et accueille les bénévoles des associations qui se regroupent en faveur de la Banque Alimentaire : "Pour s'engager (à notre échelle) en faveur des plus démunis, tisser des liens avec le milieu associatif local, mais également dans un soucis de cohérence; comme toutes les grandes surfaces jouent le jeu, nous aussi. On donne pour cette occasion à la Banque Alimentaire mais de la même manière que l'on donne déjà aux associations locales."
Surstock - DLC courtes, lutter contre le gaspillage alimentaire. Si les grandes enseignes participent c'est aussi pour lutter contre le gaspillage alimentaire. "On donne les produits à DLC courte et certains sur-stock, comme à cette occasion une vingtaine de jus d'orange à DLC proche (qui reste consommable une année après sa date de péremption), ça permet de lutter contre le gaspillage alimentaire." - nous explique Antoine.
Le bénévolat, une affaire de famille ? Clignotant à gauche, le véhicule-navette de collecte quitte Auchan pour rejoindre Leader Price, nous lui emboitons le pas à la découverte d'Alain. Il a endossé le temps d'un weekend le rôle de navette et vogue d'un centre commercial à l'autre pour récupèrer et charger les collectes vers le point central avant tri. Et tout ça, car il a pris "conscience que les nécessiteux méritent du temps , son temps" et dans cette aventure son fils Thomas l'accompagne pour lui donner un coup de main, visiblement la générosité se transmet de père en fils.
A.M.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire