Qui prendra le relais de Mgr Brincard à la tête du diocèse de Haute-Loire ?

mer 03/09/2014 - 16:27 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

La triste nouvelle est tombée vendredi dernier : Monseigneur Brincard, évêque du Puy est décédé des suite d'une longue maladie.

Comment est nommé le nouvel évêque ?
Lorsqu'un diocèse est vacant, le nonce apostolique, cet agent diplomatique du Saint-Siège, accrédité comme ambassadeur de ce dernier auprès des Etats, est chargé de mener une petite enquête auprès de personnes connaissant le diocèse, à la fois en interne et en externe. Il établit alors une liste de noms susceptibles d'occuper la fonction et la transfère à Rome, à la congrégation des évêques, présidée par un cardinal, qui aide le Pape à trancher, puisqu'en dernier ressort, c'est toujours lui qui décide du nouvel évêque.
Le Pape informe ensuite le gouvernement français avant d'officialiser la nouvelle, au cas où l'évêque nommé puisse présenter un obstacle embarassant en termes politiques ou diplomatiques. Cette procédure est avant tout "une délicatesse auprès du gouvernement français", nous précise une source diocésaine, "et c'est un peu une particularité française".

Selon quels critères est choisi le nouvel évêque ?
Pour être nommé à la tête d'un diocèse, il n'est pas nécessaire de connaître le territoire et il y a même une certaine tradition qui conduit à ne pas nommer un membre du diocèse, afin d'éviter tout problème d'égo et surtout pour apporter un regard neuf avec un homme nouveau.
Pour être nommé évêque, il faut déjà être prêtre, mais également avoir un diplôme en philosophie, en droits ou en théologie. Le diplôme n'est pas indispensable mais une solide culture générale, une maturité humaine et une certaine expérience sont requises. Au final, divers profils sont possibles mais si en théorie, un étranger peut être nommé, la probabilité est très faible en France car la pratique est plutôt réservée aux pays du tiers-monde.

----En août 1988, Jean-Paul II nomme Henri Brincard à la tête du diocèse de la Haute-Loire. Il succède à Mgr Cornet, après presqu'un an de vacation à la tête de l'Evêché.

-----La succession sera-t-elle immédiate ou un interim devra-t-il être assuré ?
Ça dépend.  S'il n'y a pas encore de successeur attitré, un prêtre sera élu pour assurer l'administration du diocèse en attendant l'arrivée d'un nouvel évêque.
Cet intérimaire serait élu par les consulteurs, un groupe de prêtres nommés par l'évêque sortant et qui doit représenter les intérêts du diocèse. Ce collège est régulièrement consulté.

Accéder au poste d'évêque est-il une promotion ?
Pas nécessairement. Si le rôle est effectivement prestigieux et qu'une forte responsabilité pèse sur les épaules de l'évêque, ce n'est pas forcément une promotion non plus car parfois les évêques avaient plus de fidèles en charge dans leurs postes précédents, ce qui peut être le cas en Haute-Loire puisque le département n'est guère peuplé. En tout cas, le poste a perdu de son prestige d'antan, ainsi que de son pouvoir puisque le poids de l'Eglise est moins prépondérant aujourd'hui que par le passé.

----Le taux de participation au rassemblement dominical (les messes) est en baisse de 3 % à 10 % selon les paroisses du département en cinq ans. Le nombre de catholiques en Haute-Loire est estimé aujourd'hui à 160 000 pour près de 230 000 habitants. Un ratio plutôt honorable qui est cependant en baisse puisqu'en 2007, les catholiques de Haute-Loire étaient 10 000 de plus pour une population totale sensiblement identique. Le nombre total d'hommes d'Eglise a diminué quant à lui de près de 20 % en cinq ans : il y a actuellement 95 prêtres qui exercent un ministère actif sur le diocèse du Puy, sans oublier les très nombreux laïcs qui œuvrent aussi dans le diocèse (la plupart bénévolement).-----Le diocèse de Haute-Loire est-il plus prestigieux qu'un autre ?
Difficile de trancher. S'il est moins peuplé que la plupart des diocèses, il a la particularité d'être connu grâce à l'important nombre de pélerins de Saint-Jacques qui le traversent régulièrement et il dispose d'un bien riche patrimoine. "Ce n'est pas le diocèse le plus difficile de France à gérer", confirme une source diocésaine, car il dispose d'effectifs décents malgré la crise des vocations (voir encadré) et sa situation financière n'a rien d'alarmante par rapport à d'autres diocèses (lire). Enfin, la situation humaine est peut-être moins dramatique ici qu'ailleurs, bien que la désertification rurale soit inquiétante.
S'il y a bien quelques noms qui circulent déjà quant au successeur de Mgr Henri Brincard, il faudra encore patienter un peu pour découvrir qui prendra le relais et se saisira de l'anneau pastoral, de la mitre, de la crosse et de la calotte violette.

Maxime Pitavy

  • Notice Biographique de Mgr Brincard

Henri Brincard est né le 18 novembre 1939 à Savennières (Maine-et-Loire). Il grandit en Angleterre et à Paris. Il était diplômé de l’école des Chartes et de l’Université catholique de Fribourg en suisse (licence de théologie et de philosophie) et a été ordonné prêtre le 23 août 1975.
Il a exercé son ministère de prêtre comme directeur spirituel, prédicateur de retraites pour les prêtres et religieux, ainsi que pour les associations et foyers chrétiens. Nommé évêque du Puy-en-Velay par le pape Jean-Paul II le 8 août 1988, il a été ordonné évêque en la cathédrale Notre-Dame du Puy le 2 octobre 1988.

  • Principales actions dans le diocèse du Puy-en-Velay

* Restructuration du tissu paroissial avec la création d’ensembles paroissiaux (le diocèse du Puy-en-Velay compte actuellement 35 paroisses ou ensembles paroissiaux).
* Création d’un parcours de formation pour les animateurs laïcs en pastorale en lien avec l’Université catholique de Lyon.
* Réorganisation de l’animation spirituelle des établissements de l’enseignement catholique.
* Restauration de la cathédrale du Puy-en-Velay et réorganisation de son animation
* Mgr Brincard a ordonné 18 prêtres et 10 diacres permanents pour le diocèse du Puy-en-Velay.
* Au niveau national, il a notamment  été chargé de la coordination de la pastorale sur les chemins de Saint-Jacques (France-Espagne).

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire