Tous

Yssingeaux

Quatre jours de foisonnement culturel à Yssingeaux

lun 25/06/2018 - 13:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

Le festival des arts de la rue s’est invité dans la cité des cinq coqs du jeudi 21 au dimanche 24 juin 2018.

Les arts de la rue s’invitent au marché
Dès jeudi, c’est sur le marché d'Yssingeaux que les festivités ont débuté avec les déambulations du clown Tessotte, toute vêtue de jaune et chaussée de ses godasses de jardinière qui a baladé son p’tit jardin à roulettes en proposant ses mîmes aux spectateurs.
Quatre anges « Tombés du ciel » , de la compagnie du ruisseau, sont également passés et ont invité l’assistance à retrouver les paradis perdus des grands de la chanson française tels Arletty, Murat, Higelin et tant d’autres.
Echappés de leur univers fantasque, les trois garçons de « Room Bazar » ont invité, eux, à danser sur des rythmes brésiliens, jazzy, funky et électro.

Les gars du sud ont mis le feu
Pleinement intégrée dans la programmation du festival, la fête de la musique a offert son lot de bonheur musical place Carnot en soirée avec l'ex-musicien de San Severino Stag et ses "chansons rock impopulaires", comme il le dit lui-même. Puis les Barbeaux, cinq musiciens venus du sud, ont entrepris de transmettre leur bonne humeur en revisitant la chanson festive et populaire. Sans résistance majeure, du coup, petits et grands ont répondu à l’appel de la danse.

De l’art de la jonglerie
C’est au théâtre municipal que la magie a opéré le vendredi suivant. Perpetuum Mobile, à travers des jeux de jonglerie, a immergé les spectateurs dans l’univers visuel de la manipulation d’objets.

Mais aussi une course de couleurs
Au cours de l’après-midi du samedi 23, une course de couleurs était proposée par les jeunes du Skippy Club d’Yssingeaux. Deux départs ont été donnés, le premier permettant aux parents de courir aux côtés de leurs enfants, le second était proposé aux adolescents. Le parcours, "facile et en allure libre" , ont rappelé les organisateurs, déambulait à travers le cœur historique de la ville. Au passage, des poudres de couleur étaient jetées sur les coureurs, les colorant joyeusement. 250 participants ont profité de cette manifestation. Les bénéfices de la participation à la course sont destinés à des projets portés par l’association au Sénégal.

De la magie teintée d’humour
Samedi 23 en soirée, la magie s’est de nouveau invitée au théâtre avec un double plateau tout droit arrivé de la Drôme. Habiles dans l’art de la « baballe », des cordes nouées mais aussi dénouées, Jacky et Bob, au cours de leur prestation " Et Hop !" , ont distillé un spectacle énigmatique agrémenté d’humour.
Juliette et Arthur, 8 et 10 ans, venus avec leurs parents Anne et Mathieu d’Yssingeaux, n’ont pas raté une miette de chacun des tours des deux compères. « C’était assez déroutant », a noté le jeune père, tandis que la petite fille ravie, se demandait encore « mais comment Jacky a réussi à transpercer le carton où il avait enfermé Bob sans lui faire de mal ? ».

Et de l’humour musical décapant
Le duo d’artistes qui a suivi n’était pas moins déjanté. Nadine et Patrick (ressemblant à s’y méprendre au personnage de Bob en première partie), réunis sous le nom de LI2L’AIR, ont revisité des sujets sérieux comme l’amour et son service après-vente Cupidon.fr, la panne sous toutes ses formes, le régime, le rêve de la vache Marguerite, à leur sauce. Un vrai régal pour les oreilles - Nadine avait prévenu en bonne hôtesse de l’air qu’ils ne dépasseraient pas les 90 décibels - mais aussi pour les yeux grâce à leur jeu de scène et à leur complicité évidente.

Le rêve de Marguerite
Là encore, le duo détonnant a accueilli un tonnerre d’applaudissements. Preuve que la mayonnaise a prise, à la fin de leur prestation, Léa et Morgane, deux Yssingelaises de 9 et 11 ans, reprenaient encore le refrain appris par Nadine et Patrick en guise de chanson participative avec la vache Marguerite « Meuh, meuh, meuh », Marguerite rêvant de monter à Paris pour devenir artiste.
Et si le doute était permis au début du spectacle concernant la ressemblance frappante entre Bob le magicien de Carton Plein et Patrick le guitariste punk de LI2DEL’AIR, le voile était levé à la fin. Au moment du salut final, Nadine faisait apparaître Jacky. Une seule personne incarnait donc le magicien et le musicien.

Cirque et jonglage sans prélavage
Le festival s’est poursuivi ce dimanche 24 après-midi avec des numéros de cirque et d’acrobatie proposés par la compagnie Juste à Temps et son spectacle Clown Sonata. Victor, de la compagnie Farfeloup, à travers son spectacle de jonglage et d’humour musical, a tenté de faire « La Lessive » sans prélavage et sans tâches.

M-A.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire