Tous

Polignac

Quand les clubs de foot montrent la voie aux politiques

mer 08/06/2016 - 20:50 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Le district de football de la Haute-Loire va enregistrer deux nouvelles fusions pour le début de saison prochaine : Polignac avec Saint-Paulien et Bains avec Saint-Christophe. Elles s'ajoutent à celles des deux finalistes de la coupe de la Haute-Loire : l'US Sucs et Lignon (Saint-Maurice et Yssingeaux), qui a éliminé Espaly, et Grazac/Lapte, qui a dominé Chadrac. La preuve que les fusions ont le vent en poupe et qu'en tout cas, elles ne freinent pas les résultats...
On peut également citer l'entente entre Saint-Just-malmont et Saint-Didier, feu Interfoot qui a été contraint à la radiation après le conflit de la rive droite, mais les deux clubs ont reconstitué une entente. Enfin, on recense au district une ultime fusion, mais qui commence à dater déjà : celle du Puy Foot, qui avait absorbé les clubs de l'AS Taulhac, du COP le Puy, d'Ours-Mons et du Val-Vert (ce dernier s'était reconstitué par la suite, avant de déposer le bilan il y a une paire d'années).
On peut enfin souligner que pour les équipes de jeunes, les ententes sont légion, mais qu'elles ne résistent que très rarement jusqu'au niveau des séniors.

----Le mode de gouvernance de ce nouveau club est donc un directoire, composé de cinq personnes : trois de Polignac et deux de St-Paulien. Avec le bureau, ça fait un conseil d'administration, qui est chargé de gérer l'association sportive.-----Le bassin du Puy pourra-t-il fournir assez de joueurs pour trois équipes en DH ?
Zoomdici a décidé de se focaliser sur le cas de Polignac, qui était jusqu'alors la deuxième équipe du département (après le Puy foot en CFA), car seule pensionnaire de DH. "C'est vrai qu'on se sentait un peu seul cette année", nous confie Jean-Louis Bay, l'ex-Président du club polignacois, alors que la réserve du Puy, puis Chadrac, avaient tour à tour tenu compagnie aux rouge et blanc au plus haut échelon régional. Et l'an prochain, Espaly et la réserve du Puy Foot accèdent à la DH, ce qui promet de beaux derbys sur le bassin du Puy.
Reste à savoir si ce bassin de population sera en mesure de fournir suffisament de joueurs pour que les trois équipes se maintiennent à ce niveau. "L'Allier a bien eu quatre équipes en DH, pourquoi n'en serait-on pas capable en Haute-Loire ? Il y a une bonne santé sportive sur le bassin, une bonne génération et c'est possible", répond Jean-Louis Bay, qui est devenu le Président du directoire du Velay Football Club, l'entente entre les deux équipes du Nord Velay.

Des liens d'amitié, mais surtout une fusion des moyens financiers
"Il y a toujours eu une très bonne entente entre les deux clubs et les deux territoires", explique le directoire, "avec une école de foot depuis quelques années donc il y avait déjà des rapprochements, notamment parmi nos éducateurs". Pour ces deux équipes, cette fusion est "un prolongement naturel", surtout que les joueurs ont des amitiés partagées entre les deux clubs. Voilà pour le côté fleur bleu, mais il y a aussi une réalité économique derrière... 
La fusion est avant tout une mise en commun de moyens financiers, de moyens humains et des infrastructures. La mutualisation permet de réaliser des économies d'échelle. Les équipes 2 et 3 de Polignac étaient en difficulté ces dernières années (la réserve est même descendue d'Elite cette saison, mais comme Saint-Paulien y figure, l'équipe 2 pourra repartir du plus haut niveau départemental en septembre prochain) et l'arrivée de nouveaux joueurs doit consolider ces équipes, sans oublier "l'usure du bénévolat dans le monde associatif, donc ce sera l'occasion de regrouper nos forces". 

----Le plus petit budget de DH
"On a le plus petit budget de DH, on en est fiers et malgré la fusion, ce sera probablement le cas l'an prochain encore", nous précise la direction du club, "si on avait pu jouer la montée cette année, on aurait été recalés car on n'a pas le budget".-----"C'est un club qui ne se prend pas au sérieux, mais qui sait être compétitif"
Quant au projet sportif, l'objectif est de consolider la position du club en DH, où il figure depuis cinq-six ans. "C'est un club qui ne se prend pas au sérieux, mais qui sait être compétitif", relève le Président du directoire, "en proposant notamment trois entraînements par semaine, des spécifiques attaquants et  des spécifiques gardiens. On a donc tout un arsenal pour pratiquer un bon football mais après, on ne conteste pas la suprématie du Puy foot, c'est le club phare, on propose simplement une alternative pour ceux qui veulent jouer un bon niveau et s'entraîner régulièrement sans jouer en CFA non plus".
Le coach sera Michael Pierzak, ancien joueur de Clermont Foot, du Puy Foot puis de Polignac où il a passé ses diplômes d'entraîneur. Quant à l'équipe 2, l'objectif est clairement de la faire monter en PHR dans les deux années à venir. Pour l'équipe 3, on sera plus dans un football loisir, tout en gardant un oeil sur la compétition. Le club ne pense pas forcément recruter à tours de bras, mais surtout conserver au maximum ses joueurs.

L'occasion d'améliorer les infrastructures
Toutes les équipes vont s'entraîner à Polignac et des aménagements devraient y être faits, notamment pour l'éclairage. Et à Saint-Paulien aussi, le club va investir. "Les infrastructures font partie des meilleurs du département", selon la direction, "avec des solutions de repli intéressantes en hiver et il y a juste la pelouse à refaire" pour que le complexe soit au top. La municipalité l'envisage justement. Reste à savoir si ce sera une pelouse naturelle ou synthétique (qui pourrait être pratique pour l'apprentissage et la période hivernale).

"Ce n'est pas une fusion par défaut, mais par complémentarité. Chacun y trouve une valeur ajoutée"
Pour conclure, nous avons demandé au Président du Velay Football club quelle était la première raison qui avait poussé ces deux clubs à fusionner. "Dans la vie, il faut toujours anticiper, dans le monde de l'entreprise comme dans le monde associatif", nous répond-il, "on est dans une période où les collectivités incitent au regroupement, afin notamment de réaliser des économies pour payer les terrains, les trajets, etc. C'est dans l'air du temps et on l'a entendu. Et mettre en commun des moyens quand on a une philosophie proche, c'est plutôt logique. Ce n'est pas une fusion par défaut, mais par complémentarité. Chacun y trouve une valeur ajoutée".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire