Quand l’armée signe un partenariat avec l’école

Par Nicolas Defay ven 04/06/2021 - 11:30 , Mise à jour le 04/06/2021 à 11:30

Le groupe scolaire Saint-Jacques-de-Compostelle au Puy a mêlé sa signature à celle de l’armée de terre ce jeudi 3 juin. Le but ? Mettre en place deux Classes Défense et Sécurité Globale (CDSG) pour la rentrée 2021.

CDSG ou Classe Défense et Sécurité Globale. Quèsaco ? Selon le site du gouvernement, ce dispositif «  contribue à la mise en œuvre d'un projet pédagogique et éducatif interdisciplinaire et pluriannuel, en lien avec la défense et la sécurité, souvent dans le cadre d'un partenariat actif entre les jeunes, les classes et une unité militaire. » Il est ajouté : « Les CDSG comme les Cadets favorisent le lien armées-Nation-jeunesse, renforcent l'enseignement de défense et participent à  la lutte contre le décrochage scolaire ».

Les élèves de 3ème au cœur du dispositif

L’unité à la base du parrainage peut être une unité militaire à l’instar d’un régiment de l’armée de terre, une base aérienne ou navale, ou encore un bâtiment de guerre, mais aussi une unité de gendarmerie ou un acteur de la sécurité comme la police, les pompiers, ou la sécurité civile. Concernant l’ensemble Saint-Jacques-de-Compostelle, le projet s’est engagé entre le commandant Mignot, délégué militaire départemental de Haute-Loire, et Pascal Pinguenet, directeur de l’établissement scolaire. Deux classes sont alors concernées. Celle des 3ème Prépa-métiers du site Anne-Marie-Martel et celle de la 3ème générale du site Saint-Joseph. Pour cette dernière, seuls 20 volontaires seront intégrés dans le dispositif contrairement aux jeunes en Prépa-métiers où toute la classe est investie.

Marie-Hélène Aubry, inspectrice d'académie, est également présente.

300 classes, 6 000 élèves, 200 unités militaires 

Créées en 2005 dans l’académie de Nice, les CDSG n’ont cessé de se développer selon le site du gouvernement. Institutionnalisé et intégré officiellement dans le Protocole interministériel de 2016, le dispositif comprend aujourd’hui près de 300 classes et concerne plus de 6 000 élèves. Plus de 200 unités militaires (gendarmerie et Délégations Militaires départementales comprises) parrainent une classe.

« Un outil supplémentaire qui concourt à la formation de la personne et du citoyen »

Mais au fait, pourquoi un tel procédé mis en place en septembre 2021 ? Car, toujours selon les informations gouvernementales, « Les CDSG sont une déclinaison concrète du "parcours de citoyenneté" et une traduction de la façon dont l'enseignement de défense peut se faire au collège et au lycée, est-il affiché. En s'appuyant sur les programmes, et notamment ceux d'histoire, géographie et EMC (Enseignement moral et civique, Ndlr), les CDSG sont un outil supplémentaire qui concourt à la formation de la personne et du citoyen, en soulignant le sens de l'engagement dans la durée et en préparant son orientation future ». L’établissement peut faire entrer la CDSG dans différents cadres horaires selon ses moyens et ses contraintes : 1 heure hebdomadaire dans l’emploi du temps plus des temps de rassemblement.

Par ici le programme

Les élèves assisteront à un tronc commun décliné en 9 points :

1 – présentation des Armées de France par le Cdt Mignot. Panorama / métiers de l’Armée / actions / fonctions / Opex ... / septembre 2021 + visite au CIRFA avec présentation des métiers dans le cadre de l’orientation + invitation aux manifestations liées à l’orientation dans l’ensemble scolaire.

2 - école de jeunes porte-drapeaux : théorie / pratique / octobre 2021

3 – participation active aux cérémonies commémoratives au Puy-en-Velay. Ces cérémonies seront précédées d’une explicitation précise des rituels par le Cdt MIGNOT ou par Matthieu LE VERGE, directeur de l’ONAC. / 25 septembre - 11 novembre 2021 – 5 décembre 2021 – 25 avril 2022 - 8

mai 2022 – 8 juin 2022 - 18 juin 2022

4 – visite de la Maison du Combattant : son histoire et ses fonctions par le Pst de l’UDAC Christian Allègre / novembre 2021

5 – une activité sportive, petit parcours avec réserviste et professeur(s) d’EPS / mai-juin 2022

6 – interventions perlées sur l’année : « 1 mois – 1 portrait » en lien avec l’ Armée et la Défense.

7 – apprentissage de La Marseillaise et d’un ou deux autres chants (Chant des Marais – Chant des Partisans – Les Turcos ...) + historique de ces chants.

8 – PARIS - Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe + visite du Service historique de la Défense à Vincennes où se trouve l’original du drapeau du 86è RI + historique du 86è RI.

9 – BACCARAT – bataille d’Août 1914 avec le 86è RI – cérémonie sur place en lien direct avec les cours d’Histoire.

Un programme différent pour chaque groupe

En 3ème Prépa-métiers : 1er Régiment des Spahis de Valence

Visite de la Salle d’Honneur, du musée des engins. A proximité, visite du GAMSTAT (Groupement aéromobilité de la Section technique de l’Armée de Terre) à Chabeuil où découvrir l’entretien des hélicoptères. Le choix de ce régiment est réalisé pour étudier et faire référence à la part prise par les Armées d’Afrique dans les combats qui ont sauvé la France au cours du XXè siècle. L’objectif est de créer du lien et de favoriser la mixité et l’altérite.

En 3ème générale : École de l’aviation – base aérienne 702 d’AVORD à proximité de Bourges

Le choix de cette base est motivé par la volonté de créer du lien avec la préparation du BIA dans notre établissement. Il s’agit d’un brevet de “culture aéronautique” à mi-chemin entre loisirs et études. Le programme est défini par le ministère de l’Éducation nationale.

  • l’histoire de l’aviation
  • la météorologie
  • les principes du vol
  • les différents types d’aéronefs
  • les consignes de sécurité et de navigabilité.

Il ne s’agit que d’une initiation qui n’exige aucune connaissance préalable, mais ce programme recouvre tout de même 50% des connaissances théoriques requises pour décrocher son brevet de planeur. Il concerne tous les jeunes de 13 ans au moins à la date des épreuves.

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

mi

sam 05/06/2021 - 19:16

Pourquoi toutes ces initiatives destinées aux jeunes ne sont pas exploitées dans un établissement public où la scolarité est gratuite ?

 

 

gi

ven 04/06/2021 - 18:32

Pourquoi un partenariat avec le privé et pas le public ? 

lo

ven 04/06/2021 - 17:27

But final:  "engagez-vous qui disaient, vous verrez du pays..."  disait-on en fin de service militaire...la démarche n'est pas certainement sans arrière pensée mais je doute que les futurs volontaires soient clairsemé s vu les conflits qui règnent dane le monde.