Tous

Brioude

Protéines et exercice physique, les ingrédients pour vieillir bien

jeu 01/12/2016 - 19:23 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Pour bien vieillir, mangez du steak et faites des squats. En caricaturant, c'est la conclusion de la conférence proposée par Université pour tous, jeudi 17 novembre, à la Halle aux grains de Brioude. Sans caricaturer, ça donne : pour préserver sa masse musculaire et sa force et prévenir les effets du vieillissement sur les muscles et le cœur, il convient d'avoir un apport en protéines et de faire des exercices de renforcement musculaire.
A vrai dire, ce n'est pas tellement un scoop. Tout le monde sait que la santé est liée à une alimentation saine et à la pratique d'une activité physique, même modérée. Mais Julien et Ludivine Aucouturier ne se sont pas contentés d'asséner des vérités toutes faites. Ils ont aussi justifié ces préceptes.

Des protéines et du sport pour préserver ses muscles et sa force...
Professeur à la Faculté des sciences du sport et de l'éducation physique de Lille, Julien Aucouturier a pour sa part disséqué les filières énergétiques correspondant aux différents types d'efforts avant de concentrer son propos sur le rôle des mitochondries, « les centrales énergétiques de nos fibres musculaires ». « Avec le vieillissement, on a moins de mitochondries dans nos muscles et elles fonctionnent moins bien », a-t-il indiqué. « On a aussi moins de muscle et plus de gras ».
----Les règles d'or pour les seniors. Signaler à son médecin toute douleur dans la poitrine, essoufflement, palpitation et malaise survenant à l'effort. Respecter un échauffement de 10 minutes. Boire de l'eau toutes les demi-heure d'exercice. Eviter les activités intenses s'il fait moins de 5° ou plus de 30° et lors des pics de pollution. Ne pas fumer 1 heure avant et 2 heures après l'activité. Ne pas consommer de substance dopante. Eviter l'automédication. Ne pas faire d'effort après un épisode grippal. Pratiquer un bilan médical avant de reprendre une activité intense.----- En outre, la masse musculaire du bas du corps diminue plus vite que celle du haut du corps. Ce qui s'explique, d'ailleurs. « Souvent, quand les gens vieillissent, ils font de moins en moins d'activités physiques de locomotion, alors qu'ils continuent à utiliser leurs membres supérieurs pour les mêmes taches, comme faire le ménage, les carreaux... », a poursuivi Julien Aucouturier. « Le problème c'est que quand on perd trop en bas, il arrive un moment où on a des difficultés, ne serait-ce pour se relever de sa chaise ». Sans parler des risques de chute, de fatigue, de perte d'autonomie et de fragilité. En résumé, « il faut veiller à bien rester actifs avec les membres inférieurs ». Et il faut aussi « alimenter » les muscles en protéines. « Quand on mange des protéines, derrière, on construit du muscle », a expliqué le conférencier. « D'ailleurs, quand on vieillit, plutôt que de manger une tranche de jambon à midi et une le soir, il vaut mieux prendre l'apport d'un coup ».

... et pour limiter les risques de maladies cardiovasculaires
Conclusion, associer protéines et exercice physique favorise le gain musculaire et permet de ralentir les effets du vieillissement. Ludivine Aucouturier, cardiologue de son état, a enfoncé le clou, traitant des multiples bénéfices de l'entraînement physique sur le cœur. « La pratique d'une activité physique régulière permet de diminuer le risque d'infarctus et de lutter contre les facteurs de risque cardiovasculaire que sont l'obésité, le tabagisme, l'hypertension artérielle, le diabète, l'hypercholestérolémie et la sédentarité », a insisté la spécialiste. « Mais il ne s'agit pas de passer d'aucune activité à 5 heures par semaine et de devenir un forçat du sport. Il s'agit de réaliser une activité modérée dans de bonnes conditions. Vous constaterez déjà un gain significatif et vous lutterez contre le vieillissement cardiaque et périphérique en marchant chaque jour une demie heure ».
En marchant ou en faisant de petits exercices très simples comme s'accroupir et se redresser à plusieurs reprises en se tenant au dossier d'une chaise. « L'entraînement, même quand on est vieux, ça marche et ça peut marcher très vite », a étayé Julien Aucouturier. « Pas seulement pour faire des performances sportives mais pour avoir une bonne qualité de vie ».
Loin de pratiquer la politique de l'autruche, les jeunes mariés ont aussi évoqué les risques liés à la pratique d'une activité physique, tels l'apparition de troubles sous-jacents ou les cas de mort subite lors de l'exercice, aussi isolés soient-ils. « Il ne faut pas retenir que le sport tue », a conclu Ludivine Aucouturier. « Les bénéfices dépassent de loin les risques ».

I.A.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire