Tous

Vorey

Proposer des mesures de politiques publiques plus adaptées aux espaces ruraux

ven 03/05/2019 - 13:55 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

----Cécile Gallien, vice-présidente de l'association des maires de France, Daniel Labaronne, député d’Indre-et-Loire, Vanik Berberian, président de l'association des Maires Ruraux de France, Pierre Jarlier, maire de Saint-Flour, Patrice Joly, président de l’association Nouvelles Ruralités.-----"C'est une mission que nous menons tous azimuts", confie Cécile Gallien. Et pour cause, le calendrier est très serré. Nommés le 29 mars dernier par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion territoriale et des relations avec les collectivités territoriales, les cinq membres (voir encadré) de cette mission gouvernementale -- conséquence d'une résolution votée par le Parlement européen le 3 octobre 2018 -- ont jusqu'au mois de juin pour rendre leur copie.

>> A lire : Une déclinaison d'action Coeur de Ville pour "répondre aux besoins des territoires"

Une copie sur laquelle devront figurer des propositions "concrètes" de politiques publiques pour le développement des espaces ruraux. "Dans les années 1960, il y avait Paris et le reste de la France autour. Aujourd'hui, on parle de métropoles en France et d'espaces intersticiels pour qualifier les zones rurales. Un terme que je n'accepte pas car ces espaces sont une chance, une richesse en matière d'eau, d'air pur, de production d'énergie propre, de tourisme, d'industrie, etc", explique la vice-présidente de l'association des maires de France (AMF). Et d'insister : "les espaces ruraux, qui au niveau européen représentent 60% du territoire et 43% du PIB, doivent être considérés au même titre que les espaces urbains."


(Les cinq membres missionnés autour de la ministre Jacqueline Gourault. Photo DR/Cécile Gallien.)

Ainsi chaque semaine, les cinq membres missionnés se retrouvent à Paris pour noircir de propositions la feuille pour cet agenda rural. "Certes, ça se passe à Paris, mais nous auditionnons un grand nombre d'acteurs de la ruralité : les élus locaux, les services de l'Etat, les associations, les entreprises, les géologues, les chercheurs, etc. Pour le côté local, j'ai demandé à ce que l'espace de co-working de Monistrol-sur-Loire soit auditonné ! Tous ces témoignages nous permettent d'identifier les problématiques et les enjeux des territoires ruraux selon leurs caractéristiques" pour pouvoir in fine proposer "des mesures appropriées". Et ce quel que soit le domaine : la santé, l'éducation, l'urbanisme, le numérique, ou encore la mobilité. "Mais nous rencontrons également tous les cabinets ministériels pour que dans toutes les lois en préparation, soient prises en compte nos propositions", précise Cécile Gallien. La vice-présidente de l'AMF n'en dira pas davantage sur les propositions qui ont d'ores et déjà été formulées. Rendez-vous donc au mois de juin pour découvrir le contenu de la copie rendue à la ministre Jacqueline Gourault. 
Stéphanie Marin
>> A lire sur le même sujet : Arlempdes : la ruralité n'est pas une fatalité

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire