Projection-débat sur le thème des déchets avec "Super Trash" et le collectif PPVV

lun 03/02/2014 - 17:08 , Mise à jour le 26/11/2020 à 17:49

Après l’abandon de Sita-Suez du projet de décharge sur les communes de Cayres et Séneujols le 19 juillet dernier, le collectif Préservons le plateau du Velay volcanique (PPVV) continue ses actions de sensibilisation au tri des déchets avec le souhait que les acteurs politiques réagissent : il y a encore plus de 250 décharges en France, sans compter les incinérateurs.

18 mois dans une décharge
C’est dans ce cadre là que l’association organise la projection du film de Martin Esposito, Super Trash. Dans ce dernier, le réalisateur s’immerge pendant 18 mois dans la décharge de Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes. Il en ressort un témoignage d’une guerre qui se déroule à la porte de nos villes. Pour reprendre certains termes du journaliste Max Armanet de Marianne, Martin Esposito « tend le miroir de ce que nous ne voulons voir à aucun prix : les conséquences d’une société́ où tout est à vendre et dont l’appétit de consommation résume les moyens et la fin ». Libération y voit un « très curieux film » qui « ressemble au matériau brut et idéal d'un spectacle pédagogique effrayant ».

Témoignage objectif ou film sensationnaliste ?
« Il s’agit de voir, de regarder, de constater ce que deviennent nos déchets, ceux que nous achetons ni contraints ni forcés. De prendre conscience de la pollution liée à la surconsommation, à la surproduction et aux problèmes de recyclage. On y voit une colline grandissante de plastiques, papiers, restes de repas, nourriture encore emballée et consommable, boues, excréments humains, déchets médicaux, animaux englués et cercueils en fin de concession », explique le collectif PPVV. « Pendant des années, tous les rebuts de la vie quotidienne, de l’industrie, du festival de Cannes se sont entassés à « la Glacière » jusqu’à ce que cette colline de déchets dépasse toutes les collines avoisinantes, rependant son odeur et ses jus de décomposition à des kilomètres aux alentours. » Le projet du réalisateur a rencontré un large succès auprès du public ; la presse, elle, est plus partagée. Télérama y voit « un film sensationnaliste et confondant de naïveté ».

« Super Trash nous renvoie tous à nos responsabilités individuelles et collectives. Son but n’est pas d’accabler l’individu, mais de réveiller les consciences, pour que l’opinion publique prenne le relais. Parce qu’il n’est pas trop tard », précise le collectif PPVV. La projection, programmée le vendredi 7 février à 21h au Ciné Dyke du Puy-en-Velay, sera suivie d’un débat animé par le réalisateur et les membres de PPVV.

Uune pré-vente de billets est également prévue au Ciné Dyke à partir du mercredi 5 février de 13h30 à 17h50 et de 17h10 à 21h00.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire