Prix de départ : 50 000 € pour ce manuscrit provenant de la cathédrale du Puy-en-Velay

mer 27/05/2015 - 13:29 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

Le précieux manuscrit est un sacramentaire inconnu de la cathédrale du Puy, datant de la seconde moitié du XIe siècle, juste avant la Première Croisade. Il s’agit d’un livre liturgique complexe, mêlant textes et musique.
Ceux qui connaissent de réputation les livres ornés de Gaillac reconnaîtront l’enluminure aquitaine des débuts de l’époque romane, jusqu’ici inconnue au Puy.
Ce rarissime parchemin de 276 pages est mis en vente par la prestigieuse société autrichienne de ventes aux enchères Dorotheum ce lundi 1er juin 2015, avec comme prix de départ, la coquette somme de 50 000 €. La mise aux enchères doit débuter ce lundi à 14h au Palais Dorotheum, à Vienne, en Autriche, et ne devrait prendre que quelques minutes.

Déjà 90 000 € mobilisés en Haute-Loire
Reste donc à savoir si une institution locale a l'intention de s'approprier le précieux ouvrage afin de le faire revenir sur ses terres natales. Les archives départementales de la Haute-Loire ont d'ores et déjà lancé un appel à contribution afin d’acquérir le manuscrit, rappelant au passage qu'il est possible de bénéficier d'une déduction fiscale dans le cadre de ce don. La mobilisationest cependant venue d'abord des particuliers, notamment des médiévistes.
Ainsi, chacun peut donner un peu pour faire monter la cagnotte. Une souscription en interne a déjà eu lieu à la cathédrale du Puy, qui avoisinerait déjà les 50 000 €. La participation des particuliers s'élèverait à environ 23 000 € et avec l'aide des diverses collectivités et archives de France, la candidature altiligérienne pourrait atteindre les 90 000 €. "Mais ce ne sont que des déclarations, rien n'est encore acté", nous prévient-on aux archives départementales. Il faut également savoir qu'il est très rare qu'un objet vendu aux enchères parte au prix de départ et pour ce manuscrit, on peut penser qu'il va partir à environ 200 000 €.

"Nos chances sont relativement faibles, mais la mobilisation altiligérienne est importante"
Selon toute vraisemblance, l'offre altiligérienne serait portée par les archives de France, qui le ferait pour le Conseil départemental, qui se porterait alors acquéreur du manuscrit au nom de tous les contributeurs. La cathédrale du Puy étant le principal financeur de cette opération, le manuscrit pourrait ensuite y être exposé. Une autre option serait que la BNF (bibliothèque nationale de France) porte cette offre au nom du Département. Le montage administratif proposé est assez complexe et a dû être réalisé dans l'urgence car les délais étaient très courts.
Dans ce type d'enchères, le prix grimpe très rapidement, avec la concurence de grandes institutions internationales, de marchands spécialisés qui revendent ensuite le produit avec une importante plus value, ou encore des particuliers très fortunés et férus d'histoire médiévale... "Nos chances sont relativement faibles si le prix s'emballe, mais la mobilisation altiligérienne est importante", nous confie-t-on.

Une écriture en miniscule caroline
Le manuscrit est écrit minitieusement en minuscule caroline, cette écriture apparue au VIIIe siècle, vers 770 sous l'impulsion de Charlemagne, dans l’école palatine tenue par Alcuin, avant de se répandre depuis Saint-Martin de Tours où l'érudit s'est retiré à la fin de sa vie. Cette écriture se diffuse ensuite dans tout l'Empire dans les codex, les capitulaires et divers textes religieux avant d'évoluer vers l'écriture gothique au XIIe siècle.
Elle présente des formes rondes et régulières qui la rendent plus facile à lire et à écrire que la minuscule mérovingienne, ce qui assure sa renaissance au XVe siècle, sous la forme de l'écriture humanistique lorsque des humanistes florentins l'ont redécouverte et préférée à l'écriture gothique qu'ils jugeaient artificielle et illisible.

Inestimable car jamais restauré et contenant- des textes partiellement inconnus
Le précieux document est tout de même partiellement détérioré et présente quelques lignes illisibles, mais il demeure un manuscrit d'importance académique exceptionnelle, notamment en terme d'histoire liturgique. Il s'agit probablement du plus vieux specimen vérifiable pour ce diocèse.
La valeur exceptionnelle de ce codex réside dans le fait qu'il n'a jamais été restauré, son âge très avancé et la compilation de textes partiellement inconnus. On y trouve plusieurs animaux, dont un oiseau stylisé, mais aussi un poisson et des têtes d'animaux. On relève aussi l'usage fréquent d'ornements rouges qui ressemblent à des branches avec des silhouettes de feuilles. Mais le dessin ornemental du cadre n'est pas terminé.

L'origine Ponote du manuscrit formellement établie
La couverture du livre manque, seul un petit plateau en bois demeure de la couverture arrière. L'origine est absolument établie comme venant du Puy-en-Velay, comme les archives de l'Eglise en témoignent. Le codex est arrivé en Bohémie au début du XVème siècle, comme le montrent les archives de la martyrologie.
A l'intérieur, le contenu propose principalement des informations ayant trait aux rituels, aux instructions liturgiques pour le prêtre et aux sacrements pour l'évêque, qui ne sont pas bien clairement séparés au XIème siècle.

Il est demandé à l'acheteur de continuer à étudier cette coopération de valeur.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire