Première mondiale : un carburant 100 % vert

Par Nicolas Defay mar 20/09/2022 - 15:30 , Mise à jour le 20/09/2022 à 15:30

Cette essence expérimentale a été essayée par un altiligérien dans les conditions extrêmes du Bol d’Or au Castellet du 17 et 18 septembre. Le pilote Pierre Lemos et son équipe, avec les élèves du lycée Pierre Mendès France de Montpellier (34), ont pu tester cette énergie constituée majoritairement de...déchets de raisin.

De la lie de vin et du marc de raisin. Si certains espèrent découvrir dans cet article une recette de cocktail alcoolisé à base de ces deux ingrédients, déçus ils seront. Toutefois, il s’agit bien d’alcool qui est consommé, mais par une moto Yamaha R1.

Les pionniers du 43 et 34

Pierre Lemos, motard le plus connu de la Haute-Loire, a eu l’honneur d’utiliser cette mixture dans une compétition d’endurance de deux roues pour la première fois au monde . Le carburant baptisé Excellium Racing 100 et développé par TotalEnergies avait, certes, déjà chauffé dans les moteurs du 24 h du Mans Auto en juin 2022. « Mais là, c’est une toute première pour une compétition de moto », précise Isabelle Hostin, membre de la fière équipe FMR 34.

Et fiers, ils le sont vraiment car, en plus de devenir des sortes de pionniers en la matière, ils décrochent la deuxième place dans la catégorie « expérimentale ». Sur les 43 participants toutes catégories confondues, la team FMR 34 termine 31ème devant certaines très grosses équipes de renommée internationale.

L'équipe FMR de Montpellier au complet avec le pilote altiligérien Pierre Lemos.
L'équipe FMR de Montpellier au complet avec le pilote altiligérien Pierre Lemos. Photo par DR

Le pari risqué de ne compter que sur une seule moto avec un carburant inconnu

Le Bol d’Or est une compétition de moto où les participants doivent effectuer le plus de tours possible en 24 heures. Outre le souci du chrono, l’autre priorité est la préservation de ces engins sacrément malmenés. « En général, les équipes ont deux motos en cas d’avarie sur la première, livre Isabelle Hostin. Nous et le lycée Pierre Mendès France en avions qu’une seule. Il fallait donc vraiment faire attention à elle tout en ayant conscience de la particularité du carburant utilisé. »

D’après les premiers retours discutés entre les membres de FMR 34, cette énergie révolutionnaire a fait le job question performance. « Maintenant, les élèves vont démonter entièrement la moto et notamment le moteur pour savoir comment il s’est comporté, confie-t-elle. Ils sauront s’il y a plus d’usures que l’aurait fait un carburant classique ».

Peut-être un début de victoire sur l'emploi des énergies fossiles ?
Peut-être un début de victoire sur l'emploi des énergies fossiles ? Photo par DR

« S’il venait à alimenter les stations services du pays, nous ne dépendrions plus des producteurs de pétrole pour ça ! »

Selon le site de TotalEnergie, l’Excellium Racing 100 rejetterait 65 % en moins de CO2 que les autres énergies classiques. Si, techniquement, il peut être utilisé tel quel dans votre véhicule lambda, il faudra attendre des centaines d'essais et de recherche/développement avant de le voir apparaitre dans les stations services.

« Mais Total travaille justement là-dessus pour le rendre accessible un jour à tout le monde, appuie Isabelle Hostin. D’autre part, il est à noter que ce biocarburant est non seulement 100 % écolo mais également 100 % français. S’il venait à alimenter les stations services du pays, nous ne dépendrions plus des producteurs de pétrole pour ça ! »

Pierre Lemos avec les étudiants de l'établissement Pierre Mendès France.
Pierre Lemos avec les étudiants de l'établissement Pierre Mendès France. Photo par Isabelle Hostin

Obligatoire en course dès 2024

Toujours d’après les informations partagées par Isabelle Hostin, « ce carburant sera obligatoire en course d’endurance moto Gp dès 2024. Et en 2026 pour les catégories EWC (Catégorie reine où les pilotes se battent pour le titre suprême, Ndlr). Aussi, l’enjeu est très important pour Total. Son nouveau carburant doit pouvoir assurer les mêmes performances que ses cousins utilisant les ressources fossiles tout en gardant son aspect totalement écologique ».

Le remplissage du réservoir avec le précieux carburant.
Le remplissage du réservoir avec le précieux carburant. Photo par Isabelle Hostin

« Là, les caméras étaient clairement concentrées sur notre moto ! »

Ce weekend du Bol d’Or, c’est un petit bout de la Haute-Loire qui s’est allié aux bac Pro et BTS du lycée Pierre Mendès France pour sabrer ensemble les bidons du carburant vinicole et le champagne pour leur belle seconde place. « Nos partenaires Siprotec à Loudes, Challenge One au Puy et le garage Martenat de Saint-Germain-Laprade, nous ont généreusement tendue la main dans cette aventure, soulève Isabelle Hostin. Une aventure qui va assurément faire le buzz car nous n’avions jamais vu autant de médias nous suivre sur le circuit du Castelet. »

Elle partage à titre d’exemple : « D’habitude, la chaîne Europsort s’intéresse surtout aux grosses équipes, celles qui jouent les premières places pour avancer dans le Championnat du monde. Là, les caméras étaient clairement concentrées sur notre moto et notre équipe ! »

Et l’autre bonne nouvelle sur le sujet si ce biocarburant venait à coloniser les pompes à essences ? Le développement forcé de la culture de la vigne pour produire de la matière première. À votre santé !

Trois pilotes (et un joker) se succèdent dans chaque équipe pour rouler 24h durant
Trois pilotes (et un joker) se succèdent dans chaque équipe pour rouler 24h durant Photo par Isabelle Hostin

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

LO

sam 24/09/2022 - 09:27

Encore une idiotie de plus ...... Le carburant vert n'existe pas et n'existera JAMAIS, imaginez à l'échelle planétaire, cela ne laisserai tout simplement aucune place à une autre culture tellement le besoin serait énorme. Ou alors donnez nous la quantité de barils à l'hectare nécessaire et on en reparle....

ba

jeu 22/09/2022 - 10:39

Curieux paradoxe, il va falloir consommer plus de vin pour pouvoir rouler.

ga

mer 21/09/2022 - 13:56

Rouler "100% vert" c'est malheureusement ce genre de promesse onirique qui plonge la planète dans la panade. Faire croire aux 7 milliards d'habitants de la Terre qu'on peut continuer à consommer, user de loisirs, tourner en rond passivement sur un circuit en étant exemplaire écologiquement donne une forme d'alibi à tous. La seule façon d'être "un peu plus vert" c'est de ne rouler que pour l'essentiel, de vivre sobrement et de laisser le futile (comme la moto de compétition) au garage ... Et même en faisant cela, on ne sera pas 100% vert comme l'annonce Zoomd'Ici.