Preciturn : les salariés en attente du délibéré

ven 13/03/2015 - 22:08 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Les 37 salariés de l'entreprise monistrolienne Preciturn redoutaient ce vendredi 13 mars, pas par superstition mais à cause de la convocation de leur entreprise au tribunal de commerce. En difficulté depuis plusieurs années, Preciturn avait été reprise par le groupe AIAC en 2013.

Rêve de promesses tenues
Le groupe avait fait trois promesses que les salariés ne sont pas prêts d'oublier : réinjecter 250 000 euros de trésorerie, 177 000 euros d'investissement et l'achat d'une machine de frappe d'une valeur de 150 000 euros. Le délégué syndical CGT, Paul Lyonnet ironise : " D'habitude, on donne des numéros aux machines. Si on a celle là un jour, on l'appellera Désirée sans hésitation. " Aucune des promesses n'a été tenue. " On est dégoûtés. Certains sont sous antidépresseurs " explique le délégué.

Encore un peu de patience
Abasourdis et le moral en berne les salariés sortent du tribunal peu après 15h30 ce vendredi. " Le procureur est comme nous : pessimiste. Mais il serait favorable à un redressement ", clarifie Paul Lyonnet. Un redressement judiciaire avec une éventuelle période d'observation pourrait être acté. Le délibéré sera rendu mercredi 18 mars. La reprise de l'entreprise est également possible mais les salariés glissent : " Il est trop tôt pour en parler ".

Perte d'un gros client 
En février, les salariés n'ont reçu qu'un acompte de 800 euros sur leur paye par manque de trésorerie. Pierre Marsein, délégué CGT n'est pas surpris : " On chôme une semaine sur deux. " En effet, depuis le 1er octobre dernier, l'entreprise a perdu PSA alors qu'il représentait 50% du chiffre d'affaires. Pierre Marsein développe : " On est passé de 600 000 euros de chiffre d'affaires en septembre 2013 à 150 000 euros aujoud'hui. Ce qui représente une baisse de 78% en 18 mois seulement. " Une demande d'obtention du régime de garantie des salaire a été formulée la semaine passée.

E.J. 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire