Prades, Le Vernet, Les Vastres, la saison des brocantes est lancée

Par T.Ch dim 01/08/2021 - 17:30 , Mise à jour le 02/08/2021 à 04:00

Ce premier dimanche du mois d’Août marque l’entrée dans le mois des brocantes, Siaugues-Ste-Marie, Le Vernet, Prades, Les Vastres avaient communiqué depuis longtemps en espérant que les vendeurs et les clients seraient de la partie pour animer les villages sous un chaud soleil estival.

C’était sans compter sur les caprices de la météo de cet été 2021 durant lequel, décidément, rien ne se passe comme à l’habitude. Dans la vallée de l’Allier ce dimanche 1er août 2021, il fallait être de bon caractère pour oser venir déballer à Prades ou au Vernet dans la brume épaisse qui coiffait encore la vallée sur le coup des 6 heures du matin. A 7 heures, l’averse prévue pour l’après midi est par avance venue rajouter un peu de fraicheur puis s’est rapidement transformée en une vraie pluie d’automne.

Prades-le Vernet, on avait le choix pour acheter mais pas pour déballer

Marie-Louise, qui est une fidèle de la brocante de Prades, avait pourtant tout prévu, thermos de café pour le matin et parasol pour s’abriter à midi et bâche plastique pour le cas d’une petite averse. A 8 heures, elle décidait finalement que le jeu n’en valait pas la chandelle… elle attendrait dimanche prochain et la brocante de Sanssac.

Entre pluie et éclaircies à Prades Photo par Thierry Chabanon

La brocante de Prades connaissait ce dimanche matin la concurrence de celle du Vernet. Les deux villages sont séparés de 6 km environ et 600 mètres de dénivelé via la fameuse côte du col de Peyra Talhada.

On remballe de ce côté Photo par Thierry Chabanon

Joël et Nadine avaient quant à eux choisi Le Vernet pour déballer. Non-inscrits, ils n’ont pas pu déballer car « il n’y avait plus une place de disponible » leur a-t-on indiqué de façon péremptoire vers 7 heures. C’est comme ça qu’ils se sont donc retrouvés à Prades, eux-aussi. A 11 heures du matin complétement trempés, ils ont choisi de remballer et de partir en vacances dans le midi où, dit-on, il fait soleil.

Entre 8 heures et 11 heures, ils ont pourtant vu une assez belle affluence d’acheteurs car la brocante est quand même, en été l’endroit qui ouvre le plus tôt pour les passionnés des choses anciennes et on sait que c’est de bonne heure qu’on y fait les meilleures affaires. Passé 10 heures, ce sont surtout les badauds et les flâneurs qui parcourent les allées des vides-greniers. On y vient en curieux et pour se raconter les nouvelles du pays d’à côté.

L’impression de Nadine et Joël est partagée par un autre couple qui aime bien aussi déballer deux ou trois fois dans l’année. Ils ont un bel étal sur lequel ils vendent des « esclops » même s’ils ne savent pas ce que c’est. Il faut dire qu’ils sont originaires de Paris et bien qu’ils vivent sur le plateau sauguain depuis 30 ans ils n’ont pas appris le patois.

Le moral est resté bon, la brocante, c'est d'abord une sortie Photo par Thierry Chabanon

En attendant, ils vont essayer de rester encore un peu ne serait-ce que par politesse pour les organisateurs du vide grenier mais c’est vrai qu’il n’y a pas foule à Prades qui n’a toujours pas trouver de repreneur pour son commerce multi-activités fermé depuis plus de deux étés.

Un bruit court cependant « Il parait qu’il serait repris par deux dames, mais pas avant 2022 ».

« On annonce 35° cet après-midi »  lance le speaker au Vernet

Au Vernet , il ne devait pas faire plus de 10° quand les premiers marchands sont arrivés pour s’installer. Le village tente de relancer sa brocante pour la deuxième année consécutive et a choisi une date pour laquelle il ferait forcément beau.

« Venez utiliser la structure gonflable pour enfant que nous avons installée à côté de la buvette pendant que vous faites le tour des stands, il est prévu 35° cet après-midi » lance le speaker alors qu’un mince crachin vient renforcer l’impression frisquette attisée par le vent du Nord qui ne fait pas de cadeau à plus de 1000 mètres, même en été.

Au Vernet, il fallait chercher où se garer Photo par Thierry Chabanon

Du côté des stands, il est difficile de savoir ce que l’on vend car tout le monde a recouvert les étals de bâches en plastique. Alors on fait un tour rapide en tentant de s’éloigner de la sono criarde et bien trop forte qui débite les standards disco des années 80. Ici on vend des lentilles à 4 euros les 500 grammes mais l’immatriculation en 63 du vendeur laisse craindre que ce ne soit pas un véritable producteur local. A côté, on vend des fromages label "sans OGM". On ne sait pas trop quel est l’organisme qui peut certifier ça mais bon, c’est ce qui est écrit. Là, on vend des sandwiches qui ont bien du mal à garder une belle tenue dans l’atmosphère humide.

A la différence de Prades, il y a beaucoup de visiteurs et les parkings sont pleins. Beaucoup de plaques d’immatriculation commencent par 9- ou par 7- indiquent que les aoûtiens sont arrivés et qu’ils ont garnds besoin de prendre l’air. Des cyclistes passent qui viennent de relever le challenge du col du Vernet.

Il y avait quand même du monde au Vernet dimanche matin Photo par Thierry Chabanon

L’animateur reprend le micro et tente de vendre des billets d’une tombola à 2 euros mais il oublie de signaler quels sont les lots à gagner et quand aura lieu le tirage. Il essaye aussi de vanter la qualité des frites qui seront servies à midi. On se presse autour d’une buvette où le café chaud va bientôt manquer et si on lève un peu la tête on distingue quelques torus dans les nuages qui laissent espérer que peut-être, il ne fera pas si mauvais cet après-midi.

Du côté de Siaugues, on annonce un grand marché aux livres et au vinyles pour le 8 août et de grands auteurs locaux

Finalement, il y a au moins une personne qui est active dans les allées des deux villages depuis 8 heures, c’est Dadou Lyonnet adjointe en charge des animations du village de Siaugues-Ste-Marie qui fait la publicité de la grande journée du week-end suivant de son village. Elle veut aussi recruter des vendeurs de livres ou de disques pour sa propre brocante.

Depuis quelques années, ce marché réunit des vendeurs de disques vinyles et des amateurs de livres. Il y a aussi une vingtaine d’auteurs qui sont invités et vont dédicacer leurs ouvrages, romans locaux ou non.

Cette année, la manifestation est parrainée par Maryse Mezard, autrice de nombreux ouvrages dont « Une vie différente » qui raconte une « Haute-Loire, début du XXe siècle. La vie rude et rangée des paysans du Velay est marquée par les croyances et la religion. Les interdits et les coutumes sont tout-puissants, l'homosexualité est taboue ; ceux qui y contreviennent subissent de lourdes conséquences. L'enfer des tranchées survient, qui bouleverse tout. Passionnée par l'histoire locale de sa région, Maryse Mezard nous entraîne à sa suite dans les paysages du Haut-Allier"  (source Fnac).

On y rencontrera aussi Pierre Benoist qui a écrit sur Prades, sur Saint-Julien des Chazes et son histoire millénaire, sur le temps du bandit Mandrin et aussi sur les sorcières.

On y croisera aussi peut-être incognito la réalisatrice Fanny Sydney star de la série 10% et qui vient de réaliser un film policier dans la région de Siaugues durant l’hiver 2021.

Voilà une alternative pour ceux qui pensaient aller aux Estables dimanche 8 août car, il faut savoir que la grande brocante anuelle a été annulée devant la difficulté à mettre en place les mesures de distanciation, Siaugues pourrait être une alternative "surtout qu’en plus il fera beau" annonce Andrée Lyonnet.

Dadou Lyonnet annonce le marché aux livres et vinyles de Siaugues Photo par Thierry Chabanon

On rappelle qu’il y aura aussi une brocante du côté de Sanssac-l’église où on pourra retrouver Marie-Louise dont on reconnaitra l’étal aux carafes publicitaires qui sont là, non pas pour être vendues mais parce que c’est le type d’objet qui attire les curieux.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés