Plus de 400 personnes pour combattre l’extrême droite au Puy

Par Nicolas Defay sam 05/02/2022 - 18:00 , Mise à jour le 05/02/2022 à 18:00

Ce samedi 5 février, ce sont environ 430 personnes qui ont défilé dans le Puy pour s’ériger « contre la montée de l’extrême droite », selon leurs termes. Cette mobilisation initiée par le collectif du RAFAHL (Réseau Anti Fasciste de Haute-Loire) a été rejointe par de nombreuses autres entités politiques ou pas.
(Vidéo en bas d'article)

Toutes les générations étaient présentes en ce samedi 5 février dès 14 heures à la place Cadelade au Puy-en-Velay. Enfants, parents, grands-parents, syndicats affichés ou pas, partis politiques, Resf 43, la Ligue des Droits de l’Homme, Attac, associations diverses et variées, ou simple électrons libres, dense a été le cortège pour combattre leur ennemi commun : l’extrême droite, le fascisme et le capitalisme.

« Alerta, alerta antifascita ! ». « Siamo tutti antifascisti ». « Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos ! »...Les gorges ont scandé des slogans plus de deux heures durant en longeant le périmètre interdit par l’arrêté préfectoral acté le jeudi 3 février. Les participants ont remonté le boulevard du Breuil, emprunté le boulevard Alexandre Clair, descendu celui du Président Bertrand, pour finalement s’immobiliser devant la préfecture, lieu des discours.

Beaucoup de manifestant contre l'extreme droite
Jeunes et moins jeunes, réunis contre la montée de l'extrême droite. Photo par Nicolas Defay

« Si nous laissons installer cette pandémie d’idées nauséabondes, alors il sera trop tard »

« Je suis là car il est urgent de soigner cette gangrène avant qu’elle ne s’étende totalement au corps de la société et de la politique, insiste un manifestant trentenaire. Regardez ce qu’il se passe au Puy et dans le département ! Cette librairie des Arts Enracinés qui est un repère de fascistes en plein cœur de ville, la présence de Jeune Nation et de Civitas dans certaines manifestations, des templiers illuminés qui jouent aux soldats de Dieu, des autocollants de la Rose Blanche retrouvés un peu partout...»

Il martèle bruyamment : « L’urgence est là ! Si nous attendons trop, si nous laissons installer cette pandémie d’idées nauséabondes, alors il sera trop tard pour soigner ce mal ! »

« La libraire n’est pas arrivée là par hasard. Elle est là parce qu’il y a un terreau. L’extrême droite intégriste catholique essaie de placer ses billes sur le Puy depuis un moment, déjà ». Aurélien de RAFAHL

Une autre manifestation en même temps

La traditionnelle mobilisation anti-pass était également de la partie mais nettement moins dense avec une cinquantaine de personnes. Ils ont emprunté un itinéraire différent pour ne pas se confronter aux autres manifestants, animés par des luttes et des sensibilités différentes.

La mobilisation anti pass a terminé à la place Cadelade.
La mobilisation anti pass a terminé à la place Cadelade. Photo par Nicolas Defay

« Ce n’est pas une librairie, c’est un local d’extrême droite »

Sylvain, membre du RAFAHL, explique le pourquoi de ce collectif. « Le groupe s’est créé suite à l’implantation de la librairie fasciste, rue Raphaël. D’autre part, l’extrême droite ne cesse de germer un peu partout dans le département, surtout depuis quelques mois. La présence des nationalistes à Saint-Jeures, Araules, Recharinges...la montée de l’extrême droite est claire ! »

Aurélien, lui-aussi adhérent au RAFAHL, évoque leur combat contre la librairie des Arts Enracinés. « Cette librairie, en vrai, elle est ridicule ! Ils ont cinq bouquins horribles qui se battent en duel et ils n’ont pas de clients. C’est pas eux le danger. Le danger est que ce commerce représente un point d’ancrage pour tous les faschos du coin et au-delà. Ce n’est pas une librairie, c’est un local d’extrême droite ».

Il ajoute : «  On a rien contre les librairies ! Les livres et la culture, c’est très important. Mais là c’est un repère de partisans d’extrême droite, très actifs pour diffuser leurs idées immondes et attirer d’autres groupes extrêmes comme ce qui est en train de se passer au Puy et en Haute-Loire ».

Photo par Nicolas Defay

« Grâce aux actions de ceux qui nous veulent du mal, la librairie a de plus en plus de succès. Ils médiatisent notre activité. Ce qui est bien pour nous ». Maxime Sanial, patron de la librairie des Arts Enracinés.

« Ce sont eux qui m’ont cassé ma devanture récemment »

La mobilisation a été suivie par une poignée de policiers. Néanmoins, dans le centre de la cité ponote, ce sont plusieurs cars de CRS qui ont été déployés pour sécuriser tous les accès à la librairie des Arts Enracinés. Son patron, Maxime Sanial, croix noire celtique accrochée sur sa chemise, porte un regard sceptique sur ces mobilisations. « Ce sont des gens qui nous accusent d’être violents alors que ce sont eux qui m’ont cassé ma devanture récemment. Ils veulent interdire une librairie, donc ils revendiquent le monopole de la culture. C’est vraiment navrant ».

À la question de savoir s’il a peur de cette fronde dirigée contre lui et sa boutique, il répond : « Pas vraiment car il y a la police qui nous protège tout le temps et nous avons des amis qui sont là au cas où pour sécuriser. C’est vrai que ça nous ne laisse pas indifférents mais cela renforce notre volonté de continuer à diffuser ce que l’on croit être bon. Nous sommes pour l’instant les seuls à le faire ici ».

D’après le collectif RAFAHL, d’autres mobilisations auront lieu «  tant que cette librairie sera là et active. Nous marcherons, nous gueulerons, nous chanterons et nous continuerons sans relâche et sans fatigue ce combat contre cette bête sournoise, fléau de la société et de l’humanité toute entière que représente l'extrême droite ».

Maxime Sanial et sa compagne devant leur boutique rue Raphaël.
Maxime Sanial et sa compagne devant leur boutique rue Raphaël. Photo par Nicolas Defay

Ambiance de la manifestation contre les idées d'extrême droite ▼

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

10 commentaires

fr

dim 06/02/2022 - 17:54

Si je comprends bien, ils sont contre les extrêmes de droite mais absolument PAS contre les extrêmes de gauche…

c’est bon, on a tous compris vivement une interdiction totale de ce type de mascarade !

ol

dim 06/02/2022 - 15:01

Donc, si je comprends bien, ce jeune couple de libraires, dont la jeune femme semble être d'origine étrangère, seraient des dangers publics racistes et xénophobes qui risqueraient de polluer notre esprit ? Ne sommes nous pas assez grands pour faire nous-mêmes la part des choses ? Mesdames et Messieurs les antifas, vous n'êtes que ce qui reste de la Gôche, une excroissance, un canard sans tête....

Alors, vous pouvez gueuler, nuit et jour, vous ne nous enlèverez pas la liberté de penser. C'est d'ailleurs tout ce qu'il nous reste, après 40 années d'un socialisme libéral et libertaire qui a détruit ce pays, où paraît-il, il faisait bon vivre... Ces libraires ne font rien d'illégal que je sache. Vous leur reprochez juste de "penser". C'est extrêmement grave !

 

Je

dim 06/02/2022 - 09:55

Organisation irréprochable ! 
Aucun débordement.

Une ambiance bon enfant mais malgré tout revendicative et ferme quant à ses revendications !

Ils étaient 400, malgré l’interdiction , ils seront 1500 la prochaine fois !

Ont  ils été entendus par la mairie, la préfecture , la DASEN ?

 

 

pi

dim 06/02/2022 - 09:36

faudrait il faire des autodafés avec les bouquins de cette librairie? ça se faisait du temps des nazis!  alors..

he

dim 06/02/2022 - 08:27

parce que les paroles prononcées par des dirigeants de gauche ou d'extrême-gauche sont toutes entendables ? A voir les résultats des sondages (puis les résultats des élections) les thèses que vous soutenez ne sont pas très bien admises dans le pays, au contraire. Et je ne suis pas un électeur de l'extrême-droite. Vous devriez réfléchir à l'audience que vous engendrez.    

se

dim 06/02/2022 - 06:48

L : Et les extrêmes à l'opposer comme Mélenchon c'est encore pire. Ce genre de manifestation non autorisée ne fait que créer le désordre 

du

sam 05/02/2022 - 21:26

L'extrême droite se définit par sa haine absolue de la démocratie et du débat politique. Elle n'exprime pas une opinion légitime parmi d'autres mais l'intention d'empêcher toutes les opinions qui ne correspondent pas à sa définition moraliste du bien et du mal. Lutter contre le fascisme, dire non dés l'apparition des premiers prémices de sa présence dans la sphère publique, est un devoir citoyen. Celles et ceux qui ont manifesté aujourd'hui et sont descendus dans la rue pour le faire ont obéi à ce devoir. Si l'extrême droite fanfaronne dans les rues du Puy et peut se permettre d'y tenir boutique de son ignoble littérature, c'est parce qu'elle s'y pense protégée et admise par la lâcheté et l'irresponsabilité de sa municipalité. Alors oui, votons pour éviter le pire.

mi

sam 05/02/2022 - 19:57

C'est antidémocratique de fustiger l'extrême droite alors qu'il représente bien 40% du Peuple C'est chercher l'affrontement la guerre  Il faut aller voter au lieu de descendre dans la rue  Malheureusement aux dernières élections 70% d'abstention !!!!

ru

sam 05/02/2022 - 19:45

Interdit de manifester ? Peut-être mais parfois il est indispensable de désobéir. On ne peut pas interdire aux gens de lutter contre le fascisme. Merci à tous les manifestants, merci aux jeunes présents en grand nombre

is

sam 05/02/2022 - 19:00

A propos de livre, il serait intéressant de savoir si cette librairie a en stock ' matin brun' de Franck Pavloff,gros succès d il y a quelques années , édité par un altiligerien....tout le monde devrait lire ce tout petit livre qui dit  ' au début je n étais pas concerné, donc je n'ai rien dit....et quand mon tour d être concerné est venu, il n'y avait plus personne pour contester ..' Bravo à tous ces jeunes et moins jeunes pour cette vigilance vis à vis de toutes les haines au motif de la couleur, de la religion ou de la nationalité ! Assez de ces mouvements extrémistes de droite qui voient dans l étranger la source de tous nos maux ,en toute désinformation et bêtise crasse.Pas de ça ni en Haute Loire ni ailleurs !