Plongée dans le futur et la robotique pour le Carnaval des enfants du Puy 2014

jeu 27/02/2014 - 19:41 , Mise à jour le 26/11/2020 à 18:34

Pour la troisième année consécutive, le Carnaval du Puy sera dédié exclusivement aux enfants, après une coupure des festivités pendant plus de dix ans (lire). En 2013, le thème était le monde maritime et plus d'un millier de moussaillons, dauphins et autres sirènes de l'agglomération du Puy avait participé au défilé (lire).
Fin février, juste avant les vacances scolaires, huit représentations théâtrales ont eu lieu au centre Pierre Cardinal du Puy pour diverses écoles afin de plonger plus de 800 petites têtes blondes dans le scénario de l'édition 2014.

Un écolier nous raconte l'histoire...
Pour tenter de comprendre l'importante menace qui pèse sur l'humanité, nous avons demandé au petit Killian, écolier ponot de neuf ans, de nous expliquer. "L'astrophysicien Milogribouille est venu du futur et le méchant, c'est Reptron, "commence-t-il, "il veut rendre tous les humains esclaves alors Milogribouille nous explique comment combattre les robots".
----Nous vivons tous en présence de machines ou de robots et certains enfants pourraient être effrayés de voir certains de leurs outils se retourner contre eux. Une formule magique a ainsi été mise au point pour que les enfants se protègent des vilains robots. Il suffit de prononcer : "douce lune, lumière du soir, protège les étoiles lorsque la nuit étend son sombre voile".-----Le méchant robot Reptron "a mis des caméras partout pour nous espionner", poursuit-il, "l'astrophysicien nous l'a écrit dans une lettre codée pour que les robots ne puissent pas la lire". Fort heureusement, nous avons des alliés dans l'espace, notamment depuis la constellation de la colombe. Quant à Milogribouille, il voyage à la fois dans le temps et l'espace, ce qui lui a permis, explique-t-il aux enfants, de "dîner avec Jules César la semaine dernière".
Le metteur en scène professionnel Jean-Louis Roqueplan revient sur les grandes lignes du scénario de l'édition 2014 du Carnaval du Puy-en-Velay. Ecouter. {{audio1}}

Inverser les rôles
Vous l'aurez compris, ces robots ingrats ont décidé de prendre la place des humains et souhaitent nous asservir... autrement dit, que les rôles soient inversés... toute l'essence historique du Carnaval. Rappelons en effet le principe : porter des masques et faire la fête en inversant les rôles, ce qui était autrefois un moyen d'acheter la paix sociale en brisant les codes sociaux, une sorte de catharsis dans des sociétés fortement inégalitaires.
On retrouve cette pratique dans de nombreuses fêtes de l'Antiquité, notamment la fête des Sacées, au IIème siècle avant J-C, lors de laquelle les esclaves et leurs maîtres échangeaient leurs rôles respectifs durant cinq jours consécutifs...

Mêler les volets ludique et pédagogique
Comme c'est le cas depuis que le Carnaval des enfants a été ressuscité, si l'événement se veut festif, il est accompagné d'un volet pédagogique, relayé par les instituteurs. Les écoles et les centres de loisirs devraient donc mettre la main à la pâte pour confectionner des costumes, fabriquer des objets et des accessoires.
Les enfants seront également au coeur de l'histoire et auront diverses missions à accomplir pour préserver l'humanité des mauvaises intentions des robots. Jean-Louis Roqueplan explique le rôle qui sera confié aux élèves, ainsi que les visées pédagogiques du projet. Ecouter. {{audio2}}

Deux grilles de lecture
Reste enfin que cette histoire, dont le scénario a déjà été utilisé à maintes reprises à la fois dans la littérature et le cinéma, propose deux niveaux de lecture. Le premier degré, pour les enfants, consiste en une lutte entre les humains et les robots, les gentils et les méchants. Le deuxième degré, plutôt pour les parents ou les jeunes adultes, nous offre une dénonciation de la mécanisation de nos sociétés et de la domotique.
Récemment, en Iran, un robot qui apprend aux enfants à prier a été mis au point (lire). Sur scène, Milogribouille se moque même des aspirateurs robots et ironise sur des machines lisant des histoires à des enfants. Alors Jean-Louis Roqueplan, cette histoire est-elle une dénonciation de la mécanisation de nos sociétés et de la domotique ? Ecouter sa réponse. {{audio3}}

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire