Passation de pouvoir à la tête du Conseil général de Haute-Loire

ven 20/06/2014 - 22:22 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

Gérard Roche a présidé sa dernière session ce vendredi 20 juin 2014 à l'Hôtel du Département, avant de céder sa place à Jean-Pierre Marcon. Les deux amis avaient intégré la collectivité en même temps il y a déjà bien des années.
"La présidence du Conseil général, c'est un peu mon bâton de maréchal, et je voulais le partager", a soufflé le sénateur Roche avant de céder son siège à celui qui "connaît bien la maison".

"En politique, le temps de l'écoute n'est jamais perdu"
Avant de procéder à l'élection du nouveau Président du Conseil général de Haute-Loire, un scrutin sans suspens puisqu'un seul candidat brigait le mandat, Gérard Roche a eu un petit mot pour chacun des conseillers généraux, ainsi que pour les diverses personnalités politiques et administratives qui s'étaient déplacé à l'Hôtel du Département. Puis il a rappelé les diverses motivations qui l'ont poussé à arrêter : éthique et cumul des mandats en premier lieu, comme il nous l'avait déjà confié il y a quelques semaines (lire).
Le parlementaire a assuré partir avec "la satisfaction du devoir accompli" avant d'égréner quelques conseils pour son successeur : "en politique, le temps de l'écoute n'est jamais perdu. Quant à l'autorité, elle ne se décrète pas, elle se mérite". Au moment de céder la parole et définitivement sa place, tous se sont levés dans une ample salve d'applaudissements, qui a suscité quelques larmes chez ce médecin de formation.

Une bonne humeur fédératrice
Il faut dire que Gérard Roche bénéficie d'une popularité peu commune, qui lui vaut le respect de tous, y compris les membres de l'opposition, qui l'ont sincèrement remercié, soulignant qu'il avait "toujours fait preuve de compréhension".
La recette de cette réussite, outre sa compétence, vient probablement de sa légendaire bonne humeur, comme l'a souligné son homologue sénateur Jean Boyer : "tu es une chance pour la Haute-Loire, grâce à ta joie de vivre. Tu véhicules l'espérance".

Les chantiers de son successeur
Son successeur Jean-Pierre Marcon ne cache pas son émotion au moment de cette passation de pouvoir et reconnaît que la tâche ne sera pas évidente, compte-tenu de l'unanimité que Gérard Roche suscitait.
Assumant son "témpérament plus strict", il a précisé qu'il y aurait une différence de management des services avec l'arrivée d'un nouveau directeur général des services. Enfin, son mandat n'étant que de 18 mois, il cerne avec lucidité les limites qui s'imposeront à lui, sans perdre de vue la volnté d'aller de l'avant. Ecouter. {{audio1}}

Jacques Barrot reconnaît qu'il n'avait pas suscité lui-même une telle unanimité
De son successeur, nous passons à son prédécesseur, Jacques Barrot, qui aura présidé l'assemblée pendant quelques décennies (28 ans). Il reconnaît qu'il n'a jamais réussi, à la tête de la collectivité, à réunir une telle unanimité parmi ses collaborateurs et loue "son témpérament".
Enfin, profitant de la fête et surfant sur la grande vague d'hilarité qui s'était emparée de l'Hôtel du Département, il tient à rappeler qu'il avait lui-même fortement encouragé l'assemblée à voter en faveur de Gérard Roche. Ecouter. {{audio2}}

----Le poids du social
Jean-Pierre Marcon a rappellé lors de son allocution que le social représente plus de la moitié du budget départemental, avec environ 5 000 emplois impactés et 25 000 ménages accueillis dans les permanences de la collectivité en 2013. Près de 3 000 altiligériens ont bénéficié du RSA cette année et environ 7 000 personnes âgées et handicapées ont été prises en charge par les 40 agents du Département.-----Les chantiers qui auront marqué la décennie de sa présidence
Lors de son allocution, une fois intrônisé, Jean-Pierre Marcon a rappelé un certain nombre de réalisations marquantes qui auront marqué la décennie de sa présidence, avec les créations de la Maison Départementale pour les Personnes handicapées, de la Maison Départementale du Tourisme ou encore di Conseil général des Jeunes. L'acquisition et la restauration duchâteau de Chavaniac-Lafayette n'a pas été oubliée, ni la restauration et la réhabilitation de l'Abbaye de La Chaise-Dieu.
Jean-Pierre Marcon a souligné le déploiement des contrats globaux de développement durable, "dont Gérard était un ardent défenseur", la réussite de l'intégration des personnels transférés par l'Etat ou encore la présence active auprès du monde agricole, rappelant "l'effort fourni par la collectivité pour sauver la collecte du lait en Haute-Loire".

Un départ sur une valse d'humour, d'émotion et de musique
Au terme du protocole, les conseillers généraux et le personnel du Conseil général a offert une surprise empreinte d'hilarité à leur désormais ex-Président. Petit spectacle humoristique improvisé, t-shirts imprimés à l'effigie du héros du jour, avec dans ses bras un accordéon et floqués dans le dos "Gégé", mais aussi une chorale de conseillers généraux reprenant la fameuse chanson de Georges Brassens "Les Copains d'abord", avec des textes réadaptés...
De petits cadeaux ont accompagné ce léger moment, entre deux valses de Gérard Roche (voir photo), notamment des fleurs mais aussi des places pour le célèbre opéra milanais La Scala. Précisons bien que ces festivités n'ont rien coûté au contribuable puisqu'elles sont à l'initiative des élus, et donc financés par ces derniers.

  • Le mot de la fin ne peut que revenir à Gérard Roche, qui redevient désormais simple conseiller général de Fay-sur-Lignon. Au micro de Zoomdici, le héros du jour peine à masquer son émotion et persévère sur la voie de l'humour. Ecouter. {{audio3}} 

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire