Pas de bébés à la consigne : les crèches ne veulent pas de productivité et de rentabilité

Par A.Wa mer 03/02/2021 - 10:09 , Mise à jour le 04/02/2021 à 04:00

De nombreux professionnels de la petite enfance s’opposent à la réforme des crèches. C'est le cas notamment dans plusieurs communes de l'Yssingelais.

Ainsi la crèche "Au Royaume des Lutins" de Beauzac s'associe au mouvement national "Pas de bébés à la consigne" et nous fait parvenir ce communiqué :

"Ce mardi 2 février 2021, l’équipe de la crèche « Au royaume des Lutins » se mobilise à l’appel du collectif « Pas de bébés à la consigne ».
Les professionnelles de Beauzac ne veulent pas de la réforme du gouvernement, réforme Taquet, concernant les modes d’accueil des jeunes enfants. Ce projet engendrera une dégradation des conditions d’accueil des très jeunes enfants et des conditions de travail des professionnelles de la petite enfance. Leurs principales craintes ?
- La possibilité d’un taux d’encadrement unique de 1 professionnelle pour 6 bébés.
- la baisse du ratio des personnels les plus qualifiés,
- une augmentation des possibilités d’accueil en surnombre : jusque là c’était à titre exceptionnel de 10% en plus, celui-ci pourrait être quotidien et augmenter jusqu’à 15%.
- une réduction de la surface d’accueil par enfant (5.5 m2 par enfant) alors que tous les acteurs s’accordent sur la nécessité d’au moins 7 m2 pour assurer des conditions de jeu et de vie favorables au développement des jeunes enfants.
- ou encore, des directions sans expérience auprès de la petite enfance. Améliorer la « productivité » et la « rentabilité » des établissements de jeunes enfants ne peut être compatible avec une qualité d’accueil du jeune enfant afin que chaque enfant puisse être considéré et respecté dans son développement unique. Toute l’équipe de la crèche a donc trouvé important d’informer et de sensibiliser les parents à cette cause. Elle restera vigilante sur l’évolution de cette réforme
."

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire