Pas d'augmentation d'impôts pour les Ponots

jeu 05/04/2018 - 01:27 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

Martelant à tout crin le "désendettement de l'Etat", l'équipe municipale rappelle que "depuis 2014, la Ville a perdu 1,55 M€ cumulés au profit de l'Etat. C'est l'équivalent d'une taxe d'habitation qui serait doublée pour chaque habitant si c'était à eux de payer l'addition".
Malgré ces restrictions budgétaires, la commune assure s'être appliquée à réaliser des économies sur ses dépenses de fonctionnement. Des groupements de commandes, la renégociation de contrats et la réalisation de travaux visant à réduire les dépenses énergétiques sont autant d'arguments allant dans ce sens, tout comme la rénovation de bâtiments et de voiries, limitant les interventions ponctuelles.

L'arrivée de nouveaux habitants permet une hausse des dotations de l'Etat
Parmi les points que souhaite mettre en avant le maire du Puy Michel Chapuis, il y a la "bonne capacité de désendettement", avec 6,87 pour 2017, le non recours à des emprunts toxiques et une capacité d'autofinancement de 3,467 K€. Le "bon niveau d'investissement", de 9,5 M€ en 2017, devrait être de 10 M€ en 2018. Le niveau d'emprunt à 20M€ devrait être conservé.
Autre atout pour la commune en 2018 : l'arrivée de nouveaux habitants contribue à revaloriser à la hausse des dotations de l'Etat. Enfin, la Région Auvergne Rhône-Alpes apporte son soutien financier dans de nombreux projets, ce qui permet de réduire la facture pour la Ville. "C'est un précieux soutien pour la collectivité", ajoute le maire Michel Chapuis, par ailleurs conseiller régional, tout en rappelant que ces aides ne bénéficient pas qu'à la ville du Puy.

----Le produit estimé en 2017 est de 12 981 404 € (5 500 904 € pour la taxe d'habitation + 7 346 231 € pour la taxe foncière sur le bâti + 134 269 € pour la taxe foncière sur le non-bâti).-----Les taux d'imposition maintenus
"Conscients de la pression fiscale exercée par l'augmentation de la CSG", les élus ont fait le choix de ne pas augmenter les impôts et de "ne pas activer le levier fiscal". Seuls les trois élus d'opposition ont voté contre le budget et les taux d'imposition qui par conséquent restent identiques à ceux votés antérieurement :
- Taxe d'habitation : 18,19 %
- Taxe foncière sur le bâti : 27,28 %
- Taxe foncière sur le non-bâti : 132,97 %

+ 25 % en électricité et + 50 % en chauffage
Ce budget n'a pas été voté par l'opposition dont le chef de file, Laurent Johanny, souligne "des choses en décalage avec les intentions affichées", parmi les 27 pages de compte... La ligne énergie-électricité subit une hausse de 25 % et celle du chauffage urbain de 50 %. "Vous prévoyez un hiver apocalyptique", plaisante-t-il, "mais où sont passées les économies d'électricité ?".
La majorité répond d'abord par la voix de Fabrice Breyton, l'adjoint aux finances : "on ne peut comparer un budget prévisionnel et les réalisations effectives ; on se doit toujours de garder des marges de manoeuvre", avant que Michel Chapuis ajoute : "il y a des consommations très irrégulières et on a la révision du contrat de maintenance électrique".

----D'autres désaccords ont été exprimés concernant les investissements mais le maire du Puy a tranché : "c'est normal, ce sont des choix politiques et notre position, c'est de ne pas être petit dans nos ambitions au Puy et la première chose, c'est de ne pas avoir d'endettement carabiné. On a une maîtrise des budgets en bon père de famille".-----Eau et assainissement : "une fuite de 20 000 euros"
Deux autres points sont soulevés par l'opposition : "une fuite de 20 000 euros pour un total de 163 000 euros en 2018", pour la ligne eau et assainissement, "et une hausse de 10 000 euros prévue en 2019". Enfin, la ligne fêtes et cérémonies a connu une forte augmentation en 2017, avec un budget de 187 000 euros, que Laurent Johanny accepte de mettre sur le compte de la venue du Tour de France l'été dernier mais il s'interroge sur le fait qu'elle soit à 159 000 euros cette année.
"Il n'y a pas le Tour de France mais il y a d'autres événements, comme la Rue des Arts" (un prochain article y sera consacré, la Ville investit sur ce concept), répond l'adjoint aux finances quand le conseiller municipal Willy Guieau tempère la fuite évoquée : "nos consommations sont stables depuis des années, autour de 90 000 m3 consommées, donc pour moi, à moins de 100 000 m3, on peut dire que c'est une consommation très bien maîtrisée".

Exonération de la taxe d'habitation : au Puy, un verre à moitié plein, ou à moitié vide ?
Au niveau national, 80 % des Français ne devraient plus payer la taxe d'habitation d'ici 2020. Au Puy, les estimations font état d'une exonération pour 86 % de la population.
Un verre à moitié plein pour les Ponots qui verront leur pouvoir d'achat renouvelé, mais un verre à moitié vide pour ce constat qui révèle que beaucoup de Vellaves sont en-dessous du seuil national. "Restons vigilants à ce que le gouvernement tienne sa promesse et compense à l'euro près cette réforme", conclut le maire du Puy.

Maxime Pitavy

 

 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire