"Partit Occitan" : des jeunes qui veulent vivre, travailler et décider au pays

Par Nicolas TERME lun 06/06/2022 - 15:30 , Mise à jour le 06/06/2022 à 15:30

Clément Lafont, 23 ans, et Chloé Monot, 22 ans, se lancent dans la bataille électorale des législatives 2022 sur la seconde circonscription de Haute-Loire. Portant les couleurs de l’occitanisme politique, ces jeunes candidats entendent défendre le projet social, décentralisateur et écologique du Partit Occitan et de sa fédération Régions et peuples solidaires.
 

"Partit Occitan" - "Régions et peuples solidaires" : qu’es aquò ?

Le Partit occitan est un parti politique français présent dans la région culturelle d’Occitanie. 
Il se définit comme fédéraliste, écologiste, européiste et de gauche.    
Il défend notamment un statut d’autonomie pour les régions de langue et de culture occitanes.

Régions et peuples solidaires est un parti politique qui fédère, à l’échelle de la France, des organisations politiques régionalistes ou autonomistes.
Son actuel président est Gustave Alirol, ancien maire du village de Saint-Hostien.

 

Clément Lafont et sa suppléante Chloé Monot sont tous les deux ouvriers aux papeteries d’Espaly. Plus jeunes candidats sur cette seconde circonscription de Haute-Loire, ils sont investis par le Partit Occitan et le regroupement fédéraliste Régions et peuples solidaires (R.P.S) sans en être membres encartés.

Clément Lafont, tête de liste du Partit Occitan Photo par Clément Lafont

La tête de liste, Clément Lafont, est un enfant du pays. Grand amateur de randonnée en Velay et d’histoire locale, Clément Lafont est tout sauf un parachuté. Vivant depuis toujours à Espaly, il a été lycéen à Charles et Adrien Dupuy avant d’étudier à l’I.U.T du Puy-en-Velay.    
Passionné par l’informatique et la programmation, il s’oriente tout d’abord vers l’infographie 3D avant de découvrir, à la sortie de ses études, le monde de l’usine aux papeteries de sa commune.    

Jamais encarté, et sans expérience politique antérieure, il voit sa candidature comme « un service rendu à l’occitanisme politique et culturel ».    
Approché par des amis sympathisants du courant fédéraliste et autonomiste Régions et peuples solidaires (R.P.S), il accepte de s’engager pour apporter de la visibilité au combat occitaniste en Haute-Loire.

Autonomie – Décentralisation - Défense de la culture occitane

A gauche de l’échiquier politique, son mouvement défend notamment l’autonomie politique, la décentralisation du pouvoir et la défense de la culture et de la langue occitanes.
Le candidat entend d’ailleurs mener sa propre campagne sur « la défense de la langue d’òc et la mise en avant des régions culturelles dans la gestion politique ».    
Décentralisateur et favorable à un plus grand pouvoir décisionnel aux régions, Clément Lafont reste néanmoins circonspect sur l’idée portée par R.P.S d’une France fédéraliste et préfère axer son discours occitaniste autour des thèmes culturels et éducatifs.

« Emmanuel Macron a un bilan effrayant »

En opposition totale avec la politique menée pendant cinq ans par le président Emmanuel Macron, Clément Lafont souhaite également défendre « un programme social notamment en faveur des agriculteurs et de la ruralité ».    
Développer l’agriculture biologique, enseigner l’occitan dans nos écoles du département, produire localement, décentraliser la prise de pouvoir politique… un vaste programme pour « vivre, travailler et décider au pays ».

Pour lire la profession de foi des candidats Clément LAFONT et Chloé MONOT cliquez ci-dessous :

Nicolas TERME

  • Les candidats de la première circonscription

Electre Dracos (Lutte Ouvrière). Suppléant : Pierre Michallet.
Suzanne Fourets (Rassemblement national). Suppléant : Bruno Roule.
Cécile Gallien (Ensemble). Suppléant : Pierre Étéocle.
Celline Gacon (Nupes). Suppléant : Yannis Massard.
Virginie Léger-Portal (Parti animaliste). Suppléant : Carole Largier.
Emmanuelle Poumeau de Lafforest (Reconquête). Suppléant : Hugues Caro.
Dominique Samard (Écologie du centre). Suppléant : Allison Wozniak.
Isabelle Valentin (Les Républicains). Suppléant : Laurent Wauquiez.

  • Les candidats de la deuxième circonscription

Christian Allègre (Ensemble). Suppléant : Jean-Louis Do Carmo.
Corine Barbier. Suppléant : Sophie Dumas.
Antoine Brebion (Lutte Ouvrière). Suppléant : Georges Fridlender.
Jean-Philippe Clement (Écologie du centre). Suppléant : Estelle Chevillon.
Théophile Cloez (Convivialisme social). Suppléant : Jeremy Picard.
Philippe Cochet (Urgence écologie). Suppléant : Gisèle Naudier.
Clémence D’Aubignan (Reconquête). Suppléant : Nathan Achard.
Clément Lafont. Suppléant : Chloé Monot.
Thierry Perez (Rassemblement national). Suppléant : Catherine Arribage-Cassou.
Azelma Sigaux (Nupes). Suppléant : Jullian Carrié.
Jean-Pierre Vigier (Les Républicains). Suppléant : Corinne Bringer.

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

fa

mar 07/06/2022 - 11:49

Culturellement le Velay se bien trouve dans le domaine linguistique de l'occitan et au delà, de l'ensemble des terres romanes. Il a participé au grand mouvement poétique et musical des troubadours et de la langue d’oc et a produit plusieurs personnalités marquantes : Guilhem de Saint-Didier, Pons de Chapteuil, Pierre Cardinal, etc. Historiquement, après son intégration au royaume de France, le Velay a été rattaché à la province du Languedoc et à la sénéchaussée de Beaucaire. Il a été placé sous la suzeraineté des comtes de Toulouse et représenté aux assemblées du Languedoc.
Le Velay est occitan, c’est indéniable… De là à en faire un argument pour un parti politique, c’est une autre histoire !

bc

mar 07/06/2022 - 08:42

Des racines et des Ailes, nous avons tous des racines occitanes ce qui n’empêche pas de nous donner des ailes pour construire l’avenir plutôt que de vendre notre savoir-faire et notre territoire aux américains et aux chinois sur les conseils de Mckinsey ou autres consultants toujours très bien intentionnés !!!

ga

lun 06/06/2022 - 20:58

Faire d'une langue régionale (qui plus est qui n'a rien à voir avec l'Auvergne) un programme politique est un brin chauvin, passéiste et même stupide. On recherche des gens pour construire l'avenir et non pour ressasser le passé ... Et puis le parti occitan en Haute-Loire, c'est un peu comme la corrida à Nîmes, le Paris-Dakar en Argentine ou le Corse en Normandie ... Il me semble que les profs de géographie n'ont pas bien fait leur boulot avec certains.