"Partager quelques sourires, à défaut de pouvoir partager des mots"

mer 30/11/2016 - 18:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Les bénévoles de l'association Action Pour la Fraternité et de la Fondation Caritas France rendaient visite aux réfugiés accueillis à Saint-Beauzire, au nord de la Haute-Loire, ce samedi 26 novembre.
Si certaines personnes voient d'un mauvais oeil la venue de ces réfugiés, ils sont nombreux à leur afficher un important soutien, comme le rassemblement au pied du Mezenc, fin octobre, qui malgré le froid avait réuni 2 000 personnes environ, avec la fraternité comme manteau et la solidarité en écharpe.

L'association ponote milite pour le "vivre ensemble"
Une quinzaine de bénévoles est venue passer l'après-midi en compagnie des quarante réfugiés : une action de solidarité pour l'association ponote qui milite pour le "vivre ensemble" depuis sa création, en juin 2014. 
Il y a tout juste un an, Zoomdici proposait un article sur cette association, basée à Guitard, au Puy-en-Velay, et qui avait déjà créé trois emplois et obtenu le titre régional du concours "Talent des Cités" en à peine un an. 

Une quarantaine de réfugiés désormais
On s’en souvient, le 25 octobre dernier, les premiers réfugiés sont arrivés en Haute-Loire à une heure tardive sous la bienveillance de dizaines de bénévoles et des autorités. On en dénombrait 25 environ. Hors saison estivale, l’établissement s’est à nouveau transformé en centre d’accueil et d’orientation (CAO).
Arrivés de Calais, les quarante réfugiés Afghans, Soudanais et Ethiopiens ont été pris en charge à Saint-Beauzire par la Préfecture et par le centre d’accueil et d’orientation Léo Lagrange.

Un élu qui a dit oui à l’accueil des réfugiés sur ses terres
Ils sont hébergés provisoirement dans le centre de vacances de cette modeste commune de 400 habitants. Son maire, Serge Pierre Mondani, est élu depuis 2014. C’est une figure de l’ouest du département de la Haute-Loire car il n’a pas la langue dans sa poche.
Il a dit oui à l’accueil des réfugiés sur ses terres pour la deuxième année consécutive alors que le sujet fait débat au niveau régional et au-delà. Il était l'invité de notre émission Le Scan il y a quelques semaines.

Un coiffeur ponot muni de sa paire de ciseaux
Au programme de la journée de samedi : jeux de sociétés, match de foot, babyfoot, ping-pong et séance coiffure. Fouad, qui exerce la profession au Puy-en-Velay, a proposé de coiffer bénévolement ceux qui le souhaitaient. Muni de sa paire de ciseaux et de sa tondeuse, Fouad a fait de nombreux heureux ! 
Malgré la barrière de la langue, ce sont des échanges fraternels qui ont caractérisé la rencontre. La journée s'est clôturée autour d'un goûter, "l'occasion de partager quelques sourires à défaut de pouvoir partager des mots", conclut une bénévole de l'association ponote. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire