Paris-Nice : Bardet out dès la première étape

dim 05/03/2017 - 20:43 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Ce devait être "la première course à enjeu" de cette nouvelle saison pour Romain Bardet après deux courses au Moyen Orient pour bien se préparer et travailler les automatismes. Le Brivadois se réjouissait à l'idée de s'attaquer à un tracé difficile, avec notamment le col de la Couillole. Mais c'est un coup dur pour le n°2 du Tour de France, qui porte les espoirs du cyclisme tricolore.

Une chute à 22 km de l’arrivée
Ce dimanche 5 mars 2017, la Course au soleil vient à peine de commencer qu’elle est déjà finie pour le Brivadois Romain Bardet, disqualifié par les commissaires de course après s’être accroché à une voiture de son équipe.
Il faut dire que l'étape avait très mal débuté pour l’Altiligérien, laissé sur place après une échappée. Sa chute à 22 km de l’arrivée semble avoir déboussolé l’espoir du cyclisme français qui a commis par la suite cette erreur grossière, dans le but de refaire son retard.

"Une pratique, trop souvent tacitement tolérée dans le peloton"

Dans un communiqué, Romain Bardet fait son mea culpa :
"Nous avons commis une erreur fruit d’un manque de lucidité à un instant-clé de l’étape pris dans l’urgence liée à ma chute et aux circonstances d’une étape très animée.
J’en suis profondément désolé car rien ne justifie l'aide prolongée de la voiture d'assistance pour un dépannage. Cette pratique, trop souvent tacitement tolérée dans le peloton, trouve aujourd'hui des garde-fous nécessaires pour garantir la probité de notre sport.
Je m’excuse sincèrement auprès des organisateurs et du public. J’abordais Paris-Nice avec beaucoup d’envie et la conviction de pouvoir en être un acteur important.
D’autres échéances m’attendent dans les prochaines semaines où j’aurais à cœur de pratiquer mon sport tel que je l’aime."

"R
omain est l’exemple de la probité humaine et sportive"
Le directeur général de l'équipe de Romain Bardet, l'AG2R-La Mondiale, Vincent Lavenu, lui aussi, assume cette faute : "Les circonstances de course ont fait que, pris dans la panique d’une chute et d’une étape très tendue, nous n’avons pas eu la réaction adéquate. Nous assumons notre faute. C’est la première fois en 26 ans que cela m’arrive.
La décision peut être jugée sévère mais nous la respectons. Les arbitres sont le garant des règles de notre sport.
Je suis peiné car Romain est l’exemple de la probité humaine et sportive.
Je sais qu’il va rebondir rapidement et sera encore plus fort dans les prochaines semaines.
Nous allons nous battre sur les routes de Paris-Nice pour montrer les couleurs de l’équipe AG2R-La Mondiale aux avant-postes."

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire