Panne à l'hôpital : la direction veut faire baisser la tension

jeu 10/12/2015 - 18:37 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

"Tous les circuits sensibles de l'établissement, la réanimation ou le bloc opératoire par exemple, ont été aussitôt secourus", annonce-t-il en préambule. Par contre, si le problème se situe au niveau du réseau, l'autonomie est d'environ 90 minutes.

Au bloc opératoire, des opérations interrompues
Il a donc fallu appliquer les protocoles révisés la semaine passée et certains patients ont été transférés vers d'autres centres hospitaliers. Concernant l'activité des blocs opératoires, "celles qui pouvaient aller à leur terme ont été finies, d'autres ont été interrompues", détaille le directeur de l'hôpital avant de souligner : "on n'a eu aucun désagrément humain à déplorer car on a appliqué les procédures de sécurité maximales. Il vaut mieux avoir des déprogrammations et quelques gens mécontents".

"On cherche la panne et on est sur le point de trouver"
Une électricité d'hôpital, c'est très complexe. Il y a une dizaine de kilomètres de câbles, des centaines d'interrupteurs, disjoncteurs et autres cellules haute tension, ce qui expliquerait que l'on n'arrive pas encore à identifier la défaillance.
"On est en train de faire une check-list complète et on attend ce vendredi matin une équipe spécialisée pour aller au fond du problème", avance Jean-Marie Bolliet, "on cherche la panne et on est sur le point de trouver".

On pense alors le problème réglé. Mais le 30 novembre, à 9h50 rebelote 
Le 8 septembre dernier, on recense une première coupure sur le réseau : "il y avait une défaillance dans l'hôpital et c'est le poste de livraison Erdf qui avait mal géré la défaillance", répond-il. Il y a donc eu une opération de maintenance sur le poste de livraison électrique générale de l'hôpital afin de rectifier ce problème le 24 septembre.
On pense alors le problème réglé. Mais le 30 novembre, à 9h50 rebelote avec une nouvelle coupure. "On arrive à isoler le défaut mais on ne comprend pas d'où il vient", reconnaît le directeur. L'électricité repart et il est donc décidé de revoir aussitôt les protocoles d'urgence "et je décide de louer des groupes électrogènes pour secourir les bâtiments sensibles, tout en programmant des opérations de détection de panne".

"C'est à ce moment là que tout a sauté"
Ce mercredi, c'est lorsqu'on a voulu raccorder ces groupes électrogènes au bâtiment CMED (livré en 2010) que le problème revient : "c'est à ce moment là que tout a sauté car le bâtiment n'a pas accepté le groupe électrogène et pendant une heure, il y a eu un problème sur ce bâtiment donc on a décidé de l'isoler complètement pour pouvoir l'alimenter exclusivement par le groupe électrogène, quitte à survoler momentanément le défaut", nous confie Jean-Marie Bolliet.
Une fois le bâtiment isolé, on a pu redonner toute l'électricité EDF au reste de l'hôpital et il y a juste ce bâtiment qui est raccordé aux groupes électrogènes. Le problème devrait être réglé ce vendredi matin et une conférence de presse sera organisée la semaine prochaine.

"Rien ne prouve qu'il y ait un lien entre la panne et la vétusté"
Ce sera justement l'occasion d'aborder d'autres pans du dossier, que les syndicats ne manqueront probablement pas de pointer du doigt lors d'un point presse ce vendredi matin (article à venir d'ici la fin de semaine sur Zoomdici). On pense bien sûr à d'éventuelles négligences quant à la maintenance et la vétusté de l'équipement.
"Ce sera une seconde investigation", nous répond le directeur, "ma priorité, aujourd'hui, c'est de régler cette panne et que ça ne se reproduise plus. Toute l'énergie de mes équipes y est dédiée. Après, rien ne prouve qu'il y ait un lien entre la panne et la vétusté, et ce type de procès, on peut toujours en faire, mais attention à ne pas verser dans la diffamation".
Entre la conférence de presse des syndicats ce vendredi puis celle de la direction la semaine prochaine, on devrait prochainement en savoir plus dans cet épineux dossier.

Maxime Pitavy 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire