Opération secrète en Haute-Loire pour les Ingressiens

sam 05/03/2016 - 17:26 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:39

"On va quelque part... On peut dire que c'est dans le monde. Entre ici et là-bas...", s'amusent les Ingressiens comme ils se nomment. La confidentialité est de mise pour ce rassemblement secret de certains joueurs de l'application mobile Ingress. Ce samedi 5 mars, plus d'une vingtaine d'entre eux se sont réunis pour une opération spéciale, mais surtout secrète : "Couleur Verveine et Lentilles".
Ing... quoi ?
Ingress est jeu en réalité alternée, c'est-à-dire que le jeu est à moitié virtuel et à moitié dans le monde réel. Une substance magique d'origine extra-terrestre aurait été découverte et le monde se divise en deux factions : ceux qui veulent s'en servir (les Enlightenment, en vert) et ceux qui ne veulent pas (les Résistants, en bleu). Les deux équipes parcourent le monde pour prendre possession de portails. Le but étant d'avoir le plus de surface contrôlée. Les portails sont partout, ils peuvent être des bâtiments, des tags, des statues, des oeuvres... La Cathédrale Notre-Dame du Puy, la Tour Pannessac ou encore la mairie du Puy en sont. Plus de 100 portails sont cachés rien que dans la ville ponote, mais il y en a absolument partout. Le jeu est synchronisé toutes les cinq heures, l'équipe qui contrôle le plus de territoire passe en tête.
"Les bleus ne doivent pas savoir"
Ce samedi, les participants se sont réunis dans une salle de l'Atelier des Arts pour un briefing du premier rassemblement au Puy. Ludovic, un Stéphanois explique la stratégie du jour. La Haute-Loire est majoritairement en vert, mais elle compte peu de joueurs : une grosse dizaine. "Il y a deux ou trois bleus au Puy intramuros", précise Jean-Michel, joueur depuis deux ans. Tous se connaissent, le jeu a créé une véritable communauté en France et même dans le monde. Ce samedi, des joueurs sont venus du Tarn, de l'Aveyron, de la Drôme...pour "un portail tenu par les bleus qui pose souci". Vous l'aurez compris, impossible d'en savoir plus sur sa localisation : "Les bleus ne doivent pas savoir".
Un jeu pour découvrir le territoire
"En Europe, c'est le bleu qui domine. En France aussi. Ce sont ceux qui refusent l'évolution. Pas étonnant, les Français ont toujours tendance à résister, explique avec humour un Ingressien, Mais ils ont tort." Au Puy, les joueurs se connaisent, et vont même parfois manger ensemble malgré les divergences de couleurs. Un Ingressien venu de Rodez développe : "Grâce au jeu, on peut aller partout, on connaîtra forcément quelqu'un. Et puis c'est aussi l'occasion de découvrir plein de villes".
Quand on aime, on ne compte pas...
...les kilomètres. Tous ces joueurs n'hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres pour participer à ce type de rassemblements. "On connaît un joueur qui est parti aux Etats-Unis juste pour Ingress ! " Sans aller outre Atlantique, Jean-Michel explique : "Des fois, on est coincé. Par exemple quand la forteresse de Polignac ferme à la basse saison... On est tenté de louer un hélicoptère pour récupérer le portail s'il n'est pas à nous".

Depuis septembre 2015, cette opération était la 3e après Romans-sur-Isère et Lyon. Les passionnés devraient se retrouver bientôt pour d'autres missions, toujours secrètes.

Emma Jouve

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire