Opération anti-tag au Puy-en-Velay

Par Nicolas Defay lun 07/12/2020 - 15:41 , Mise à jour le 07/12/2020 à 15:41

Depuis jeudi 3 décembre, des agents municipaux ont déjà ôté près de 40 graffitis dans les rues de la cité mariale. Chose curieuse : les équipes ont remarqué que pour 80 % d’entre eux, c’est la même main qui signe les « œuvres » urbaines. Un certain Krypit

La volonté de l’équipe municipale est de rendre les rues du centre-ville ponot plus propres, ou en tous cas dénuées des inscriptions noires ou colorées présentes sur d’innombrables façades. « On est souvent confrontés à ce type de dégradations, regrette Michel Chapuis, maire du Puy-en-Velay. Les auteurs de ces graffitis dégradent l’image de la ville et développent donc le sentiment d’insécurité. C’est pourquoi nous souhaitons y mettre un terme ! » Il ajoute : « Les interventions d’enlèvement de tags, graffitis ou autres inscriptions sont gratuits pour les propriétaires, leurs coûts étant entièrement pris en charge par la commune ».

Peines encourues

Pour des dommages légers (nécessitant peu de réparation)  :
3 750 euros d’amende, travail d’intérêt général
Pour des dommages plus importants (dégât définitifs) :
2 ans d’emprisonnement, 30 000 euros d’amende

Un nettoyage mais pas un ravalement

L’idée de cette campagne de nettoyage est d’inciter les propriétaires immobiliers et syndics à renseigner les services de la Ville pour faire disparaître un éventuel tag décorant leurs façades. « L’enlèvement des inscriptions est gratuit, rappelle encore Jean-François Exbrayat du service Qualité de vie et Environnement. Les interventions comprennent les opérations nécessaires à l’effacement du tag mais elles ne constituent pas une opération de ravalement de la façade . »

Ainsi, le nettoyage des graffitis exposés sur les murs des propriétés privées et commerces bordant le domaine public et situés dans le périmètre communal est pris en charge en totalité par la commune. Sont exclus du champ d’intervention, les halls d’immeuble, les cours intérieures ou encore les porches.

Nom de code : Krypit

« Nous avons remarqué que 80 % des tags présents dans les rues du Puy sont dessinés par la même personne, explique l’un des agents concernés par l’opération. La signature est Krypit. Il ou elle dessine toujours de la même façon. Impossible de s’y méprendre. » En trois jours, ils ont déjà neutralisé une quarantaine de graffitis. « Nous utilisons différentes techniques selon le support, précise son collègue. Si c’est un mur ou des boiseries comme des portes de garages par exemple, nous employons une gommeuse. C’est un compresseur qui projette du sable fin sous haute-pression. Pour les supports en plastique ou en aluminium, nous devons recourir aux lingettes avec des produits solvants ou encore à des bombes aérosols anti-graffitis ».

Infos

Les propriétaires souhaitant faire enlever un tag de leurs façades (qui s’inscrit dans les conditions de la campagne de nettoyage) peuvent contacter les services de la Ville au 04 71 04 07 40 afin de remplir une formulaire d’intervention en ce sens.

Tag et graffiti, pas le même combat

Jean-François Exbrayat tient à préciser la nuance qu’il conçoit entre un tag et graffiti. « Pour moi, un tag comme ceux que nous nous efforçons de faire disparaître aujourd’hui est clairement une dégradation. Ils souillent les murs et la beauté de la ville. Mais un graffiti s’apparente plus à de l’art et de la culture urbaine. D’ailleurs, il y a des endroits dédiés à cette passion comme le mur d’expression à proximité du stade de Causans »

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

h4

lun 07/12/2020 - 18:01

si cet artiste est identifié un jour ou l'autre la moindre des choses est de lui faire payer l'addition. Histoire de dissuader les autres éventuels candidats.