Nous sommes 227 552 altiligériens exactement

Par Nicolas Defay ven 01/01/2021 - 16:00 , Mise à jour le 01/01/2021 à 16:00

Si l'évolution est faible, la Haute-Loire gagne en population. Ci-dessous, voici une synthèse de la dernière étude sur le sujet issue de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (Insee) dévoilée le 29 décembre 2020.

L’Insee a publié les populations légales de toutes les communes de France mardi 29 décembre. Ce comptage entrera en vigueur le 1er janvier 2021 et sont millésimées au 1er janvier 2018, date à laquelle a été élaborée le dernier recensement général. Ces chiffres sont déterminants pour la vie des communes. Pourquoi ? Car du nombre d’habitants dépend le montant de la dotation que l’État versée à chaque commune pour assurer son fonctionnement, le niveau de l’indemnité des élus municipaux, le mode de scrutin des élections municipales, ou encore le nombre de pharmacies qui peuvent être implantées dans la commune.

La région de province la plus peuplée de France

L'Auvergne-Rhône-Alpes représente 12,3 % de la population métropolitaine. Entre 2013 et 2018, elle a gagné 47 372 habitants par an en moyenne, soit plus que la population de Bourg-en-Bresse. Cette croissance annuelle moyenne de + 0,6 % est supérieure à la moyenne nationale (+ 0 4 %). Elle est en revanche inférieure au rythme des cinq années précédentes (+ 0,8 %), à l’instar de la plupart des régions métropolitaines. La France, en l’espace de 5 ans, a gagné 1 146 172 habitants en plus.

270 nouveaux altiligériens par an entre 2013 et 2018

Pour notre département, il y avait 221 834 habitants en 2008 et 1 341 863 en Auvergne (7 459 092 en Auvergne-Rhône-Alpes). Cinq années plus tard, la Haute-Loire s’enrichit de 4 369 nouveaux altiligériens (226 203).
En 2018, c’est à dire les derniers chiffres recueillis par l’Insee
qui serviront de référence pour ce début d’année 2021, nous sommes 227 552 habitants en Haute-Loire, soit une petite augmentation de 1 349 personnes en plus. Le vieille région est forte de 1 368 536 auvergnats. L’Auvergne-Rhône-Alpes affiche à présent une population de 7 994 459. Elle conserve la quatrième plus forte évolution de la population en métropole. À l’échelle de l’Hexagone, il y a officiellement 64 844 037 français en cette fin d’année 2020.

Les 12 communes de la Haute-Loire ayant le moins d’habitants :
Nom de la commune et nombre d’habitants recensés :

  1. Le Vernet 23 (Canton de Saint-Paulien)
  2. Arlet 24 (Canton Pays de Lafayette)
  3. Varennes-Saint-Honorat 26 (Plateau du Haut-Velay granitique)
  4. Chazelles 36 (Gorges de l'Allier-Gévaudan)
  5. Berbezit 46 (Plateau du Haut-Velay granitique)
  6. Sainte-Marguerite 46 (Pays de Lafayette)
  7. Vals-le-Chastel 46 (Pays de Lafayette)
  8. Saint-Austremoine 48 (Pays de Lafayette)
  9. La Chapelle-Bertin 49 (Plateau du Haut-Velay granitique)
  10. Auvers 51 (Gorges de l'Allier-Gévaudan)
  11. Saint-Vénérand 52 (Gorges de l'Allier-Gévaudan)
  12. Saint-Étienne-sur-Blesle 54 (Sainte-Florine)

Les 12 communes de la Haute-Loire les plus importantes :
Nom de la commune et nombre d’habitants recensés

  1. Le Puy-en-Velay 19 940
  2. Monistrol-sur-Loire 9 278
  3. Yssingeaux 7 711
  4. Brioude 7 015
  5. Aurec-sur-Loire 6 210
  6. Sainte-Sigolène 6 059
  7. Bas-en-Basset 4 454
  8. Brives-Charensac 4 359
  9. Saint-Just-Malmont 4 268
  10. Saint-Germain-Laprade 3 735
  11. Espaly-Saint-Marcel 3 682
  12. Vals-près-le-Puy 3 558

Mieux que le Cantal et l’Allier mais en queue de peloton

À l’échelle départementale, les évolutions de population diffèrent profondément. Certes, si la Haute-Loire gagne des habitants, elle s’affiche tout de même en bas de tableau à l’instar de la Loire. Mais c’est toujours mieux que le Cantal ou l’Allier qui, eux, ont un solde négatif. C’est la Haute-Savoie qui séduit le plus avec un taux de croissance de 1,2 % en cinq ans (0,1 % pour la Haute-Loire). Le Rhône, l’Ain, la Drôme et le Puy-de-Dôme se portent également bien en ce sens, suivis de façon plus modérée par les départements de l’Ardèche, l’Isère et la Savoie.

Définition

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès domiciliés (comptabilisés au lieu de résidence). Le solde migratoire apparent est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de la période considérée.

Victime du vieillissement de sa population

D’après l’Insee, la Haute-Loire voit ainsi sa population augmenter mais devrait, à terme, assister à une inversion de cette courbe. Le département altiligérien ne bénéficie pas, à l’inverse d’autres départements comme l’Ardèche ou le Puy-de-Dôme, d’un solde migratoire important.
Son accroissement de population ne repose donc que sur son solde naturel (Nombre de naissance par rapport au nombre de décès). Or, notre département subit
de plein fouet un phénomène présent aussi dans le Cantal et l’Allier : le vieillissement de sa population.

> Voici la population recensée des 227 communes de la Haute-Loire :

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire