Tous

Allègre

Neira d’Allégre, le retour des chevaux d’Auvergne

mer 10/08/2016 - 01:28 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Ce week-end, la transhumance de la Neira était l’occasion de présenter au public le cheval d’Auvergne, un animal typique de notre région, tout juste sauvé de l’extinction grâce à l’action combinée d’éleveurs locaux.

Une espèce qui a failli disparaître
C’est l’industrialisation des travaux des champs et l’apparition des véhicules motorisés qui ont entrainé la disparition de ce petit cheval, car en plus de ne pouvoir être utilisé dans son cadre traditionnel, il ne donnait pas assez de viande pour justifier l’élevage d’animaux destinés à la boucherie.

Sauvé in extrémis
C’est vers la fin des années 90 que quelques éleveurs se sont accordés pour essayer de sauver la race. Ainsi, Florence Odin, éleveuse  « à cheval » sur la Loire et la Haute-Loire, s’est lancée en 2006. « Nous voulions un cheval rustique, pas trop grand et trapu. C’est quasi naturellement que le cheval d’Auvergne s’est imposé, car participer au sauvetage d’une race permet de joindre l’utile à l’agréable », déclare-t-elle, puis elle rajoute « Napoléon et D'Artagnan ont eu un cheval d'Auvergne ».
En 2012, la race a atteint une population de 500 individus, ce qui lui a permis d’être officiellement reconnue et avoir  un nombre suffisant pour assurer la diversité génétique.

Un cheval polyvalent
C’est un animal rustique, vivant toute l’année dehors, de petite taille (1m57 pour les plus grands), vif et généreux, bon porteur, sociable et rustique, qui est utilisé en randonnée, monté ou en attelage, spectacle, ou encore pour les travaux du sol (maraîchage, débardage). Le cheval d’Auvergne est champion de France d’attelage 2016.

N.S.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire