'Ne laissons pas sacrifier nos élèves'

mar 03/11/2020 - 16:27 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:08

Craignant une propagation du virus dans les conditions actuelles, "avec des classes à 35 voire 36 ne permettant pas la distanciation", avec des "locaux parfois mal ventilés", avec le problème de la cantine et de l’internat, et l'absence de "personnel pour nettoyer, désinfecter, surveiller le respect des gestes barrières", l’intersyndicale CGT-FSU-SUD du lycée Charles et Adrien Dupuy demande "un protocole renforcé".
Elle propose ainsi un passage en 1⁄2 groupes avec un système de rotation de type semaine A / semaine B ; et une limitation du brassage des élèves ; une réorganisation des services de cantine. 

Voici le communiqué de presse adressé à notre rédaction : 

"Jeudi 29 octobre dernier, le ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer avait promis un protocole « renforcé », condition du maintien de l’ouverture des établissements scolaires dans une France reconfinée.
Nous avons retrouvé le même mode de fonctionnement qu’en octobre, sans aménagement spécifique. Or, nous ne saurions être aveugles à la situation sanitaire de notre département : un taux d’incidence parmi les plus élevés de France, un taux d’occupation des services de réanimation à presque 100% en région AURA.
Cette crise ne concerne pas que l’école : c’est un problème de santé publique ! Tous les soirs, nos élèves retournent dans leurs familles : au-delà des personnels, il est urgent de protéger les élèves et les familles afin de ne pas contribuer à la propagation de l’épidémie.

Nous sommes des pédagogues attachés à l’enseignement en présentiel : le premier confinement a montré les limites de l’enseignement à distance et a creusé les inégalités scolaires et bien souvent sociales. Certaines familles n’ont pas d’équipement informatique digne de ce nom : aucun effort substantiel n’a d’ailleurs été fourni sur ce point.
L’idée que la crise sanitaire compromette la scolarité d’élèves fragiles nous est insupportable : nous devons à tout prix éviter un retour au 100% distanciel.

Hier les déclarations du ministre de la Santé, Olivier Véran, ont semé l’inquiétude : les lycées pourraient être fermés si le virus se propageait encore davantage. Mais comment ne se propagerait-il pas dans de telles conditions ? Avec des classes à 35 voire 36 ne permettant pas la distanciation ? Avec des locaux parfois mal ventilés ? Sans réorganisation des services de cantine et d’internat ? Sans personnel pour nettoyer, désinfecter, surveiller le respect des gestes barrières ?

Nous demandons un protocole renforcé : un passage en 1⁄2 groupes avec un système de rotation de type semaine A / semaine B ; une limitation du brassage des élèves ; une réorganisation des services de cantine.
Certains lycées en France l’ont fait, prenant les devants face aux défaillances du Ministère. Pourquoi les élèves de notre lycée, en Haute-Loire, seraient-ils privés de ces réaménagements ? Va-t-on les laisser sacrifier en laissant la situation se dégrader et en rendant inévitable la fermeture du lycée ?".

Information extraite d'un communiqué de presse de l’intersyndicale CGT-FSU-SUD du lycée Charles et Adrien Dupuy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire