Mortalité routière : comment stopper l'hémorragie ?

mar 09/02/2016 - 16:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:39

Au moment de présenter le bilan de l'accidentalité en Haute-Loire, les autorités ont été fermes et ont assuré qu'elles allaient redoubler de vigilance, en multipliant les campagnes de communication certes, mais aussi les contrôles routiers, ainsi que le nombre de radars automatiques. Il faut dire que le bilan de la sécurité routière en cette année 2015 n'est pas bon du tout en Haute-Loire.

----Vitesse et alcool, facteurs mortels
La vitesse et l'alcool sont toujours les deux principaux facteurs de la mortalité routière en Haute-Loire en 2015 : la vitesse serait responsable de plus d'un mort sur deux (54,5%) sur les routes du département, alors qu'une alcoolémie positive a été révélée dans plus d'un quart des accident mortel (27,3%).-----Un bien triste bilan pour le département
Si le département enregistre un nombre de blessés en baisse de 9,5 % (162 contre 179 en 2014), les accidents corporels restent stables : 141 en 2015, comme en 2014. C'est surtout le nombre de morts sur les routes qui inquiète les autorités : 27 victimes dans 22 accidents, contre 19 en 2014 dans 16 accidents. C'est le moins bon résultat pour la Haute-Loire depuis 2009. la part des accidents mortels est de 15,6 %, en augmentation de 4,3 points par rapport à 2014.
Depuis le début de l'année 2016, on recense déjà deux morts sur les routes : après celui du 12 janvier dernier à Pradelles qui avait coûté la vie à un agriculteur de 45 ans domicilié à Coucouron, en Ardèche, c'est un adolescent de 15 ans qui a perdu la vie à Cayres le 29 janvier.

De nouveaux radars en 2016 ?
Eric Maire est le préfet de Haute-Loire. Cette année 2015 a été marquée par une mortalité routière très importante en Haute-Loire. Pour lutter contre ce fléau, l'implantation de radars s'avère-t-elle vraiment efficace ? Doit-on s'attendre à l'implantation de nouveaux radars sur les routes du département ? Quels types d'équipement en priorité ?

Une réponse pénale pour tenter de freiner la mortalité routière

Jacques Louvier est le Procureur de la République du Puy-en-Velay. Face à l'augmentation du nombre de morts sur les routes en 2015, on a en parallèle une augmentation du nombre de poursuites pour les délits routiers. Pour vous, c'était la réponse nécessaire et cette action va même être renforcée ? Il n'y a pas un risque d'engorger les tribunaux ?


----Pas de ceinture dans presque un accident mortel sur cinq
Un défaut de ceinture de sécurité a été relevé dans quatre accidents mortels, soit 18,18 % des accidents mortels recensés en Haute-Loire en 2015.-----Et pourtant, vitesse et alcool toujours aussi présents
Le plus triste finalement, c'est que le bilan des contrôles routiers opérés au cours de l'année 2015 témoigne d'un "certain relâchement des comportements des automobilistes", déplorent les autorités. Les infractions à la vitesse sont en hausse de plus de 20 % (sans compter les radars automatiques) et les forces de l'ordre ont procédé à 192 rétentions de permis liées à une vitesse excessive, soit une hausse de 41,2 % par rapport à 2014.
Les alcoolémies sont également en hausse de 10,1 % avec 955 faits constatés (le nombre de rétentions reste stable : 424 en 2015). Enfin, ce sont les conduites sous l'emprise de produits stupéfiants qui ont le plus augmenté en 2015 : + 44,5 % (soit 224 faits). L'intensification des contrôles dédiés explique cette augmentation.

 

Maxime Pitavy

>> Sur le même thème, la rédaction de Zoomdici.fr avait consacré un article au bilan de la délinquance en Haute-Loire en 2015.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire