Mobilisation pour la marche du siècle pour le climat

sam 16/03/2019 - 16:14 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

"Nous voulons des coquelicots, un futur pour nos marmots"
Il est 10h30, sur la place Cadelade, la foule commence à grossir. Des musiciens ont pris place au sein de celle-ci et ont joué quelques morceaux, ce qui n’a pas manqué d'attiser la curiosité de quelques passants qui ont contribué à faire grossir la manifestation. À 10h45, c’est le départ, le cortège s’en va en direction du Breuil, tout en musique, et en scandant des slogans à répétition comme « nous voulons des coquelicots, un futur pour nos marmots ! », ou bien encore « on veut des vélos, pas des autos ! ». S’ensuit un arrêt place du Breuil, de nombreuses pancartes sont déployées et une grande banderole affichant « ensemble, marchons pour sauver le climat » guide la foule dans les rues du Puy. On aperçoit aussi quelques gilets jaunes venus grossir les rangs en soutien à cette cause. La manifestation continuera son évolution dans les rues du puy, toujours en musique, en se mélangeant au traditionnel marché et en conservant une ambiance bon enfant. Elle prendra fin devant la Mairie vers les coups de midi.

Des allures de grand débat
En fin de marche, place de la Marie, les manifestants ont été conviés à proposer des idées pour lutter en faveur de l'environnement. Une femme, la cinquantaine, s’empare alors du mégaphone « il faut qu’on commence par des petits gestes du quotidien, pourquoi ne pas éviter d’utiliser les sacs poubelles ? Soyons ingénieux et utilisons d’autres procédés ».
Le mégaphone se passe de mains en mains et un homme, la trentaine, fait savoir : « évidemment, on est tous responsables, mais le vrai coupable, c’est bien le système dans lequel on est, il faut le changer et vite. ». Une remarque applaudie par le reste du rassemblement. Une dernière manifestante prendra le micro et affirmera : « il y a quelque chose en train de rouiller dans votre garage, ressortez-le, c’est votre vélo ».

Un succès à tout âge
La manifestation était intergénérationnelle, beaucoup de familles ont pris part à celle-ci et les enfants étaient très nombreux, surtout en tête de file. Marie Aude, coordinatrice du mouvement, nous confie : « dès qu’il s’agit de nature et d’environnement, les enfants sont là, ils se sentent concernés ». Elle ajoute « en principe, les gens deviennent conscients de l’urgence du climat dès qu’ils ont des enfants, avant ça, ils ne se posent pas de question, ça passe aussi par l’envie de leur donner un avenir convenable ». Les enfants, eux, ont beaucoup apprécié l'ambiance de la manifestation et espèrent, dans quelques années, vivre dans un monde plus sain.

F.R

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire