Mayanne : « Tu sais maman, moi je veux pas y aller dans le ciel »

Par Nicolas Defay ven 20/08/2021 - 07:00 , Mise à jour le 20/08/2021 à 07:00

Ce samedi 21 août dès 18 heures, tous les coureurs au grand cœur sont appelés pour une Color Run à St-Germain-Laprade. Plus qu’un défi sportif, c’est une démonstration de fraternité en jeu. Pour Mayanne qui se bat contre une violente leucémie.

Mayanne, elle a trois ans et demi. Elle aime les princesses et dessiner des licornes. Mayanne, elle adore les contes de fée et la couleur rose qu’elle étale sur des feuilles en débordant un peu. Mayanne, elle a un cancer du sang. Depuis ce jour du 14 avril 2021, date du diagnostic, sa vie et celle de sa famille ont littéralement basculé.

Mayanne, elle a une sonde gastrique, des séances de chimios et plus aucun cheveu. Mayanne, elle va à l’hôpital, souvent, pour retrouver son autre chambre, une blanche, sans rien, avec des fenêtres trop grandes et des machines de partout qui font des bruits, des bips et des sortes de souffles métalliques. Mayanne, elle rit, elle pleure, elle est en colère parfois. Comme la fois où elle a jeté par terre ce petit chips qu’elle n’avait pas le droit de manger en laissant ses larmes couler sur ses joues blanches. Ce petit chips tout bête qui aurait pu l’anéantir, tout comme la poussière autour d’elle, tout comme les microbes posés un peu partout, insignifiants pour nous, mortels pour elle.

« Le rêve de Mayanne ? C’est de partir à la mer en camping-car. Et il est clair que lorsque tout sera terminé, quand cette tempête sera enfin achevée, c’est la première chose que nous ferons ! » Mathieu Vidal, papa de Mayanne

Mot d’enfant...

« Mayanne, c’est une fille extrêmement courageuse, sourit son papa. Et elle nous impressionne sans cesse dans sa façon de s’exprimer sur ce qu’elle ressent. Malgré ses trois ans et demi, elle est bien consciente du danger de sa maladie. Une fois, elle et Béatrice, sa maman, discutaient de sa mamie. Béatrice lui expliquait que sa propre maman était à présent dans le ciel, il y a longtemps de cela. Qu’elle était partie parce que son cœur s’était arrêté d’un coup et sa vie aussi. Mayanne a alors regardé Béatrice et lui a dit doucement : «  Tu sais maman, moi je veux pas y aller dans le ciel ».

Depuis ce 14 avril 2021, tout a changé. « Notre quotidien est devenu anormal du jour au lendemain, partage Mathieu Vidal, son papa. Nous devons rendre notre maison la plus aseptisée possible, laver le frigo deux fois par semaine, nettoyer les courses au vinaigre. Nous ne recevons plus personne à l’intérieur de notre maison car chacun peut potentiellement lui transmettre une simple bactérie. Et ce qu’elle mange est en sachet individuel. »

Il y a un mois, Mayanne s’est fait poser une sonde gastrique afin de la préparer à une nouvelle chimiothérapie qu’elle débute ce lundi 23 août. « Il fallait qu’elle reprenne des forces pour affronter le traitement, un traitement qui heureusement apparaît bénéfique et en bonne voie pour la suite ».

Depuis trois mois, Mathieu et Béatrice Vidal ont également suspendu leur activité professionnelle pour être constamment aux soins de leur enfant.

Mayanne garde le sourire même après sa ponction lombaire. Photo par Mathieu Vidal

« Tout ce qui se passe depuis ce 14 avril est devenu un marathon mental pour nous tous »

Face à cette situation, des mouvements se créent, puisés dans l’essence même de l’humanité. Tout autour, les gens se mobilisent. Tout autour, les forces se rassemblent. Cette fois, c’est l’association des Foulées de Saint-Germain au cœur de cette effervescence solidaire. Pour la première fois, l’équipe organise une Color Run, une Course des Couleurs. Petits et grands, filles et garçons, sportifs ou pas, qui que ce soit en possession de baskets peut prendre part à ce challenge dont le principe est de parcourir une courte distance tout en se jetant de la poudre colorée.

Et peu importe le chrono, peu importe la fierté d’arriver premier ou l’amertume de finir dernier. Ici, tous les participants seront d’office sur la plus haute marche. Celle de l’entraide et de la compassion. Celle d’avoir aidé Mayanne à combattre la leucémie lymphoblastique qui se cache en elle. « Je ne sais pas quoi dire devant ces mobilisations, confie Mathieu Vidal. Ca me touche énormément et je suis blessé en même temps. Car c’est mon enfant qui apparaît dans les médias. Le visage de mon enfant sur les affiches. C’est dur d’être de ce côté-là. Personne n’est préparé à ça. Tout ce qui se passe depuis ce 14 avril est devenu un marathon mental pour nous tous, épuisant, éprouvant, et d’une profonde injustice. Malgré tout, nous faisons en sorte de rester le plus positif possible pour Mayanne mais aussi pour Nathéo et Lubin, ses deux grands frères ».

Nathéo, 10 ans, et Lubin, 7 ans, aux côtés leur p'tite sœur. Photo par Mathieu Vidal

OÙ, QUAND, QUOI, COMMENT…

Samedi 21 août dès 18 h à St-Germain-Laprade.
Rdv devant le Centre Culturel du bourg, rue du Soleil levant.
18h, la coach Rebecca Moussy échauffera les muscles des participants à grand coup de zumba.
18h30, lancement des courses.
Tarifs : Sur place, 6€ pour les – de 12 ans, 12€ pour les autres.
En préinscription sur ce SITE, respectivement 5€ et 10€.
Plus d’infos sur le site des Foulées.

« Montrer que c’est l’union qui fait la force »

« La totalité des bénéfices que nous aurons réussi à récolter avec les inscriptions sera reversée aux parents de la petite Mayanne, explique Claude Bruyère, coprésident des Foulées de Saint-Germain-Laprade. Nous voulons faire de cette course quelque chose à la fois de conviviale, d’insolite et montrer que c’est l’union qui fait la force. D’autant plus que tout le monde peut venir, même les parents avec des poussettes ».

Les participants chemineront à travers le bourg saint-germinois en effectuant une boucle de 900 mètres. « On propose aux enfants de moins de 12 ans de faire une unique boucle, indique Claude Bruyère. Pour les autres, ils peuvent la parcourir autant de fois qu’ils le veulent sans dépasser un maximum de cinq ».

Photo par Asso JSP Gevaudan

Un final aussi coloré qu’émouvant

Sur le parcours, cinq arches seront disposées. « Des bénévoles occuperont chacune d’entre elles, leurs bras chargés de sacs de poudres colorées, livre Claude Bruyère. Au passage d’un coureur, ils projetteront alors des poignées de pigments sur eux. » Cinq arches, cinq couleurs. « Au final, nous allons réunir tous les participants sur un même espace, devant le Centre Culturel de Saint-Germain, continue l’organisateur. Et à ce moment-là, ils jetteront alors en l’air leur propre sachet de poudre ! Ce qui promet une photo incroyable, un cliché teinté de symboles ! ».

« Nous avons fixé le nombre de 300 un peu au hasard en espérant plus que tout l’atteindre. Nous devons être un maximum pour aider Mayanne et toute sa famille dans ce combat pour la vie ». Claude Bruyère

L’évènement n’est pas sujet à la jauge imposée par les restrictions sanitaires en cours. Mais les instigateurs ont préféré limiter le nombre de personnes à 300. « C’est la première fois que nous organisons une telle manifestation, précise Claude Bruyère. Du coup, nous ne savons pas encore quelle affluence s’attendre. Nous avons fixé le nombre de 300 un peu au hasard en espérant plus que tout l’atteindre. Nous devons être un maximum pour aider Mayanne et toute sa famille dans ce combat pour la vie ».

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

li

sam 21/08/2021 - 15:37

Cet article est très bien écrit. J'en ai pleuré. Il va soulever l'enthousiasme je l'espère car peu de journaliste ont les bons mots pour décrire des situations aussi dramatique. Bravo à lui

be

ven 20/08/2021 - 08:00

Très bel article

Tous à Saint Germain Laprade samedi

Merci aux foulées pour leur grand coeur