Marché du Puy décalé : 'gros manque à gagner' pour les producteurs fermiers

mer 29/10/2014 - 19:36 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Ce samedi étant un jour férié, qui plus est une fête religieuse, alors que le catholicisme est important dans nos contrées, la mairie du Puy a décidé de décaler le marché hebdomadaire. Enfin c'était une hypothèse car nous lui avions demander de justifier ce décalage mais la municipalité a tardé et nous avons attendu sa réponse pendant plus de 24 heures (voir plus bas)...
La foire de la Toussaint se tiendra quant à elle le dimanche 2 novembre, de 8h à 19h en ses lieux habituels : la place Michelet, la place du Breuil, la place Carnot, le cours Victor-Hugo et le jardin Henri-Vinay.
Profitant de la foule que draîne traditionnellement cette manifestation, les commerçants du centre-ville du Puy-en-Velay auraient pu faire le choix d'ouvrir leurs boutiques à cette occasion mais selon nos informations, presque aucun ne devrait le faire.

La justification de la mairie
La décision ne date pas d'hier et le dossier avait été confié à Jean-Luc Million, chef du service réglementation au Puy. Ce dernier est malheureusment décédé cet été et Yves Devèze, le conseiller municipal en mesure de nous répondre, était en congés. Voilà qui justifie le retard de la réponse. Dans un communiqué, la mairie du Puy nous explique finalement jeudi soir : "cette décision est liée à la préparation de la foire de la Toussaint le dimanche. Les services municipaux sont mobilisés dès le samedi matin pour la mise en place de cette foire".
La municipalité explique ensuite plus en détails : "l'accueil de 400 forains et de presque autant de véhicules, qui parfois dès la veille tentent de s'installer sur les meilleurs emplacements et pas forcément ceux qui leurs sont reservés, nécessite de neutraliser la place Michelet dès le samedi matin, pour anticiper l'enlèvement des derniers véhicules stationnés, et réaliser le traçage des emplacements. Les deux principaux parkings du centre-ville sont donc supprimés dès le samedi matin. Sans compter que le parking du Breuil est déjà neutralisé, puisqu'il est occupé par la fête foraine. 

D'autre part, la mairie ne respecterait pas le temps de travail légal et les périodes de repos obligatoires pour la police municipale, les placiers et les agents du Centre technique municipal mobilisés à cette occasion. Une première équipe travaille de nuit, de 22h jusqu'a 6h le 1er novembre, pour faire respecter le périmètre du champ de foire et éviter l'envahissement nocturne connu lors de précédentes éditions. Une seconde équipe commence à 5h, puis une troisième reste jusqu'à 21h pour que le Centre Technique Municipal puisse effectuer le nettoyage en toute sécurité et que les voies de circulation autour de Michelet restent fermées. Les placiers travaillent, quant à eux, le 1er novembre pour le traçage des allées publiques et la mise en place des stands des forains.

La municipalité du Puy-en-Velay a la volonté de faire vivre son traditionnel marché mais aussi d'animer le centre-ville. Et plutôt que d'annuler le marché du samedi 1er novembre, elle a donc préféré l'avancer au vendredi, en accord avec les commerçants non sédentaires. Dans cet esprit, les élus ont également accordé aux commerçants non sédentaires, que les marchés de la place du Martouret et du Clauzel soient prolongés le samedi après-midi jusqu'à 17 heures, lorsqu'ils tombent la veille des Fêtes. C'est le cas du 19 avril pour Pâques, le 24 mai pour la Fête des Mères, le 31 mai pour l'Ascension, le 7 juin pour Pentecôte, le 14 juin pour la fête des pères, le 20 décembre pour Noël et le 27 décembre pour le jour de l'An. Ces mêmes marchés sont également prolongés l'après-midi en période estivale, du 28 juin au 13 septembre inclus".

"On ne réalisera que 25 % des recettes que l'on fait habituellement"
Du côté des producteurs habitués au marché ponot, c'est la déception qui domine face à cette décision municipale : "pour nous, c'est un marché sacrifié et lorsqu'il est déplacé, il est à moitié perdu", explique Gilles Gibaud, producteur fermier l'Artisou du Mézenc, "on veut bien comprendre leurs motivations mais le constat que l'on fait, c'est qu'on ne réalisera que 25 % des recettes que l'on fait habituellement".
De générations en générations, cette famille fait le marché ponot chaque samedi, qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige. Gilles, lui, a son étal bien ancré place du Plot depuis une trentaine d'années déjà. Le manque à gagner qu'il vient de chiffrer, il le tire donc de son expérience car ce n'est pas la première fois que le marché est déplacé parce qu'il tombe un jour férié.

Le marché du samedi, "c'est un peu une partie de notre patrimoine"
"Il y a une tradition du samedi", poursuit-il, "c'est un lieu de rencontre, de convivialité, d'échanges. Pour nous, c'est un super marché, presque ancestral, et il doit rester le samedi. Il y a le café, le folklore et la convivialité du marché du Puy, on ne la trouve pas ailleurs, beaucoup vous le diront".
D'ailleurs, de nombreux clients viennent une semaine sur deux exprès de Saint-Etienne, de Thiers ou encore de Privas, "car ici, il y a une richesse particulière, à ne pas perdre, c'est un peu une partie de notre patrimoine", ajoute le producteur fermier, "mais ce vendredi, on peut être sûr qu'eux ne viendront pas".

Le marché débutera dès 6h30 pour la clientèle qui travaille
Pour les producteurs, les recettes ne devraient pas dépasser les 25 % de ce qu'ils ont l'habitude de faire le samedi matin car une partie de leurs clients travaille et ne pourra pas se déplacer le vendredi matin.
A cet effet, les producteurs ont tout de même prévu de commencer plus tôt, vers 6h30 au lieu de 7h, pour offrir cette fenêtre à cette clientèle, avant qu'elle ne prenne le chemin du travail.

Le marché maintenu "par fidélité pour nos clients retraités"
L'autre partie de la clientèle est essentiellement composée de retraités, "on y va surtout par fidélité pour eux", observe Gilles Gibaud, "car certains se sont engagés à venir quand même puisqu'ils ont l'habitude de s'approvisionner chez nous en produits frais". Ces derniers devraient donc répondre présents, même le vendredi. "Pour les actifs, c'est moins sûr...", complète-t-il.

Une partie de la marchandise risque d'être jetée
Outre le manque à gagner sur les recettes générées le jour du marché, les marchands risquent de se trouver avec une partie de leurs produits sur les bras. "Quand on fait du frais, il faut écouler la marchandise, sinon, elle est jetée", constate amèrement Gilles Gibaud.
"Il y a quelques produits, comme les fromages, que l'on peut conserver mais on a quand même beaucoup de produits frais qui ne tiendront pas une semaine de plus", conclut-il.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire