Madama dormira à la maison dès ce soir

Par Nicolas Defay ven 12/03/2021 - 21:55 , Mise à jour le 13/03/2021 à 04:00

Contre toute attente, Madama Diawara est sorti de sa rétention au CRA (Centre de Rétention Administrative) de Lyon. L'audience qui devait se tenir lundi 15 mars pour contester son maintien en détention a été avancée à aujourd'hui. Le juge des libertés a décidé de sa libération et le jeune malien a pu revenir chez les siens. 

Au téléphone, sa voix tremble et enchaîne les mots à toute vitesse. Véronique de Marconnay, maman de cœur de Madama Diawara, ne semble pas encore croire ce retournement de situation. "Nous devions remonter au tribunal de Lyon seulement lundi 15 mars, explique-t-elle. Ils ont décidé que l'audience aurait lieu finalement aujourd'hui. Ils ont changé la date au dernier moment. Frank Laurent, l'avocat de Madama a juste eu 40 minutes pour prendre le dossier et venir pour 14h30 au tribunal." Elle ajoute : "Eric et moi n'avions pas été prévenu de ce changement. Je pense que cela a été décidé ainsi pour éviter qu'il y ait un comité de soutien sur place".

"Il nous a dit que Madama était libéré !"

En reprenant quelques fois son souffle, Véronique de Marconnay déroule la suite de cette belle histoire. "On était certain que c'était plié, que de nouveau le cauchemar continuerait. Et puis Frank Laurent nous a appelés en fin d'après-midi. Il nous a dit que Madama était libéré ! Il nous a dit que le jugement d'appel avait cassé le jugement d'hier ! Je l'ai remercier mille fois mais jamais autant que j'aurais voulu !"
Sans presque respirer, elle continue : "Madama s'est retrouvé subitement dehors dans la rue. Il a pu téléphoné. Et Eric est aussitôt allé le chercher en voiture".

Mobilisation pour Madama

Une nouvelle mobilisation est prévue samedi 13 mars à 10 heures devant la préfecture au Puy-en-Velay.

"On va manger ensemble ce soir. Tous ensemble, en famille"

A travers le combiné du téléphone, le sourire de Véronique de Marconnay se devine totalement. "Je suis restée à la maison pour tout préparer avant que Madama ne revienne. Je suis heureuse, tellement heureuse. On va manger ensemble ce soir. Tous ensemble, en famille".

Euphorique par cette nouvelle aussi bonne qu'inattendue, Véronique de Marconnay et Eric Durupt sont bien conscients de la montagne qui reste encore à gravir. "Mardi 16 mars, nous nous rendons de nouveau à Lyon. Cette fois, c'est pour contester l'OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) qui menace toujours Madama".

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

se

sam 13/03/2021 - 11:18

l : L'intervention du préfet l'autre soir à FR3 Auvergne a permis de remettre les bons mots et situation sur ce cas. Une telle situation de personne venant sur le sol français et sans papier devrait être tranchée dans les 6 mois et non pas 2 ans après....car à ce jour rien de décidé.