Lutte ouvrière : abolir le secret des affaires et contrôler les comptes des entreprises

Par N.De mar 31/05/2022 - 17:00 , Mise à jour le 31/05/2022 à 17:00

Electre Dracos et son suppléant Pierre Michallet pour la 1ere circonscription aux législatives 2022. Antoine Brebion et son suppléant Georges Fridlender pour la seconde. Tous les quatre se lancent dans la course aux législatives dans le département altiligérien sous la bannière de la Lutte ouvrière.

Electre DRACOS est enseignante retraitée, tout comme son suppléant Pierre MICHALLET. Le duo participe, avec sept autres "équipes", aux législatives 2022 dans la première circonscription de la Haute-Loire.

Dans la deuxième circonscription, ce sont 11 duos qui s'affrontent à grand coup d'arguments et de programmes en tout genre. Parmi eux, Antoine BREBION, cadre administratif et son suppléant Georges FRIDLENDER, enseignant retraité. 

Les quatre candidats défendent le parti de Lutte ouvrière.

Pour rappel, les élections sont prévues les dimanches 12 et 19 juin.

Ci-dessous, leur communiqué de presse :

"Le scrutin présidentiel à peine achevé, les grandes manœuvres entre les partis aspirant à gouverner les affaires de la bourgeoisie ont recommencé en vue des élections législatives.

Macron cherche à obtenir une majorité lui permettant d’appliquer sa politique anti-ouvrière annoncée pendant sa campagne. Ses opposants, Le Pen et Mélenchon, prétendent que ces élections législatives constitueront un troisième tour de la présidentielle, que la politique qui va être menée dépendra du nombre de députés. Ils savent très bien qu’il n’en est rien. Le véritable pouvoir n’est pas à l’Assemblée, ni même à l’Élysée, mais dans les conseils d’administration des grandes entreprises qui dominent l’économie. Quel que soit le futur gouvernement, il se soumettra aux exigences de la bourgeoisie et poursuivra la même politique que ses prédécesseurs en faveur des plus riches.

Aucune élection ne peut protéger les travailleurs et leur éviter d’avoir à faire grève. Pour s’opposer aux coups portés par le patronat, les travailleurs ne pourront compter que sur leur capacité à s’organiser et à se mobiliser, massivement et avec détermination, quel que soit le gouvernement en place.

Lutte ouvrière présente des candidats dans les 546 circonscriptions de métropole et de l’île de La Réunion, et Combat ouvrier en présente également dans les huit circonscriptions de Martinique et de Guadeloupe.

Ces candidates et ces candidats défendront le programme de lutte que Nathalie Arthaud a popularisé pendant la campagne présidentielle et affirmeront que le camp des travailleurs doit se faire entendre, s’organiser et se battre pour défendre ses intérêts. Ouvriers, employés, hospitaliers, auxiliaires de vie, enseignants, agents de caisse, manutentionnaires, postiers, etc. tous nos candidats et leurs suppléants sont issus du monde du travail".

Ci-dessous, la profession de foi des candidats de la Lutte ouvrière :

 

 

  • Les candidats de la première circonscription

Electre Dracos (Lutte Ouvrière). Suppléant : Pierre Michallet.
Suzanne Fourets (Rassemblement national). Suppléant : Bruno Roule.
Cécile Gallien (Ensemble). Suppléant : Pierre Étéocle.
Celline Gacon (Nupes). Suppléant : Yannis Massard.
Virginie Léger-Portal (Parti animaliste). Suppléant : Carole Largier.
Emmanuelle Poumeau de Lafforest (Reconquête). Suppléant : Hugues Caro.
Dominique Samard (Écologie du centre). Suppléant : Allison Wozniak.
Isabelle Valentin (Les Républicains). Suppléant : Laurent Wauquiez.

  • Les candidats de la deuxième circonscription

Christian Allègre (Ensemble). Suppléant : Jean-Louis Do Carmo.
Corine Barbier. Suppléant : Sophie Dumas.
Antoine Brebion (Lutte Ouvrière). Suppléant : Georges Fridlender.
Jean-Philippe Clement (Écologie du centre). Suppléant : Estelle Chevillon.
Théophile Cloez (Convivialisme social). Suppléant : Jeremy Picard.
Philippe Cochet (Urgence écologie). Suppléant : Gisèle Naudier.
Clémence D’Aubignan (Reconquête). Suppléant : Nathan Achard.
Clément Lafont. Suppléant : Chloé Monot.
Thierry Perez (Rassemblement national). Suppléant : Catherine Arribage-Cassou.
Azelma Sigaux (Nupes). Suppléant : Jullian Carrié.
Jean-Pierre Vigier (Les Républicains). Suppléant : Corinne Bringer.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

ga

mer 01/06/2022 - 16:27

"Il y a des candidatures (dont celles-ci) qui sont un gachis"....... c'est vrai ça, regardez les scores du PS, des Verts ou des LR aux présidentielles !

Mais chacun a encore le droit d' exister dans ce pays ! n' en déplaise à quelques commentateurs. On ne vous demande pas d 'adhérer, juste d' accepter l' existence d' autres idées : Ca c' est dur hein ?

Quant à l' envie de jalouser les enseignants, faut se porter candidat : on recrute actuellement après un entretien bâclé de 30 minutes !

fa

mer 01/06/2022 - 12:26

A la présidentielle de 2002, les partis trotskistes totalisaient plus de 10 % des voix. Cela aurait été peut-être l'occasion unique de refonder quelque chose de nouveau en renonçant aux pratiques sectaires et vieilles intrigues. Mais, rien à faire : quand ça veut pas, ça veut pas!
"Un trotskiste, c'est un parti. Deux trotskistes, c'est deux tendances. Trois trotskiste, c'est une internationale. Et quatre trotskiste, une scission !"

he

mer 01/06/2022 - 10:07

Il y a des candidatures (dont celles-ci) qui sont un gachis d'argent, de papier (bonjour la planète) et d'énergie qui ne servent qu'à exposer des idées, des théories. Et depuis des décennies les candidats n'ont pas encore compris que leurs idées sont rejetées par l'immense majorité des Français. Voir les résultats aux différents scrutins obtenus par les candidats.  

ga

mar 31/05/2022 - 18:21

Ce qu'est devenu "Lutte OUVRIERE" porte à rire : un ramassis d'enseignants en retraite et de chômeurs ... Que ces gens là nous expliquent quels OUVRIERS ils pensent représenter ? ... Les syndicalisme peut vraiment mener à n'importe quoi : parler du travail à l'usine alors qu'on a passé sa vie sur un travail de bureau ou en décharge syndicale. Bref : zéro crédibilité !