Lucie : les questions du public à la réalisatrice

lun 06/05/2019 - 17:00 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

----L’équipe du documentaire sera à Cannes pour représenter « Lucie, après moi le déluge ». Alice, chargée de production, sera au marché du festival du 15 au 21 juin, Claude, programmateur du 18 au 21 juin.-----Le cinéma Le Maubourg à Dunières a organisé deux projections-débat ce week-end. « On a fait salle comble ; 180 personnes et aucune restée dehors, ouf ! » lance la réalisatrice Sophie Loridon, sans oublier les 130 personnes dimanche après-midi. « On m'a posé de bonnes questions » confie-t-elle. En voici donc quelques unes avec leurs réponses.

- Lucie est-elle décédée chez elle ?
S.L. : « Oui, presque... car elle est restée un seul jour à l’hôpital. Elle a eu une attaque cardiaque et mon frère était là, il a appelé les pompiers et ma belle-soeur s'est occupée d'elle, lui tenant la main pour la rassurer. Cela a suscité une vocation, elle est devenue infirmière depuis. »

- Et son fourneau ?
S.L. : « Son fourneau a rendu l'âme. Quand les nouveaux propriétaires ont essayé de le récupérer, il est tombé en ruine. Il faut dire que déjà André Laplace l'avait rafistolé maintes fois. Il repose dans un carton aujourd'hui ! »

- Quelle était sa religion ?
S.L. : « Lucie était protestante. D'ailleurs, elle a tout légué à la paroisse, c'était très important pour elle. Elle n'a pas touché un lopin de terre, ayant promis sans doute à sa soeur Vasthille de laisser intact. Du temps avec sa soeur, avec qui elle a toujours vécu, elles étaient très regardantes sur leur terres et veillaient "au grain". Je précise aussi qu'elle avait un grand frère, Elie. »

- Récitait-elle les poésies par cœur ?
S.L. : « Oui, on ne le voit pas à l'image car j'ai mis des illustrations, mais on le devine à la façon de réciter. Elle avait appris ces poésies à l'école, elle a eu son certificat d'études, qui a d'ailleurs été sauvegardé par les nouveaux propriétaires. Ils m'en ont fait cadeau, trésor précieux qui trône maintenant dans la maison familiale à Saint-Jeure d'Andaure. »

> Lire notre interview de Sophie Loridon : "Le documentaire de création, c’est une forme d’engagement"

Après les échanges, le cinéma Le Maubourg a offert un verre à l’assistance.

> Voir la page du film avec toutes les dates de projections mises à jour régulièrement

(Photo DR : Lucie avec la réalisatrice Sophie Loridon et le cameraman Sandro Lucerna lors d'un tournage en mai 2009. Crédit Bernard Crozas.)

La bande-annonce :

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire