Lo Radzouka sort son 4ème album

Par Nicolas Defay mer 21/04/2021 - 07:00 , Mise à jour le 21/04/2021 à 07:00

Sanh-Mesclat. Tel est le nom du dernier opus de Lo Radzouka, formation altiligérienne qu'on ne présente plus tant sa renommée est aussi ancrée dans le sol de la Haute-Loire que les volcans en Auvergne. Par contre, il faudra attendre une éternité avant de l'écouter, à savoir le 21 mai.

Quoi ? Vous ne connaissez pas Lo Radzouka ? Voila un petit portrait du trio trublions, devenu un quartet aussi déjanté que talentueux à l'occasion de leur dernière création. Depuis 2012, Rémi Peyrache, David Fauroux et Mathieu Pignol écument les scènes du département et au delà en proposant une MNI, autrement dit une Musique Non Identifiée. Entre swing et manouche, épices des Balkans, rock acoustique, influences arabo-andoulouse-latino-américaine, en passant par le jazz et les chansons à texte, les musicos sans frontières revendiquent leur style comme internationale et humaniste.

L’entree des artistes...

Leur site, c'est Là.
Et leur page Facebook, c'est ICI.

Un album tous les trois ans

Lo Radzouka sort son premier album Lo Rat Jucat (Le rat perché, en occitan) la même année que sa naissance en 2012. Trois ans plus tard, c'est l'opus Arak (transition, distillation, en arabe) qui rejoint la liste, suivi d'Heimatlos (Apatride, en allemand) en 2018.

Entre temps, les trois compères usent les planches des lieux culturels à travers plus de 300 concerts dans tout l'Hexagone. Le trompettiste Alban Sarron fusionne quelques notes dès le 2ème album mais prend une part bien plus importante dans l'élaboration du dernier né.

Photo par Lo Radzouka

Les instruments utilisés

Ce 4ème album est un feu d'artifice de sonorités différentes : Bouzouki, banjo, accordéon, guitare, trompette, contrebasse...pléthore d'outils musicaux issus des continents et cultures du monde entier.

"Le sang mêlé de nos origines, le mélange des musiques du monde"

Sanh-Mesclat (Sang mêlé, métissage, en occitan) possède ainsi deux particularités. La présence de la trompette et surtout...son aspect totalement instrumental.

"Le sang mêlé de nos origines, le mélange des musiques du monde et l'origine même des instruments utilisés se veulent totalement multiculurelle, explique Rémi Peyrache. Sanh-Mesclat est aussi le nom d'un morceau de l'album qui mêle influences arabo-adalouse, rythmes impairs de la musique des Balkans ou encore cubaine".

Le tout dernier de la famille se révèle ainsi comme une déroutante odyssée à travers des paysages émotionnels de notre monde réel et onirique. Une sorte de mise en œuvre...pour une mise en songe.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire