L'infanticide de St-Romain-Lachalm devant la cour d'assises

mer 28/09/2016 - 13:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Une nouvelle session d’assises s’ouvre à partir de ce lundi 3 octobre 2016. Elle durera jusqu’au vendredi 14 octobre. Au cours de ces deux semaines, deux affaires vont être jugées : une qui s’est déroulée en Haute-Loire, une seconde dans le Puy-de-Dôme.
Macabre découverte grâce à la rumeur
Du 4 au 6 octobre, le tribunal se penchera sur un drame qui avait animé le village de Saint-Romain-Lachalm en 2012. Une mère de quatre enfants est accusée d’avoir étouffé un ou plusieurs foetus. Le premier trouvé était né viable à 8 mois et demi de grossesse. Le corps du bébé avait été retrouvé enterré dans le jardin familial. La rumeur s’était propagée jusqu’aux oreilles des gendarmes d’Yssingeaux. Ces derniers avaient décidé de la vérifier, ce sont eux qui ont fait la macabre découverte. La mère de famille évoluait dans une grande détresse morale; elle était victime de violences conjugales. "On a du mal à penser que des conditions féminines comme celles-ci puissent encore exister. Elle ne pouvait pas parler, ne devait rien dire quand on la frappait...", commente Me Schott, avocat de la mère de famille.
Dettes et violences conjugales
Le père de famille avait reconnu les faits de violences sur sa femme, enceinte. Il est passé devant le tribunal correctionnel du Puy fin 2012 pour violences conjugales avec circonstances aggravantes; il a finalement été jugé le 4 décembre 2012. Cet homme était également un agriculteur et un élu du conseil municipal de la petite commune. À la barre, il avait reconnu avoir de fréquentes crises de colère. Il avait expliqué que le couple travaillait très difficilement pour rembourser un prêt mensuel de 2 300 euros. L’homme avait écopé de deux ans de prison, dont un avec sursis, ainsi que d’une obligation de soins et d’une interdiction d’entrer en contact avec sa femme.
Lors des assises, il est également poursuivi pour non-assistance à personne en danger. "Au début, il était poursuivi pour complicité, mais cela n'a pas été retenu", explique Me Schott.
Le couple comparaîtra libre. La mère a déjà fait 14 mois en détention provisoire. Son compagnon sera représenté par Me Clauzier.
L'autre affaire aux assises
Puis, du 19 au 14 octobre, quatre hommes seront jugés en appel pour une affaire de vol en bande organisée avec arme en état de récidive, vol avec violence, tentative de vol et participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime en état de récidive légale. Les faits s'étaient déroulés dans le Puy-de-Dôme.

Emma Jouve

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire