L'incident du lycée Roche Arnaud "doit servir d'alerte" selon Laurent Wauquiez

lun 10/10/2016 - 12:13 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Le Président de Région Laurent Wauquiez s’est rendu au lycée Charles et Adrien-Dupuy vendredi en fin de journée, après un fait divers qui a suscité de vives émotions le matin même : une femme d'une quarantaine d'années aux antécédents psychiatriques et au visage couvert par un châle, a percuté une barrière d'accès et a fait plusieurs tours à l'intérieur de l'établissement. En cette période Vigipirate renforcée dans l'Education nationale, le sujet n'a pas été traité légèrement.

Sécurité des lycées : une priorité martelée par Laurent Wauquiez

L'ancien maire du Puy-en-Velay, aujourd'hui président de la Région (qui a en charge la gestion des locaux des lycées), a eu de nombreuses occasions depuis son élection en décembre 2015 de marteler qu'il voulait davantage "sécuriser les lycées", déjà lors de la campagne des régionales, en proposant alors la mise en place de portiques de sécurité.
Il a depuis tempéré sa proposition en la limitant aux établissements demandeurs, comme il nous l'avait confié lors d'une visite dans le lycée Charles et Adrien-Dupuy en juin dernier.

"Ce lycée est conçu comme un campus ouvert, c’est beaucoup trop dangereux"
Ce vendredi 7 octobre 2016, quelques heures à peine après le regrettable incident (qui rappelons le se termine fort heureusement sans blessé), Laurent Wauquiez était présent dans la cour du lycée Roche Arnaud, en compagnie du proviseur du lycée Philippe Trefelle, afin de faire le point sur les différents accès de l'établissement qui pourraient nécessiter d'être sécurisés.
"Ce lycée est conçu comme un campus ouvert, c’est beaucoup trop dangereux", a observé le député de Haute-Loire, qui préconise "des abords sécurisés" et la mise en place d'une clôture pour qu’on ne puisse plus permettre l’intrusion d’un véhicule dans l'établissement scolaire.
Retrouvez ci-dessous la réaction de Laurent Wauquiez, au micro de RCF Haute-Loire, suite au fait divers survenu le vendredi 7 octobre au matin dans le lycée ponot : 


Un diagnostic de sécurité attendu pour les vacances de Toussaint
Avant de procéder à la mise en place d'infrastructures de sécurité, il faut analyser la situation et les parents d'élèves, par la voix de leur représentante Véronique Noura, présidente de la FCPE 43, craignent un effet d’annonce et de voir le lycée "bunkerisé".
Un diagnostic de sécurité doit justement être réalisé pour faire ressortir les points noirs à améliorer, et notamment les accès de l’établissement. Il devrait être réalisé pour la fin des vacances de Toussaint. Ainsi, Véronique Noura insiste : "Les parents d'élèves ont rappelé qu'un diagnostic sécurité était en cours et qu'il ne fallait prendre aucune décision à chaud. Ils doivent être associés aux décisions. La sécurité du campus du lycée doit être améliorée mais il ne faut pas faire n'importe quoi sous le coup de l'emotion. Il faut attendre les résultats du diagnostic de sécurité en cours d'évaluation et se baser sur l'avis de professionnels."

Dans un communiqué transmis à notre rédaction, le syndicat d'enseignants SNES Haute-Loire réagit :

"M. Wauquiez : la récupération politicienne : ça suffit !
Le SNES Haute-Loire dénonce la récupération politique , par Monsieur Wauquiez, de l'incident survenu vendredi matin au lycée Charles et Adrien Dupuy.
Vendredi 7 octobre 2016, alors que les élèves sont en classe, à 8h30 du matin, une voiture conduite par une personne qui présente des troubles psychologiques, force une barrière d'accès du lycée Charles et Adrien Dupuy et s'introduit dans la cour de l'établissement, heureusement vide à cette instant. Le proviseur de l'établissement et l' administration réagissent très vite et très bien. Le confinement des élèves est ordonné. El la voiture ressort de l'enceinte ; la conductrice est prise en charge par les policiers. Voilà les faits...
Le soir même, monsieur Wauquiez, président de la Région AURA, arrive au lycée et, à notre sens, récupère l'incident : il n' a de cesse, depuis des mois, dit-il, de tirer la sonnette d'alarme sur la sécurité dans nos lycées. «  Il faut sécuriser ce lycée... ça aurait pu être un drame ». Et il profite de cet incident pour se faire à nouveau le chantre d'une politique du tout-sécuritaire, de cette politique qu'il a mise en œuvre au lendemain de son élection en annonçant - avec l'irréalisme et la précipitation qu'on lui connaît - l'installation de portiques dans les 322 lycées de la Région !
Que montre cet incident ?
Et loin de nous l'idée de minimiser ce qui s'est passé dans un lycée que nous connaissons bien et où nous avons, pour certains d'entre nous, nos enfants !
Nous voyons bien, dans ce qui s'est déroulé ce vendredi matin, que les barrières mêmes peuvent être défoncées !!! Et que face à un individu déterminé ou psychologiquement troublé, les barrières sont inutiles !
Ah, mais « ça aurait pu être un drame »... bien sûr... comme il peut y avoir un drame dans une rue, un chemin, sur une place publique... ça n'a justement pas été un drame... tout a fonctionné dans la mise en sécurité des élèves !
Monsieur Wauquiez, arrêtez de nous faire peur !! Les temps sont difficiles et suffisamment anxiogènes pour tous, et en particulier pour nos jeunes...sans en rajouter à des fins politiciennes.
Un audit de sécurité sera fait, pourquoi pas en effet. Il se peut que certains points puissent être améliorés. Mais nous tenons à rappeler que l'aspect « campus » est justement un des atouts du lycée et qu'il est ainsi à même de préparer des élèves à leur vie future, puisqu'ils se retrouveront très vite dans des universités et des villes étudiantes."

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire