L’hôpital Emile Roux se prépare au Coronavirus

sam 29/02/2020 - 17:40 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

Alors que la maladie ne cesse de franchir les frontières, de noircir les pages des journaux et d’alourdir chaque jour un peu plus le nombre de personnes atteintes ou décédées dans le monde (2 800 selon l’OMS), des dispositions sont prises pour ralentir la transmission du Coronavirus. L’hôpital Emile Roux, seul centre hospitalier du département à pouvoir accueillir des patients potentiellement atteints par cette maladie made in China, a délimité un parcours bien précis pour atteindre l’un des douze lits du service spécialisé au premier étage du bâtiment de chirurgie.

----La Chine continentale, Hong-Kong, la Corée du Sud, Macao, l’Iran, Singapour et deux régions italienne, à savoir la Vénétie et la Lombardie, sont les pays désignés à risque par le minsitère de la santé. Tout récemment, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a modifié la menace internationale d'"élevée" à "très élevée".-----Un ascenseur condamné
La direction de l’hôpital Emile Roux a ainsi fait passer une note d’information pour alerter le personnel soignant des directives à respecter. Outre le fait de porter gants et masques obligatoires, ils devront suivre les quatre circuits prédéfinis pour la prise en charge des patients suspectés. Ainsi, une personne « cas possible » sera orientée par les soignants en fonction des fléchages représentés par un émoji en forme de visage affublé d’un masque jaune. Sur les quatre ascenseurs en activité au sein du centre hospitalier, un a été totalement condamné à toute utilisation autre que l’acheminement des patients atteints du Covid-19 ou suspectés de l’être. Les mêmes fléchages sont reproduits à l’intérieur jusqu’au premier étage du service en question. Si le diagnostic du patient est négatif, ce dernier devra respecter un temps de quarantaine à son domicile. Dans le cas contraire, elle intégrera l’un des douze lits.

L’Église aussi sur le pied de guerre
Afin de contribuer à la lutte contre l’épidémie, le diocèse met également en place des directives précises. « Je demande à l'ensemble des prêtres des paroisses du diocèse de respecter les mesures suivantes, communique Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay. Au cours des messes et dans leur église, il faut éviter de se serrer la main et de s’embrasser. Pour le rite du lavabo, il ne faut pas hésiter à utiliser une aiguière et de l’eau savonneuse. S’il y a concélébration, les prêtres et autres ministres ne communient que sous le geste de l’intinction. » Autres gestes à respecter, la communion eucharistique ne peut être donnée que dans les mains. « Je recommande également aux prêtres de se laver les mains après avoir donné la communion, même dans la main, et de vider les bénitiers présents dans l'église ».

Nicolas Defay

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire