Tous

Yssingeaux

L'hôpital d'Yssingeaux à jamais associé au nom de Jacques Barrot

dim 04/02/2018 - 14:07 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

Des valeurs humanistes
Samedi 3 février 2018, le public est venu nombreux assister à la cérémonie organisée à l'hôpital d'Yssingeaux en hommage à Jacques Barrot. C'est Sylvie Tourneur, directrice de la structure, qui a évoqué en premier les valeurs d'humanisme de l'enfant du pays. Elle a ainsi rappelé le soutien que l'homme politique avait toujours accordé à l'établissement, affirmant solennellement : « Donner son nom à  l'hôpital, c'est élever l'hôpital ».
Jean-Yves Grall, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Auvergne Rhône-Alpes, également présent, a reconnu quant à lui que l'ancien député-maire d'Yssingeaux a laissé un manque indélébile dans le paysage yssingelais. « Cet hôpital fait honneur aux valeurs et aux convictions humanistes de Jacques Barrot », a-t-il affirmé.

Le nom de l'enfant du pays comme une évidence
Bernard Gallot, actuel maire de la cité des cinq coqs et président du conseil de surveillance, a lui insisté sur l'adhésion totale de la population quant au choix du nom de l'enfant du pays pour baptiser l'hôpital local. Après avoir retracé l'historique de l'établissement et rappelé le certificat d'excellence A, dont il est maintenant doté, « ce qui est très rare pour un hôpital local », l'édile s'est souvenu de la vision prospective de Jacques Barrot : « il est allé chercher les financements nécessaires, permettant ainsi toutes les audaces ».

Un homme de paix et de fraternité
Quand Jean-Louis Debré, ancien ministre de l'intérieur et ancien président de l’Assemblée Nationale et du Conseil Constitutionnel, a pris à son tour la parole, c'est pour rappeler « le faux candide, l'homme libre, qui ne cherchait pas à plaire au gré des modes. Il a laissé des traces profondes de son action et de ses engagements, notamment concernant le logement, le RSI, le plan de réforme de la sécurité sociale. Il a servi la France avec honneur et dignité. C'était un homme de paix et de fraternité ».

« Il avait Yssingeaux dans le coeur »
L'ancien ministre a aussi rappelé des anecdotes propres à leur amitié : « Je me souviens de lui, avec sa légendaire casquette à rabat. Je lui disais qu'il existait des chapeaux. Mais sa casquette représentait Yssingeaux, qu'il avait dans le cœur. Le seul fait d'évoquer Yssingeaux, où il fait toujours froid, déclenchait des fou-rires. Je me demandais s'il ne voyait pas la cité yssingelaise comme la capitale de la France. Il était habile pour trouver des fonds de tiroirs où il y avait encore des sous, car il voulait faire aussi bien qu'ailleurs dans sa ville. Il aurait été très attentif aux inquiétudes soulevées dans les EHPAD en ce moment. Il était doté d'une résistance farouche pour affronter, comme il le disait, la pensée paresseuse. Il mobilisait son énergie pour honorer sa devise bien-aimée : liberté, égalité, fraternité ».

« C'est un père qui revient aujourd'hui »
Jean-Pierre Marcon, président du Département, a également rendu hommage aux 40 années de complicité et de fidélité qui l'ont lié à son ami : « Je me rappelle que Bernard Gallot disait, Jacques Barrot, c'est un père qui s'en va. Aujourd'hui, je dirais que c'est un père qui revient ».
Une plaque commémorative au nom de Jacques Barrot est désormais visible à l'entrée de l'établissement hospitalier avec cette citation :  « J'ai donné le meilleur de moi-même pour bâtir cette Haute-Loire où souffle un bel esprit de tolérance et d'humanisme ».
Sylvie Tourneur a ensuite invité l'assistance à profiter et de l'hommage photographique de la personnalité centriste et du buffet d'honneur.

M-A.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire