Les wallabies enfin au jardin Henri Vinay cet été

jeu 13/06/2019 - 14:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

C’était l’élément manquant dans la transformation globale du poumon vert du Puy-en-Velay ; l’aménagement du parc animalier. Les travaux, qui avaient débuté à la fin de l’année passée, ont connu un arrêt total à cause d’un « contentieux avec l’entreprise » en question, livre le maire du Puy, Michel Chapuis. Et pour cause, le grillage attendu devant normalement atteindre les 3,5mm d’épaisseur faisait alors 1,5 mm. Un problème de sécurité qui n’assurait pas la protection du public comme des animaux.

Un espace animalier mieux intégré
Après la réouverture du musée Crozatier, et divers aménagements paysagers parmi les végétaux, voici le moment venu de s’occuper de l’espace animalier. Après l’installation de la clôture de l’enclos des daims, c’est au tour des prochains habitants, tant attendus, les wallabies. Ceux-ci pourront élire domicile dans la partie où se trouve le porche de l’abbaye de Vorey, mais avec des petites modifications qui devraient permettre d’offrir au visiteur un nouveau point de vue.

Une mise en valeur architecturale et patrimoniale
La Ville du Puy a fait appel au célèbre paysagiste Louis Benech. Pour intégrer un certain esthétisme au parc animalier, ses contours vont être modifiés. Le porche de l’abbaye de Vorey sera mis en avant avec un grillage qui le longera désormais à l’arrière, permettant ainsi de l’intégrer au paysage et d’en faire profiter l’observateur. Le canal qui se trouve devant le porche fera lui aussi partie de ce nouvel aménagement et ne sera plus coupé du visiteur. Il y aura donc une face de plus pour observer les animaux, avec une délimitation plus harmonieuse.

Et les wallabies ?
Mais où est le couple de wallabies attendu depuis l’année passée ? Quand pourront-ils enfin s’installer ? Selon le maire, le nouvel aménagement devrait être terminé à la fin de ce mois de juin 2019. Mais les jardiniers penchent plutôt pour le début du mois de juillet. L’espace d’intimité de ces animaux sera une cabane en bois dans le style des abris bois retrouvés dans les parcs et jardins du XIXe siècle.

Renouveler le regard des Ponots sur le jardin ?
Le maire reconnaît la chance pour la ville du Puy d’avoir un tel jardin. Et il met aussi en avant le talent de ceux qu’il appelle les « maîtres jardiniers »  qui œuvrent tout au long de l’année sur cet espace de quatre hectares. « On se rend pas compte nous les Ponots parce qu’on y est complètement habitués mais en réalité c’est un havre de verdure en plein centre ville… c’est véritablement une chance », exprime Michel Chapuis.

N.N.

Un couple de wallabies espéré dès cet été au jardin Henri Vinay
(06/06/2018)

Sous un soleil printanier, la mue du jardin Henri Vinay (20/04/2018)

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire