Les salles obscures enfin à la lumière

lun 22/06/2020 - 17:29 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:05

Des gens sont déjà installés, chuchotant entre eux, indifférents à votre entrée dans cette grande salle large et profonde. Des rangées de sièges identiques sont libres et vous hésitez sur la place à prendre, un peu devant, pas trop quand-même, mais le plus au centre possible. Une fois décidé, vous vous asseyez enfin. Vous prenez possession de ce cocon de tissu, les yeux rivés sur l'écran encore inerte puis vous attendez ce moment où le clair-obscur doucement se meurt pour laisser le noir emplir le lieu et vos sens. Et le film commence alors. Mercredi 24 juin, tous les adeptes de cinéma pourront de nouveau s'enflammer, rire, pleurer ou hurler de terreur dans tous les établissements du département. Ce mauvais long métrage intitulé "Covid-19" aura verrouillé leurs portes durant 97 jours. Si son générique de fin se déroule lentement, des mesures sanitaires restent tout de même actives et indispensables.

----Contact :
-CinéDyke , Puy-en-Velay : 09 65 03 39 86
-La Capitelle, Monistrol/Loire : 04 71 59 32 10
-Le Paris , Brioude : 04 71 50 14 12
-La Grenette Yssingeaux : 04 71 65 79 19
-Le Maubourg, Dunières : 04 71 66 86 24
-CinémascoopChambon/Lignon : 04 71 59 79 37
-Ciné-Tence : 04 71 65 46 44
-Ciné-Parc St-Georges-Lagricol, Félines et la Chaise-Dieu: 04 73 95 58 00-----Des règles sanitaires strictes
"Même si c'était possible d’ouvrir dès ce lundi, nous avons décidé d'attendre le mercredi 24 juin afin que tout soit parfaitement prêt, explique Florence Roux, responsable au CinéDyke au Puy-en-Velay. Ceci afin de procéder au très grand nettoyage de toutes les surfaces, de toutes les salles, de vérifier le bon fonctionnement des écrans et la mise à jour de l'informatique. Il faut que tout soit mis en place pour que nous puissions ouvrir dans les meilleures conditions possibles aussi bien pour les clients que pour le personnel."
Les employés profitent ainsi de ces deux jours de flottement pour passer à la loupe les 5 348 m² de l'établissement, répartis sur quatre niveaux, et désinfecter les six salles contenant 1 126 fauteuils au total. D'autre part, en plus de ce nettoyage d'été, le cinéma doit être équipé de plexiglas pour les guichets et le stand de confiserie, de marquages au sol et décider d'un sens de circulation des spectateurs le plus sécurisé possible.

Des séances sacrifiées pour désinfecter entre chaque passage
La jauge d'accueil devra être divisée par deux, offrant ainsi 563 places disponibles dans le meilleur des cas. "Chaque groupe aura l'obligation de laisser un siège vide de chaque coté, précise Florence Roux. Les spectateurs devront porter un masque dans le hall mais pourront l'ôter une fois assis à leur place. Ils devront néanmoins le remettre à chaque déplacement."
À noter que l'équipe du CinéDyke ne fournira pas de masque et interdira quiconque l'accès dans l'enceinte le visage non protégé. "Entre chaque séance, nous irons désinfecter les surfaces sensibles comme les poignées de portes, par exemple, même si les sas resteront constamment ouverts avant le début du film et aussitôt celui-ci terminé. Il est prévu de décaler les séances toujours dans ce soucis de faire croiser le moins de monde possible et de permettre une évacuation structurée." Afin de pouvoir mettre en place cette logistique, la programmation a décidé de sacrifier sept séances hebdomadaires sur les 108 programmées à cause du temps consacré à ces entractes sanitaires.

----Aucune conséquence pour les abonnés
Guy Reynaud, directeur du CinéDyke, assure que la date limite de tous les abonnements sera repoussée autant que la durée de fermeture du cinéma due aux restrictions sanitaires imposées par le Gouvernement.-----Pas de film en 3D
Les fans de 3D devront néanmoins attendre encore. "Aucun film utilisant ce dispositif n'est diffusé, assure Florence Roux. Il serait impossible et irresponsable de nettoyer chaque paire de lunettes correctement pour les confier aux spectateurs suivants plusieurs fois dans la journée." Dans cette course à limiter au maximum les transmissions éventuelles de l'épidémie, la communication du CinéDyke se concentre également sur la VAD, autrement dit la Vente À Distance. "Nous incitons les gens à utiliser ce procédé pour qu'ils n'aient pas à passer par le guichet, ni même par la zone de contrôle des billets." D'après Florence Roux, cette solution prend énormément d'ampleur non pas à cause du contexte lié au coronavirus mais simplement car c'est un mode de paiement de plus en plus apprécié.

"Il n'y a eu aucun licenciement malgré la chute d'activité au cinéma"
"L'équipe a hâte de reprendre !
, s'exclame Florence Roux. Certains seront en congés annuels le 24 juin mais les dix salariés avant le confinement sont toujours à bord. Il n'y a eu aucun licenciement malgré la chute d'activité au cinéma." Selon Guy Reynaud, patron du CinéDyke, le confinement aura eu pour conséquence une perte de 35% de son chiffre d'affaire sur une année.
Pour que chaque spectateur retrouve ses sensations égarées durant ces longs jours d'attente, le CinéDyke attaque fort avec des longs métrages comme La bonne épouse de Martin Provost, Bayala (La magie des dragons) de Aina Järvine et Federico Milella, De Gaulle de Gabriel Le Bominou ou encore L'ombre de Staline de Agnieszka Holland. Quant à Mulan de Niki Caro, film très attendu avant le confinement, il ne sortira qu'à partir de mercredi 22 juillet.

Nicolas Defay

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire