Les jeunes Altiligériens ont disputé l'Euro

ven 27/05/2016 - 13:57 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Les stars de l'Euro avaient entre 7 et 11 ans ce vendredi 27 mai. Quelques écoles du département ont participé à cet événement sportif et éducatif mis en place grâce à l'Usep et ses partenaires. Sous un soleil de plomb, les enfants ont pu s'amuser tout en révisant les règles du football ainsi que les consignes de sécurité. La journée était coupée en deux : une demi-journée atelier et une autre tournoi.
Près de 200 élèves venus des écoles d’Aurec-sur-Loire, Bains, le Monteil, la Chapelle-d’Aurec, Pradelles et Michelet au Puy-en-Velay ont participé à cette journée sportive. Cette dernière vient clôturer un cycle d’apprentissage auquel ont participé les enfants. Il a été réparti sur plusieurs mois et une dizaine de séances. Cette initiative a pu être mise en place grâce à l’Usep, les clubs locaux, le District de Haute-Loire et les écoles elles-mêmes.
Apprendre à jouer et à arbitrer
"Puis-je continuer à jouer si je saigne ?" et autant d'autres questions auxquelles les enfants ont dû répondre. Une méthode éducative pour apprendre les bases de la sécurité, mais aussi le respect des règles. Un atelier transformait les participants en arbitres, un point important pour une telle manifestation. "Les enfants se rendent compte que ce n'est pas si facile que ça d'arbitrer. Je pense que ça contribue à ce qu'il y ait plus de respect envers les arbitres", explique Sylvain Vernaudon, coordinateur de l'Usep Haute-Loire. Pour aller plus loin, certains participants ont été nommés arbitres de rencontre.
"Moi, j'adore marquer"
Des équipes de cinq ont été formées dans les classes, chacune représentant un pays présent dans la compétition européenne. Louise, Kaycee et Rémi ont de 7 à 8 ans. Ce vendredi, ils étaient la Suisse. Tous trois adorent le football et Kaycee a même un message pour ceux qui disent que c'est un sport pour les garçons : "Ce n'est pas vrai, c'est pour tout le monde. (...) Moi, j'adore marquer". Rémi, lui, attendait le tournoi avec impatience : "Je crois que c'est ce que je vais préférer". Quand on leur a demandé si la Suisse va remporter la compétition, il a souri : "Je ne sais pas".

Face au succès rencontré, l'événement pourrait bien être reconduit chaque année, sous une autre dénomination. En attendant, les enfants seront sans nul doute devant leur télévision dès le 10 juin pour regarder les matchs de leurs idoles. "Moi, je regarderai juste la fin", rit le jeune Rémi.

Emma Jouve

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire