Tous

Brioude

Les forces de l’ordre sont sur le qui-vive

mer 23/12/2015 - 17:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

Pour les commerçants, les moyens de prévenir les cambriolages et de dissuader les malfaiteurs sont nombreux, et souvent simples : installer des caméras, des alarmes et des rideaux métalliques, changer régulièrement les codes des portes, éclairer les zones d’ombre aux abords des boutiques, éviter d’emprunter systématiquement le même itinéraire pour aller déposer les fonds à la banque…. Ces conseils, les référents sûreté de la Gendarmerie Nationale et de la Police les délivrent tout au long de l’année, lors de leurs visites régulières dans les commerces. Mais en cette période de fêtes, alors que la fréquentation des magasins grossit, et du même coup les chiffres d’affaire, la vigilance est renforcée.

Sécuriser, prévenir, dissuader
Ainsi le plan anti hold-up a-t-il été mis en place en Haute-Loire, comme chaque année depuis 2012. Plus de surveillance, plus de patrouilles, plus de contrôles routiers aux abords des zones sensibles… les Altiligériens vont « voir du bleu ». « En fin d’année, on a tendance à être dehors sur des amplitudes horaires plus importantes », a indiqué le lieutenant Malvezin, adjoint au commandant de la compagnie de gendarmerie de Brioude, jeudi 17 décembre, lors d’une visite au centre commercial Saint-Ferréol. « Tous les gendarmes participent au dispositif. Ils détectent et recensent les commerces dans lesquels la sécurité peut être améliorée, à l’intérieur comme à l’extérieur. Ensuite ils proposent aux responsables de recevoir la visite des référents sureté ». A savoir l’adjudant-chef Bancal et l’adjudant Pellegris, pour la communauté de brigades (COB) de Brioude-Paulhaguet-Champagnac. Tous deux ont été formés pour être à même de conseiller les gérants et directeurs des magasins en matière de prévention, qu’il s’agisse de l’agencement des lieux ou des comportements à adopter.

Ne pas hésiter à composer le 17
« Le référent sureté intervient aussi sur des choses simples », a souligné Catherine Fourcherot, sous-préfète de l’arrondissement de Brioude. « Il conseille de regarder si on est seul quand on ferme une porte, de vérifier qu’on a bien mis l’alarme… Un diagnostic est établi pour repérer les failles et voir comment y remédier. Le dispositif permet de renforcer la présence de la Gendarmerie aux heures de fréquentation importante dans les magasins et de tisser un lien entre les forces de l’ordre et les responsables des établissements ». Lesquels sont aussi invités à être attentifs aux comportements suspects, à redoubler de prudence et à alerter au moindre doute. « Il ne faut surtout pas se prendre pour un gendarme », a insisté Catherine Fourcherot. « Il ne faut pas hésiter à faire le 17 ».

I.A.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire