Les enfants en situation de handicap ont enfin leur jeu de plein air

ven 06/03/2020 - 22:45 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

Installé à côté de l'aire de jeux proche du kiosque du jardin Henri Vinay, un nouvel arrivant tout d'acier vêtu a fait son apparition. Posée sur une dalle en béton qui sera prochainement recouverte d'un parterre en gomme, la drôle de balançoire étire ses mats gris au-dessus de sa nacelle étincelante. Sur sa cage en fer est affichée le logo bleu et blanc représentant une personne assise dans un fauteuil roulant. "Il s'agit là d'un moyen d'effacer les différences et de permettre aux enfants malades d'avoir accès aux mêmes jeux que les autres", partage Michel Chapuis, maire du Puy-en-Velay.

350 kilos de résistance
Le dispositif permet de supporter plus de 350 kg de charge. "Avec sa rampe amovible, l'enfant peut monter tout seul dans le jeu sans aide extérieure ou très peu, explique Michel Chapuis. Il n'est plus obligé de sortir de son fauteuil pour profiter des jeux publics. L'intérêt est l'autonomie de la personne en toute sécurité." Première ville de Haute-Loire à être équipée ainsi, il est envisageable de multiplier le procédé. "Je pense par exemple au jardin de Pomara", confie le maire.

"Ca fait bizarre la première fois !"
La confection a été assurée par l'entreprise Caps et l'installation par Récréafrance. Une fois la personne à l'intérieur, une structure en métal se descend pour l'entourer et l'immobiliser. "Ça fait 24 ans que je suis dans un fauteuil roulant et c'est la première fois de ma vie que j'essaie une balançoire, admet Quentin Petit, conseiller municipal du Puy de 24 ans. Ça fait bizarre la première fois ! On a toujours peur qu'avec le poids des machines, ça ne résiste pas." Sa mère, Marie, garde un œil bienveillant sur lui, le premier testeur du dispositif. "Ce jeu permettra aux enfants comme mon fils de profiter des jeux comme tout le monde, dit-elle enthousiaste. Je me rappelle que lorsque mon deuxième fils jouait dans ce genre d'espaces, Quentin le regardait tristement".

Des espaces de jeux pour tous
"Là où je suis content, c'est pour les générations qui arrivent car les jeunes vont pouvoir s'intégrer sur l'aire de jeux avec les autres, souligne Quentin Petit. Je trouve que le système évolue, que les mentalités évoluent et qu'on apprend aux enfants à partager du bonheur malgré les différences. Les enfants valides ne vont plus voir leurs copains handicapés de la même façon. Ils vont voir leur camarade comme un copain qui va faire de la balançoire avec eux." Sa maman ajoute : "En plus de la fonction récréative, cette balançoire détient une valeur éducative. Les enfants valides vont se sensibiliser automatiquement au handicap. L'inclusion est en vogue dans tous les domaines. À partir d'aujourd'hui, ce sera dans les espaces de jeux qui ne seront plus des outils de plaisir inaccessibles pour tous ces enfants à mobilité réduite".

Nicolas Defay

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire