Les derniers clubs de la Rive Droite rentrent au bercail... et chutent de deux marches

jeu 11/06/2015 - 20:20 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:35

Cette fois-ci, il semblerait bien que ce soit le coup de sifflet final d'un conflit administratif débuté en 2011 entre le district de la Haute-Loire et les quatorze clubs du département situés au-delà du Lignon, qui jouaient alors au sein du district de la Loire.
Depuis 1980, une dérogation provisoire autorisait les clubs de la rive droite du Lignon à jouer pour le compte du district de la Loire et de la Ligue de Rhône-Alpes. Un provisoire qui aura duré une trentaine d'années alors que les deux ligues n'avaient jamais trouvé d'accord. Certains des clubs concernés jouaient pourtant les coupes de Haute-Loire et d'Auvergne.
Fin 2012, la FFF (Fédération Française de Football) avait donné raison au district de football de la Haute-Loire, imposant à ces quatorze clubs d'intégrer le district altiligérien. La première année, tous se sont mis en sommeil, puis neuf ont rejoint la Haute-Loire en début de saison dernière. Les derniers irréductibles ont fini par céder et intégreront donc le championnat altiligérien la saison prochaine.

Neuf clubs ont perdu deux niveaux... et cinq ont perdu trois niveaux
La première année, les 14 clubs de la Rive Droite avaient donc opté pour une inactivité totale, valable trois ans. Une cotisation fédérale est demandée, de l'ordre de 60 € par club. Si un club décide la saison suivante de reprendre le championnat (forcément en Haute-Loire), il est intégré à un niveau N-1... Alors que le district voulait les intégrer à un niveau N+1 (pour compenser l'écart sportif entre les deux départements).
----Le principe est simple : on a proposé à ces clubs d'intégrer le district de la Haute-Loire à N+1, ils se sont mis en sommeil et ceux qui ont repris au bout d'un an ont intégré à N-1, ceux qui intègrent au bout de deux ans à N-2 et à partir de la troisième année, c'est une radiation automatique (le cas d'Interfoot).

-----Autrement dit, un club qui voulait intégrer les championnats altiligériens pour la saison 2014-2015 perdait deux niveaux par rapport à l'offre qui lui avait été faite pour cette saison 2013-2014. C'est ce qui s'est passé pour neuf clubs de la Rive Droite : Aurec-sur-Loire, Monistrol-sur-Loire, Les Villettes, La Séauve-sur-Semène, Montregard, Saint-Victor-Malescours, Tence, Saint-Pal-de-Mons et Dunières.
Ceux qui ont persisté dans le bras de fer un an de plus ont perdu un niveau supplémentaire, en intégrant à N-2 : c'est le cas de Saint-Romain-Lachalm, Riotord et Montfaucon, qui reprennent en troisième division (le plus bas niveau départemental, celui où l'on débute si l'on crée une équipe), Sainte-Sigolène perd également deux niveaux et redémarrera en première division (en troisième division pour sa réserve).

Le cas très particulier d'nterfoot et de l'entente Saint-Didier/Saint-Just-Malmont
Reste enfin Saint-Didier/Saint-Just-Malmont, une émanation d'Interfoot, qui passe de DHR en 2012-2013 (au moment de se mettre en sommeil) à Elite pour la saison à venir. Cette nouvelle structure a accepté de rejoindre la Haute-Loire au grand dam d'Interfoot qui envisage encore un rapprochement avec le FC Haut-Pilat, dans la Loire. Une fusion "impossible" pour Philippe Dumunier, le directeur du district de la Haute-Loire : "les textes sont très précis, il faut deux clubs en activité, ce qui n'est pas le cas et il faut l'accord de toutes les parties (ndlr : districts et ligues voisins). On n'a aucune raison de donner notre accord puisqu'il n'y a pas d'éloignement kilométrique de Saint-Didier-en-Velay au niveau de la Haute-Loire, le club n'est pas isolé".
Il existe en effet des exemples qui ont obtenu l'accord de toutes les parties, comme c'est le cas pour les clubs de Coucouron (Ardèche), Sauvessanges (Puy-de-Dôme), Langogne et la Bastide (Lozère), tous rattachés au district de la Haute-Loire. Pas de consensus pour Interfoot, qui sera donc radié et remplacé par l'entente Saint-Didier/Saint-Just-Malmont, aussi bien en jeunes qu'en séniors.

Pas d'incidence pour les clubs de la Rive Gauche ?
L'arrivée des ces cinq nouveaux clubs dans le championnat départemental risque de chambouler l'organisation des poules et des championnats. Est-ce que des équipes se sont vues refuser la montée (ou au contraire gracier de la descente) suite à ces arrivées ? "Pas du tout", répond Philippe Dumunier, "les montées et descentes prévues auront lieu, et lorsqu'il y a des arrivées de clubs à des niveaux intermédiaires, on fait des poules de 13, qui seront ramenées à 12 la saison suivante".
Pour savoir s'il y a des montées ou des descentes de plus, il faudra attendre les résultats sportifs cette fois, en fonction des descentes (ou pas) de clubs de PH (plus bas niveau régional). Les clubs seront donc tributaires des résultats des équipes évoluant un niveau plus élevé.

Au menu de l'AG, la feuille de match informatisée
Le district de la Haute-Loire tiendra son assemblée générale au Mazet-Saint-Voy ce dimanche matin. "On ne parlera que très peu de la Rive Droite, l'intégration est réussie et c'est la satisfaction générale qui prédomine", détaille Philippe Dumunier, "on est très contents que le football départemental soit enfin unifié", ajoute-t-il, "la Rive Droite, c'est du passé, il n'y a plus que les clubs de la Haute-Loire".  On devrait désormais arriver à 10 000 licenciés en Haute-Loire avec l'arrivée des ces derniers clubs. Tout un symbole : ce dimanche, Dunières défiera Blavozy en finale de la coupe de la Haute-Loire, alors que la veille, Les Villettes auront aussi disputé une finale, en Régis Fay, contre Retournac...
Il sera en revanche question dimanche lors de cette AG de la feuille de match informatisée : les équipes d'élite, de promotion et du plus haut niveau en U15 et U18 seront équipées de tablettes tactiles pour remplir la feuille de match de manière informatique. Une connexion n'est pas nécessaire puisque la feuille de match peut être envoyée plus tard. L'idée est de simplifier le travail des clubs et faciliter le contrôle des licences. Ce dispositif pourrait être généralisé à tous les clubs du département à l'entame de la saison 2016-2017.

La Haute-Loire manque toujours cruellement d'arbitres
Le bilan de la saison sera également évoqué, tout comme la présentation et l'organisation des poules pour la saison prochaine, qui seront donc révélées ce dimanche. Reste enfin la question de l'arbitrage, qui demeure un vaste chantier. "On aura plus d'arbitres la saison prochaine qu'on en avait cette année, même s'il n'y en a pas suffisament", tempère-t-il, "plus il y en aura, plus on pourra en former et plus ça sera intéressant pour encadrer les rencontres. Il en manque encore, on souhaiterait pouvoir couvrir toutes les divisions".
Selon nos informations, il avait été évoqué la possibilité de fournir trois arbitres officiels (un arbitre central et deux juges de ligne) pour le championnat d'Elite. "Ce n'est pas d'actualité", tranche-t-il, "il n'y a pas eu de demande dans ce sens là et ce serait forcément au détriment des catégories en-dessous puisqu'on manque d'arbitres, sans parler des coûts multipliés par trois pour les clubs".

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire