Les cuistots du Buffalo Grill voient rouge

dim 25/05/2014 - 16:57 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

Ce dimanche 25 mai, les employés du Buffalo Grill de Brives-Charensac ont bien leur veste de cuisinier sur le dos. Mais ils ne sont pas devant leurs fourneaux : les syndicats FO et CGT ont lancé un appel à la grève nationale, suivie par l’unique enseigne de Haute-Loire.

Des semaines maléables de 26 à 45 heures
Cette grève nationale vise surtout à dénoncer le projet de modulation du temps de travail imposé par la direction de Buffalo Grill aux salariés. Dans toute la France, les enseignes sont affectées par le mouvement social qui devrait cesser à 15h. Malika Gzanay est déléguée du personnel du Buffalo Grill de Brives-Charensac : « Nous sommes contre le projet de modulation du temps de travail. C’est ingérable pour nous et cela va avoir des impacts négatifs. » Première conséquence du projet : la disparition des heures supplémentaires. Un employé avec un contrat de 35 heures pourra faire une semaine de 44 heures, les 9 heures de travail supplémentaires seront récupérées sur une autre semaine où il ne fera « que » 26 heures.

300 euros de perte par salariés
La perte des heures supplémentaires à un coût : les syndicats FO et CGT expliquent que si ce projet est appliqué, il entrainerait une perte anuelle de pouvoir d’achat de cinq millions d’euros répartis sur les 4 000 salariés, soit 300 euros par employés. Au total, quatre cuisiniers de Brives-Charensac sont en grève, soutenus par un cinquième employé en repos ce dimanche. Le restaurant n’a pas fermé : la cuisine est assurée par un assistant et un agent polyvalent de restauration. Les clients, eux, oscillent entre le mécontentement et la quasi-indifférence. Certains rentrent dans le restaurant sans rien dire, d’autres font part aux salariés de la gène qu’entraîne ce mouvement social.

A.L.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire