« Les bleus peuvent aller loin... »

jeu 19/06/2014 - 14:40 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

La peau bronzé, bien coiffé, c'est décontracté que Jérémy Perbet s'est rendu dans nos locaux pour un entretien « classique » de fin de saison. Le numéro 7 de Villareal, auteur de 22 buts en 18 mois passés sur la côte espagnole profite de ses vacances en famille avant de rallier la péninsule ibérique (découvrez ou redécouvrez les buts inscrits par Jérémy Perbet l'an dernier en cliquant ici). Du mondial brésilien, à la finale de la coupe de Haute-Loire, en passant par sa reconversion ou encore la nomination d'Héléna Costa à la tête du Clermont Foot, son ancien club (première femme au monde à entraîner un club professionnel), il a passé en revue son actualité.

La fin de saison avec son club
« C'est dommage que l'année se termine avec cette blessure à la cheville car j'étais sur une bonne dynamique », regrette le Ponot qui a loupé les trois derniers matchs de Liga mais qui a évité l'opération. « Ce qu'on a fait cette année c'est super », affirme le numéro 7,« personne au sein du club ne pensait accrocher l'Europe en étant promu ». Jouer l’Europe, le Graal pour un footballeur ? « Avec Villareal j'y vais par étape, je suis arrivé en D2 (Liga Adelante) et maintenant j'ai la possibilité de jouer l'Europa League, c'est une super saison qui se profile ».

Le mercato
Avec la belle 6e place acquise, synonyme de qualification en coupe d'Europe, le club du « sous marin jaune » va devoir recruter : « On va jouer tous les trois jours, donc c'est indispensable. Les dirigeants souhaitent 4 à 5 joueurs donc par effet domino, la concurrence va être encore plus accrue, mais c'est dans ce genre de situation que l'on s'améliore », souligne celui qui prône le mental pour devenir le meilleur possible. Lors de cette période de tractations, Jérémy Perbet va être convoité, il le sait, Elche a déjà fait part de son désir de voir le Ponot devenir l'attaquant de pointe de l'équipe, « sauf offre impossible à refuser, un départ n'est pas d’actualité, logiquement je devrais rester. Je suis plus ou moins au courant que des clubs sont intéressés par mes services, c'est flatteur, mais le club ne veut pas me laisser partir, je n'ai pas ce désir là non plus ».
Évalué à 2,5 millions d'euros par le très sérieux site transfermarkt, le natif du Puy, qui n'a jamais foulé les pelouses de Ligue 1, nous précise qu'un retour en France ne se fera pas... tout de suite en tout cas.

La coupe du monde
« Je ne fais pas partie de ces joueurs qui regardent beaucoup de matchs à la télévision, mais la coupe du Monde c'est différent. Je ne regarde pas toutes les oppositions, mais je me débrouille pour voir les résumés. Par contre, j'étais comme tout le monde devant ma télé dimanche soir pour voir les bleus contre le Honduras », souligne Jérémy Perbet qui juge le début des français encourageant : « sauf cataclysme, on devrait passer la phase de groupes, maintenant il faut confirmer contre la Suisse ce vendredi ».
Deux de ses coéquipiers participent au mondial, l'attaquant Giovani Dos Santos et le milieu de terrain Javier Aquino, tous deux avec la sélection mexicaine : « je regarde aussi un peu les matchs du Mexique car Giovani est un concurrent à mon poste en club (rire), mais c'est bien pour lui, c'est un bosseur et il le mérite ».
Voir un de ses coéquipiers participer à la coupe du Monde lui donne t-il des regrets ? « Perbetazo » répond sobrement : « forcément, lorsque les journalistes t'interrogent : « tu es le meilleur attaquant français en terme de ratio buts marqués par minutes jouées, est ce que tu crois au mondial ? » Tu dis « pourquoi pas, on ne sait jamais ! », mais je n'y ai jamais réellement pensé au fond de moi ».
Comment voit-il l'avenir pour la France au mondial, les bleus peuvent-ils aller loin, écoutez :

{{audio1}}

Le foot en Haute-Loire
Toujours attaché au département, dans lequel il revient dès qu'il peut, il garde un œil attentif sur les performances de ses premiers clubs, l'entente Chadrac / Polignac où il a débuté et le Puy Foot. Il nous parle du football altiligérien, qu'il continue de suivre d'un œil, écoutez :

{{audio2}}
 

Sa (future) reconversion
« J'espère jouer le plus longtemps possible, mais chaque footballeur sait qu'une carrière n'est qu’éphémère », confie Jérémy Perbet, « j'ai déjà une petite idée de ma reconversion ». Entraîneur ou consultant sportif ? Le Ponot a une petite préférence : « j'ai déjà effectué des analyses avec des médias belges et c'est vrai qu'être consultant sportif m’intéresse pour l'avenir, c'est quelque chose que j'affectionne ». Le voir sur un banc de touche n'est pas non plus à exclure : « entraîner les jeunes me plairait, de toute façon je ne pourrais pas couper avec le monde du foot du jour au lendemain ».
 

La nomination d'une femme chez les hommes
Le monde du foot qui a été « secoué »récemment par la nomination d'une femme à la tête d'un club de foot professionnel, une première mondiale qui a fait le buzz. Non loin d'ici, c'est à Clermont qu'une trentenaire portugaise a été intronisée pour prendre les commandes de l'équipe de Ligue 2. Le Clermont Foot, un club qui a compté pour Jérémy Perbet, « c'est peut être le plus important de ma carrière, car c'est la bas que j'ai découvert le monde professionnel, c'est eux qui m'ont offert mon premier contrat à 18 ans ». Il nous donne son sentiment sur la nomination d'une femme pour diriger des hommes, écoutez :

{{audio3}}

Les vacances
Comme dit le diction après l'effort, le réconfort, « chaque année, je passe d'abord une semaine chez la famille de ma femme. Puis une au Puy pour voir ma famille et mes amis. Ensuite je prendrai deux semaines au calme avec ma femme et ma petite fille en Espagne, sans oublier d'aller courir un peu car on reprend le 15 juillet, ça va vite être là », glisse-t-il avec un sourire, « mais avec la qualification en coupe d'Europe on a réussi à grignoter quelques jours supplémentaires ». C'est toujours ça de pris quand on s’apprête à vivre une saison avec des rencontres tous les trois jours. L'Europa League qui pourrait amener Jérémy Perbet à revenir en France avant Noël, Lyon et Saint-Etienne étant qualifiés pour la compétition. Mais ça, le tirage au sort nous le dira...

Propos recueillis par A.P.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire