"On a les arguments et les atouts pour être sélectionnés"

mer 15/11/2017 - 21:39 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

"Le monde du rugby nous connaît, à nous de montrer que l'on est les meilleurs", lance Guillaume Chazot, gérant de l'Hôtel Bel Horizon au Chambon-sur-Lignon, alors que son établissement avait déjà accueilli le XV portugais lors de la coupe du monde 2007, un atout de poids.
Et il ne faut pas oublier non plus la réception de l'ASM Rugby en amont de ses finales du Top 14 et de la coupe d'Europe en 2015, le LOU (Lyon Olympique Universitaire) un an plus tôt ou encore le XV de France en 2011 qui allait terminer vice-champion du monde quelques semaines plus tard en Nouvelle-Zélande.

"Rapidement récupérer le cahier des charges pour y répondre le mieux possible"
Pour recevoir le XV portugais il y a dix ans, son établissement avait été retenu mais il ne disposait "que" de 20 chambres, alors que le cahier des charges en nécessitait 30. "On a construit des chalets, ce qui nous a permis d'être retenus, mais aussi de nous développer", explique le gérant, "on a encore envie d'investir et de développer nos structures". Rappelons que pour ce type de travaux, les hôtels peuvent bénéficier de subventions allant jusqu'à 30 %.
Fort de cette expérience, Guillaume Chazot aimerait transformer l'essai en reproduisant le même schéma : "l'idée, c'est de se positionner et de rapidement récupérer le cahier des charges pour y répondre le mieux possible". Il devrait être plus compliqué qu'en 2007 et une dizaine de chambres supplémentaires pourrait être nécessaire. "On est prêt à le faire, on connait plein d'artisans locaux, c'est une aubaine énorme pour tout le territoire, j'ai convoqué mon équipe pour leur expliquer les enjeux et ils étaient tous hyper motivés", ajoute-t-il.

"La concurrence sera rude mais il y a une opportunité certaine"
Le président de la commuauté de communes du Haut-Lignon, Julien Melin, veut, lui-aussi, croire en la candidature de son territoire : "on a acquis un savoir-faire incontesté au fil des années. Maintenant, la concurrence sera rude, il y a des exigences et il ne faudra rien lâcher, mais il y a une opportunité certaine". Déjà contacté en juin par la FFR et le comité d'organisation de la coupe du Monde, il avait rempli le document recensant les infrastructures sportives et hôtellières du territoire.
Autre argument de poids pour le Haut-Lignon : s'appuyer sur l'expérience de 2007 avec le Portugal, surtout que les membres du comité d'organisation sont sensiblement les mêmes et "on en connait plusieurs", lâche sobrement l'élu. 

----Pour savoir si une équipe vient en Haute-Loire, il faudra encore attendre. Déjà, on ne connaît pas les équipes qui seront qualifiées en 2023. Ensuite, le comité d'organisation sélectionne des sites puis fait des propositions aux staffs des XV nationaux, qui valident ou non.-----Le coup de pouce politique, indispensable pour enfoncer le clou
Enfin, pour espérer être sélectionné parmi les sites possibles d'accueil d'un XV national en 2023, il faudra un coup de pouce politique. "On a besoin du soutien des habitants et des acteurs du territoire, mais aussi d'une volonté politique et d'un appui du Conseil régional et des autres collectivités si on veut avoir une chance", prophétise le gérant de l'Hôtel Bel Horizon. 
En s'appuyant sur le spa de Saint-Bonnet-le-Froid et la proximité de la RN88, le territoire veut mettre toutes les chances de son côté pour être sélectionné. "C'est le début de l'aventure, on ne manque pas d'arguments, à nous d'être performants", conclut-il.
Un essai... qu'il ne reste plus qu'à transformer.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire