Les agrès inaugurés par Sébastien Chabal font recette

sam 05/12/2020 - 18:18 , Mise à jour le 05/12/2020 à 18:18

Les agrès situés en extérieur près du stade Lafayette, le long de la promenade de la borne inaugurés par Sébastien Chabal le 18 Octobre 2019 font partie des rares équipements sportifs encore accessibles depuis la fermeture des salles de sport.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils connaissent une belle fréquentation.

Alors que les salles de sports sont fermées pour une durée encore incertaine, les passionnés de sport n’ont plus beaucoup d’endroits où entretenir leur forme en prévision des compétitions du printemps. Car en effet, comme nous l’a dit un entraineur de Velay athlétisme «Pour la saison d’hiver, c’est mort ».

Des agrès très prisés

Depuis deux semaines nous jetons un oeil à chacun de nos passages avenue de Montredon vers les équipements sportifs installés sur le terrain qui jouxte le parking gratuit. Nous constatons qu’il y a toujours du monde. Aujourd'hui, nous avons décidé d'aller à la rencontre de tous ces gens.

Nous rencontrons Marie à la fin de son set d'exercices peu avant midi. Marie est une de ces dingues de sport. Elle ne peut pas s’en passer. Elle court, elle pédale, elle va à la salle de sport. Ça fait partie de sa vie et de son équilibre.

« Pour ma part, je viens ici dès que je peux et assez tôt car en milieu et en fin d’après-midi, il y a toujours du monde ».

Elle déplore la fermeture des salles et l’absence de visibilité quant à leur réouverture « J’ai parlé avec mon coach, il commence à déprimer, on en est tous là. J’ai bien acheté un vélo d’intérieur pour les jours de pluie et de froid mais ça ne remplace pas l'ambiance et la salle ».

Elle poursuit. « Je profite de faire une boucle par ici, que ce soit en courant ou à vélo. Le site fait désormais partie intégrante de mon circuit sportif ».

Marie aux anneaux de gymnastique Photo par Th Chabanon

Une aire de jeu pour les enfants aussi

Lors de son inauguration, notre reporter expliquait avec malice qu’en attendant de pouvoir toucher Chabal, et pendant la litanie des discours inauguraux qui ne semblaient pas trop les intéresser, les agrès avaient servi d’aire de jeu aux enfants. La star est partie, et les agrès servent toujours d’aire de jeu.

 Des agrès agréables

Quelques heures plus tard, nous rencontrons Loïc qui termine comme Marie tout à l'heure, une phase d’exercices. Loïc est scaphandrier, il exerce à la Réunion où il vit depuis 14 ans en installant entre autres des filets anti requin. Son métier lui impose de s’entretenir. Lui aussi utilise ces agrès tous les jours.

« Ça me permet de rompre un peu la monotonie de mon parcours de course à pied. C’est bien pour des personnes comme moi qui ont besoin de varier leur entrainement. C’est un chouette équipement, bien conçu et solide ».

Loïc, scaphandrier en stand by Photo par Th Chabanon
Loïc, scaphandrier en stand-by Photo par Th Chabanon

En utilisateur habitué, il confirme l’utilisation intensive de ces agrès « Je suis passé un peu plus tôt aujourd’hui parce qu’en milieu et en fin d’après-midi, il y a pas mal de monde ».

Des agrés utiles à tous et même pour un futur champion de boxe

De fait, en fin d‘après-midi, alors que la nuit est en train de tomber nous rencontrons de nouveaux utilisateurs. Il y a là Ibrahim, coach de sport de contact bénévole. « Moi, je viens souvent ici. Je m’occupe de donner des conseils à des jeunes qui veulent s’entretenir. A l’origine, je suis judoka, ceinture noire, 3ème dan. J’ai eu de bons résultats par le passé. Ça m’occupe car en ce moment je cherche du travail et malgré mes efforts et l’aide des éducateurs, on ne me donne pas ma chance. Le sport et le coaching sont une bouée d’oxygène ».

Il est accompagné de Yanis qu’il aide dans son projet sportif. Yanis est plutôt spécialisé dans l’Aïkido mais son projet serait de se faire connaître dans la boxe. Il en a les caractéristiques physiques malgré son jeune âge. Il est ambitieux. Il veut être champion .

Yanis et Ibrahim en pleine séance de pompe Photo par Th Chabanon
Yanis et Ibrahim en pleine séance de pompes  Photo par Th Chabanon

Pour Yanis Masella « ces structures sont parfaites pour l’entretien physique, pour l’échauffement et pour le travail de musculation » Il accepte de nous montrer les possibilités de chacun de ces agrès en compagnie d’Ibrahim son coach personnel.

Aidez Ibrahim à trouver un job

Ibrahim déplore de ne pas trouver de travail. Electricien de formation, il se dit enthousiaste à l'idée d'un travail de platrerie-peinture ou comme simple magasinier.

Il pourrait aussi utiliser ses compétences dans la sécurité. Il a postulé partout sans succès.

Si vous avez quelque chose pour lui, contactez la rédaction ou le tremplin.

Ce sont une série d’exercices qu’ils ont mis au point pour parfaire leur condition à tous les deux avant de simuler quelques phases de combat simulées. Impressionnant !

Yanis explique que ces agrès sont tout à fait ce qu’il lui faut. Il ne va pas à la salle " c’est trop cher". Il a un temps, fréquenté le club de savate mais ce n’est pas le sport qui lui convient.

En utilisateur confirmé, il profite qu’on lui tend un micro pour apporter quelques détails perfectibles sur les structures. « Là par exemple, quand on fait des tractions ça ne va pas. On touche sur la plaque qui est en dessus ». C’est la plaque qui indique les noms de celui qui a inauguré l’équipement et de celui qui l’a financé. C’est ma foi vraie, elle est 15 cm trop bas !

Et puis, il y a le sac de boxe qui n’est pas adapté pour les exercices de poings, il devrait être plus libre. On lui rétorque que les normes de sécurité imposent sans doute cette configuration mais on lui promet de passer le message. Dont acte.

T.C.

Vous aimerez aussi