Législatives en Haute-Loire : les réactions des candidats après le succès de la droite

dim 11/06/2017 - 19:34 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

>> Lire aussi : Législatives 2017 1er tour : les résultats dans votre commune

1ère circonscription
Isabelle Valentin (droite et centre), 1ère à 40,89% :

"Avec 10 points d'écart, la Haute-Loire a fait aujourd'hui entendre sa voix et sa différence. Elle a choisi une équipe qu'elle connait. La Haute-Loire ne vote pas pour les étiquettes, mais pour des personnes. Je ne vis pas de mes mandats, mais de mon travail. C'est pour ça que je connais bien les habitants du département. Cette connaissance, c'est ma force."

En 2012, Laurent Wauquiez avait fait 9 points de pluss que celle qui était jusqu’ici sa suppléante. Le tandem est donc en recul d’un scrutin à l’autre. Mais ça ne perturbe pas Isabelle Valentin.


Cécile Gallien (La République en Marche), 2ème à 31,07% :

"Il y a des réserves de voix partout ou les gens voudront changer la manière de faire de la politique. Les gens sont très en colère ici, veulent être entendus. Que ce soit les retraités, les agriculteurs, les entrepreneurs... On se propose de travailler avec eux comme l'a fait le Président Macron. Il faut que la Haute-Loire soit dans cet élan national. La Haute-Loire doit en bénéficier, elle le mérite."

10 points derrière, Cécile Gallien trouvera-t-elle des réserves de voix ?


Fabien Albertini (Front National), 3ème à 9,41%.

"C'est une déception bien sûr. Nous remercions et félicitons nos électeurs de s'être déplacés et d'avoir voté pour nous. Il va falloir continuer de travailler sur le terrain avec nos équipes. Il faut rappeler que le FN est un parti qui fonctionne avec très peu de moyens, puisqu'il a peu d'élus et pas de groupe à l'Assemblée."

Martine Dejean (France Insoumise), 4ème à 8,93% :

"On savait que cette circonscription était difficile pour la gauche. C'est pour ça qu'on ne comprend pas bien quand des partis de gauche, dans ce moment politique particulier, n'aient pas accepté d'aider la force de gauche gagnante qui est France Insoumise. Cette dispersion des voix ne nous a pas aidés. Nous ne donnons aucune consigne de vote, nos électeurs sont responsables."

Fabrice Farison (Parti Socialiste), 5ème à 2,75% :

"C'est une soirée difficile localement. Nous payons probablement la dispersion de notre électorat à gauche vers les Insoumis et à droite vers En Marche. Il faut régler nos fractures internes, qui nous ont rendues inaudibles dans ce département. Nous allons y travailler dès demain avec les militants."
2ème circonscription
Jean-Pierre Vigier (Les Républicains) 1er à 40,9% :

"Je veux appeler pour ce deuxieme tour à une mobilisation générale des électeurs. J'ai porté haut et fort la voix de notre territoire à Paris, et plus simplement la voix de la ruralité. S'ils croient à ce travail que j'ai réalisé pendant 5 ans, s'ils croient en notre équipe, alors je demande aux personnes qui ne sont pas allées voter de se rendre aux urnes de manière forte et en masse."



Pierre Etéocle (La République en Marche), 2ème à 27,45% :

"Mon score peut s'expliquer par la faible participation. Il existe des réserves de voix chez les gens qui n'ont pas voté. Mais aussi à gauche. Nous allons mobiliser. Notre objectif est que ce département arrête avec les élus conservateurs et travaille avec le Président de la République. Nous ne pouvons pas laisser la Haute-Loire dans cet ancien logiciel."

Pierre Etéocle, avec 13 points de retard, croit en ses chances. Nous lui avons demandé si son image de parachuté l’avait gêné au 1er tour, lui qui est un Monistrolien investi sur la circonscription Le Puy – Brioude.


Lionel Bouton
(France Insoumise), 3ème à 11,48% :

"On ne donne aucune consigne de vote. Les gens sont assez grands pour se déterminer eux-mêmes. Le niveau de l'abstention devrait interroger tout le monde, notamment sur la capacité des médias à interesser les électeurs. Aucun débat n'a été organisé entre les candidats, les médias locaux portent aussi une responsabilité dans la dépolitisation ambiante."

Aurore Arnaud (Front National), 4ème à 8,29%:

"Le discours du FN a été mal compris et mal expliqué. Et le comportement de Marine Le Pen après les présidentielles est dommageale. Elle a laissé ses équipes se débrouiller sans soutien logistique ni financier. Nous avons fait le travail par nous même avec nos seules valeurs. Il faut aussi rappeler que le mode de scrutin est anormal. Avec 11 millions de voix pour le FN aux présidentielles, nous n'aurons probablement que 3 à 10 députés à l'assemblée."

Josiane Mialon (Parti Socialiste), 5ème à 3,92% :

"On a subi la dispersion des voix de gauche mais aussi l'abstention. Pour le PS c'est le début d'une nouvelle construction, sur une ligne sociale-démocrate que nous avons défendue avec Fabrice Farison. Nous batirons ce qui doit être bati très rapidement."
Propos recueillis par Clément L'hôte

Anne BABIAN-LHERMET, candidate EELV sur la 1ère circonscription
"Nous remercions les 1402 électrices et électeurs qui nous ont apporté leurs suffrages. L’écologie absente aux présidentielles, refait surface timidement dans le département. Les électeurs, avec un fort taux d’abstention ont privilégié les candidats plus médiatisés. Cependant notre département est en train de vivre un tournant où la candidate de la droite, malgré tous les moyens financiers et médiatiques déployés perd 10 points depuis 2012. Sans le soutien du Front national, elle sera éliminée. Bien que ne partageant pas toutes les orientations du gouvernement Macron, pour le second tour, nous pensons que la candidate centriste Cécile Gallien est la plus à même de défendre notre territoire, sa spécificité et surtout la transition écologique et solidaire portée par Nicolas Hulot. La Haute-Loire peut s’inscrire dans une voie nouvelle avec une écologie créatrice d’emplois et de solidarités."

  • Les réactions de personnalités non-candidates

Jean-Pierre Marcon, Président du Département de la Haute-Loire
"Au soir du premier tour de cette élection législative, et malgré la faible participation, les Français ont montré une adhésion au projet proposé par le Président Macron.
Nous nous orientons vers une Assemblée inédite et profondément renouvelée.
Je constate néanmoins que, sur le plan local, ici en Haute-Loire, même si les candidats d’En Marche obtiennent un résultat honorable, Jean-Pierre Vigier et Isabelle Valentin aux côtés de Laurent Wauquiez, valident un bon score qui vient récompenser le travail de terrain effectué tout au long de leur mandat.
Cependant, le chiffre élevé de l’abstention pour ce 1er tour m’interpelle, au niveau national comme en Haute-Loire. Je souhaite donc que les Altiligériens se mobilisent plus largement dimanche prochain pour poursuivre ensemble le développement de notre département."


Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire