Le Vélorail débarque à fond à Allègre

Par Nathan Vacher ven 01/07/2022 - 06:00 , Mise à jour le 01/07/2022 à 06:00

A partir du 1er juillet, 15 Vélorails à assistance électrique permettront de parcourir les 6,2 kilomètres de ligne entre Allègre et Malaguet. Les départs se feront en convoi à heures fixes à raison de trois à cinq départs par jour en juillet-août.

Petit rappel historique...

Le tronçon de voie ferrée reliant Pont-de-Dore (Puy-de-Dôme) à Darsac (Haute-Loire) s’inscrit dans la ligne de chemin de fer Saint-Germain-des-Fossés – Darsac, construite et mise en service de 1881 à 1902.

Exploité pendant 60 ans, ce tracé a pourtant été fermé à la circulation des voyageurs entre 1971 à 1980 puis à la circulation des marchandises entre 1987 et 1992.

Déclassée en 1992, la voie a été reprise par les collectivités riveraines regroupées en syndicat, le Syndicat Mixte Ferroviaire du Livradois Forez. Cet
engagement se traduit aujourd’hui par une activité ferroviaire réduite mais potentiellement en devenir au regard des contraintes environnementales et écologiques préoccupantes.

Actuellement, 40 000 tonnes de marchandises transitent sur la voie ferrée et 20 000 visiteurs empruntent les Trains de la Découverte gérés par l’association Agrivap, qui s'investit depuis 1979 dans la préservation du patrimoine ferroviaire.

Comment est née l'idée d'un Vélorail en Haute-Loire ?

Aujourd’hui c’est au tour du Vélorail d’Allègre de compléter l’offre du territoire. Agrivap a choisi d’être partenaire du Syndicat ferroviaire et d’exploiter ce Vélorail, puisqu’il s’inscrit dans la stratégie de l’association de développer un produit touristique performant sur l’axe Ambert – La Chaise-Dieu – Le Puy-en-Velay.

C’est un projet de développement touristique de revitalisation rassemblant du train touristique et du Vélorail, associé à une mise en tourisme repensée, qui permettra un nouvel essor, véritable opportunité pour le territoire.

Le Vélorail d’Allègre, c’est donc 15 Vélorails à assistance électrique qui permettront de parcourir les 6,2 km de ligne entre Allègre et Malaguet. Cette activité de pleine nature, familiale, sans effort, est accessible au plus grand nombre. Les départs se feront en convoi à heures fixes à raison de 3 à 5 départs par jour en juillet-août, selon l’affluence.

Quatre salariés locaux sont embauchés en contrat saisonnier en juillet-août et les week-ends de basse saison pour assurer l’accueil et la gestion quotidienne. La fréquentation est estimée à 6 à 8 000 personnes la première année et devrait atteindre 10 000 personnes après 3 ans d’activité.

Des retombées économiques assurément non négligeables sont attendues car la clientèle familiale est propice à la consommation locale. De plus, leur visite se prolongera sans doute aux autres atouts d’Allègre et de Monlet qui accueille le lac de Malaguet. Avantage non négligeable quand on sait qu’un touriste hors hébergement réalise une dépense journalière moyenne sur le territoire de 60€.

Pour réaliser ce projet, l'association s'est appuyée sur les collectivités, à savoir le syndicat mixte du Livradois Forez, la communauté d'agglomération du Puy-en-Velay, la commune d'Allègre et la commune de Monlet.

"Anticiper l'avenir"

Lancer un nouveau produit touristique sur la partie Sud de la ligne longtemps oubliée c’est montrer que cette voie à un réel avenir en terme de développement local et d’aménagement du territoire.

Cette ligne bénéficie en effet de deux ITE (Installation Terminale Embranchée) qui la raccorde au réseau RFF (Réseau Ferré de France) au Nord comme au Sud qui permettent d’envisager, dans un contexte environnemental et écologique, le développement des circulations du fret ferroviaire plus vertueux par son impact carbone bien inférieur au transport routier.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire